Claude Bourdet : résister à la guerre d’Algérie

bourdet

Portrait de Claude Bourdet, Musée de l’Ordre de la Libération, DR

Les prises de position de leaders d’opinion par voie de presse constituent un des théâtres de la guerre pour l’avenir de l’Algérie. Dans le camp des partisans radicaux de l’indépendance, le journaliste politique Claude Bourdet est une figure de cette résistance qui s’exerce par les mots.

Comment et pourquoi ce grand – mais méconnu- Résistant a-t-il dénoncé et combattu une guerre qu’il juge injuste ? Qu’est-ce que cela nous dit de la nature et de l’étendue du pouvoir d’action d’un journaliste sur une telle crise ?

Un journaliste-résistant

La vie de Claude Bourdet (1909-1996) est jalonnée de combats décisifs, on y décèle facilement une certaine idée de l’engagement politique au XXe siècle. Un des objets de mes recherches est bien la mise au jour de ce parcours. En 1940 Bourdet refuse la défaite, c’est ce qu’on appellera plus tard un « Grand Résistant »: membre du CNR, déporté en 1944 , son personnage fera autorité à la Libération. Il devient patron de presse et éditorialiste à Combat puis à France-Observateur. Et c’est en tant que tel qu’il va d’abord dénoncer les travers de la présence coloniale française en Algérie, bien avant le début de la guerre en 1954,  puis clairement s’opposer à la guerre et prendre parti pour l’indépendance. C’est précisément sur ce combat, un de ses plus importants, que porteront mes travaux.

Afin de lire le mieux possible ces éditoriaux au vitriol, comme le fameux « Votre Gestapo d’Algérie », qui ont fait passer Bourdet à la postérité, il faut saisir la complexité de la personnalité et du parcours de ce personnage haut en couleur : catholique de gauche et co-fondateur du PSU, porté sur le conflit et le rapport de force. Pour tenter de comprendre pourquoi et comment ce journaliste en arrive à dénoncer les crimes de torture commis par l’armée française ou à inciter les appelés du contingent à faire défection, je vais devoir mesurer l’importance  du rôle joué par son passé dans la Résistance sur son système de représentations. Je vais aussi chercher à voir jusqu’où les fréquentations, les amitiés et les inimitiés de Bourdet, ont déterminé sa pensée et son action.

Porter la plume dans la plaie

En étudiant le cas de la résistance de Claude Bourdet à la guerre d’Algérie, j’aimerais pouvoir dégager quelques indices sur les modalités d’action d’un journaliste engagé, et tout particulièrement dans un contexte aussi critique que celui de la guerre d’Algérie. Est-il possible d’intervenir, de peser sur les événements, par voie de presse et si oui, comment ? Existe-t-il des stratégies pour influencer l’opinion? Peut-on mesurer l’efficacité d’une telle entreprise? Mon travail a vocation à se confronter à ces questions.

"Alger contre la France", France-Observateur, n°508 bis "Après saisie", 28 janvier 1960

« Alger contre la France », France-Observateur, n°508 bis « Après saisie », 28 janvier 1960

Pour cela, je compte principalement baser mon étude sur la collection des journaux France-Observateur et sur les importantes archives professionnelles de Bourdet, déposées à la Bibliothèque nationale de France par ses héritiers ; elles comprennent notamment une importante correspondance professionnelle.

Par la nature de son objet, mon travail a vocation à s’inscrire principalement dans deux horizons historiographiques. L’histoire de la guerre d’Algérie d’une part, qu’il s’agit ici d’appréhender comme une « bataille d’intellectuels ». Mon travail doit essayer d’améliorer la connaissance de l’engagement métropolitain pour l’indépendance, rendu célèbre par la figure des « porteurs de valise », en examinant la puissance, les motivations, l’impact réel du combat d’un Claude Bourdet. L’histoire de la Presse, l’histoire des journalistes ensuite : qu’est-ce qu’un tel parcours nous dit du journaliste engagé au coeur du XXe siècle?

L’action du journaliste doit être mesurée par l’histoire car, loin de se réduire à la diffusion de nouvelles ou au commentaire, sa vocation « (…) n’est pas d’être pour ou contre, non plus que de faire du tort.(…) [Mais bien] de porter la plume dans la plaie » pour reprendre la formule qu’Albert Londres érigea en maxime et dont on retrouve des accents chez Claude Bourdet qui dans un édito de 1951 intitulé « Y a-t-il une Gestapo algérienne » dénonçait -bien avant tout le monde et avant la guerre – la torture pratiquée en Algérie. Cette dénonciation procède bien d’une certaine éthique journalistique : « Quant à nous, nous aurons fait ce qui dépendait de nous pour que personne ne puisse plus dire « je ne savais pas ».

 


Pierre Hamdi

Etudiant en Master 1 Histoire et civilisations modernes et contemporaines et aspirant journaliste. Mon travail , mené sous la direction de Jacques Cantier, porte sur la figure du journaliste engagé pendant la guerre d'Algérie. Avant tout cela, deux années d'histoire à l'Université Rennes 2, une année de philosophie et une Licence de Sciences Politiques à l'Université Rennes 1 et un Master 1 de Sciences Politiques et Relations internationales à l'Université de Marmara d'Istanbul.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search