Années 80 : syndicats et associations à l’assaut du racisme

Manifestation Talbot (Cairn.fr).php

Manifestation des Marcheurs de la Marche pour l’égalité et contre le racisme en soutien aux travailleurs licenciés de Talbot-Poissy. Paris, le 14 Janvier 1984.

Les années 1980 sont des années d’ébullition pour les luttes sociales et syndicales des immigrés en France. Elles sont diverses et menées par des acteurs variés, des ouvriers dans les usines Talbot et Citroën aux immigrés dits de la “deuxième génération “.

Ces années sont aussi marquées par l’arrivée de la gauche au pouvoir avec Mitterrand et une montée de la xénophobie. Des syndicats et des associations vont s’engager auprès des immigrés, notamment à Toulouse.

Un contexte politique agité

Le 10 mai 1981, Mitterrand gagne les élections présidentielles. Après plusieurs années d’une politique migratoire restrictive sous G. Pompidou puis V. Giscard-d’Estaing, marquée notamment par l’arrêt de l’immigration, la fin du regroupement familial et une politique de retours volontaires puis forcés, Mitterrand et son gouvernement prenne le contre-pied de cette logique et souhaite initier une nouvelle politique en matière d’immigration.

De nouvelles mesures sont donc prises directement, telles que la suspension des expulsions d’immigrés en situation régulière ou irrégulière, l’interdiction d’expulser des étrangers nés en France ou arrivés avant l’âge de dix ans, mais également l’application du droit au regroupement familial et la libéralisation du droit d’association des étrangers. Le gouvernement va même plus loin, en lançant une grande opération de régularisation qui bénéficiera à 132 000 personnes.

Le début des années 1980 est aussi marqué par une vague de xénophobie qui touche la France. En 1982 et 1983 de nombreux incidents éclatent dans la banlieue lyonnaise entre des jeunes issus de la “deuxième génération” d’immigrés et les forces de l’ordre, fortement médiatisés, créant alors un climat tendu propice à la haine raciale. Puis, les agressions et les crimes à caractère raciste se multiplient, notamment envers les maghrébins, jusqu’à atteindre un paroxysme l’été 1983, appelé “l’été meurtrier” où une cinquantaine de crimes sont commis.

En outre, le Front National, fondé en 1972, connaît sa première victoire, alliée à la droite traditionnelle, lors des élections municipales en 1983 à Dreux.

Lutter contre le racisme à Toulouse

Les archives de l’Institut d’Histoire Sociale de l’UD de Haute-Garonne de la CGT nous renseignent sur le contexte social et politique des années 1980 et les actions de la Confédération Générale du Travail, principal syndicat, menée envers les immigrés à Toulouse. La CGT ainsi que de nombreuses associations comme la CIMADE, SOS Racisme ou encore le MRAP, et partis politiques d’extrême gauche, tentent d’endiguer la vague de racisme qui touche la France en 1983 et 1984, en organisant diverses manifestations. La Ligue Communiste Révolutionnaire, le MRAP, la CIMADE et la Ligue des Droits de l’Homme, entre autres, appellent par exemple, à manifester à Toulouse en 1984 contre “Le Pen, contre le fascisme banalisé”.

Lors de la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983, qui part de Marseille le 15 octobre et parcourt une quarantaine de villes avant d’arriver à Paris le 3 Décembre, la CGT de Toulouse apporte son soutien à cette marche. Cette dernière, décidée à la suite de l’été 1983, a pour but d’interpeler l’opinion publique sur les problèmes que subissent les immigrés, de resserrer les liens entre Français et étrangers, et de porter des revendications en faveur des droits des immigrés. Le comité régional de la CGT Midi-Pyrénées appelle donc à participer à cette marche lors de son arrivée à Paris, mais prend part également à une manifestation organisée à Toulouse, le 19 novembre 1983, en écho à cette marche, pour poursuivre “l’action contre le racisme” (Tract de la CGT, 1983). Les marcheurs sont reçus dès leur arrivée à Paris par François Mitterrand à l’Elysée. Une des grandes avancées liée à cette marche est la carte de séjour valable de dix ans, accordée aux étrangers installés en France.

En 1984, la CGT lance au niveau national une campagne “contre le racisme et pour l’égalité des droits”, du 1er janvier au 21 mars 1984. Cette campagne compte de nombreux partenaires, comme le MRAP, le Club Portugais, l’Amicale des Algériens en Europe, l’Association Espagnole (Iberia y Cultura). Cette action se conclut par un après-midi culturel au “Bidon de Lafourguette”, appelé après-midi de “L’amitié entre les peuples” le samedi 24 mars 1984. La CGT rappelle lors d’une conférence de presse le jour même, sa position contre l’expulsion des immigrés comme le “propose la droite et l’extrême-droite” qui “serait une grave erreur politique et économique, qui ne résoudrait aucun des problèmes posés à la France”

Créer des liens entre Français et immigrés

Afin de lutter contre le racisme et de rapprocher les Français et les immigrés, la CGT organise de multiples évènements culturels, tels que des expositions et des soirées culturelles comme à la Bourse du Travail le 18 mars 1984, avec pour thème “Français, immigrés : ensemble contre le racisme”. Ainsi, la CGT est très active dans les années 1980 auprès des immigrés, mais aussi d’autres syndicats et les partis d’extrême gauche. Un tissu associatif se développe également à Toulouse, notamment dans les quartiers populaires avec Vitécri aux Izards.


Audrey Defoor

Je suis étudiante en première année de Master de Recherche en histoire contemporaine à l'université Jean Jaurès-Toulouse II. Ma recherche porte sur les immigrés à Toulouse au début des années 1980 : organisation, luttes et assistance. J'étudie donc le rôle qu'ont joué les syndicats et associations auprès des immigrés et les luttes qui ont eu lieu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.