La lutte pour l’Europe! La dernière chance de R. N. Coudenhove-Kalergi.

2ème congrès paneuropéen du 17 Mai 1930 à Berlin. De gauche à droite: T.Mann, Ida et Richard Coudenhove-Kalergi, M. Nintchitch, L. Loucheur. Archives cantonales vaudoises, côte PP1001/324

Alors que la crise économique met l’Europe à genoux, Richard N. Coudenhove-Kalergi, l’un des européistes les plus influents de l’entre-deux guerres, se lance à la conquête des masses. Considéré comme un des « pères » spirituels de l’Europe, mais souvent inconnu du grand public, un retour sur sa pensée à l’heure de tous les dangers pour notre bout de continent pourrait nous aider à mieux comprendre l’idée européenne et son flou conceptuel. Entre politisation et essentialisation de l’idéal européen, Coudenhove-Kalergi n’a t-il pas dénaturé son européisme originel ? Comment comprendre ce tournant populiste du mouvement à l’ère de l’ultra-nationalisme et des alternatives totalitaires?

Des élites aux masses, le changement stratégique.

A la tête de son Union Paneuropéenne, Coudenhove-Kalergi a milité à partir de 1923 pour la création d’une Europe pacifique et unie. En septembre 1929, lorsqu’Aristide Briand prononce son discours sur les Etats Unis d’Europe, leur réalisation semblait à portée de main, mais un mois plus tard, la famine gronde, les nations se referment sur elles même et les extrêmes guettent. Tout est à refaire. La société des nations est impuissante face à la montée des tensions politiques, et l’Union Paneuropéenne sent que la deuxième guerre mondiale n’est plus très loin. Alors qu’en septembre 1930, le NSDAP fait une percée fulgurante aux élections législatives allemandes et devient le deuxième parti de l’assemblée (18% des sièges), Coudenhove-Kalergi sort de sa neutralité politique jusqu’alors revendiquée.

Déçu par les élites traditionnelles liées à des intérêts partisans et qui ne prendront pas le risque de jouer leurs carrières pour une idée encore trop abstraite et méconnue par les populations européennes, Coudenhove-Kalergi choisit d’endosser pleinement le rôle qu’il a confié à son européisme dans le renouvellement de la politique. L’Europe doit être sauvée d’un nouveau désastre; et pour cela, il va falloir convaincre les « masses » réveillées par la crise.

Coudenhove-Kalergi a donc tendance à mettre en avant la préservation d’une tradition européenne contre les menaces bolchevique et nazie afin de réveiller les mythes d’une Europe en danger. Essentialisant ainsi l’européisme originellement lié au pacifisme et à la démocratie, l’a-t-il transformé en une nouvelle forme d’idéal, indépendant des causes qui ont justifié son apparition en tant que projet?

R. N. Coudenhove-Kalergi en une du « Basler Illustrierte Zeitung » du 7 Octobre 1932. Archives cantonales Vaudoises, côte PP1001/140. En Légende on peut lire sa prédiction: « Hier, l’Europe était un champs de bataille. Aujourd’hui, c’est un chaos. Demain, elle sera une confédération. »

Un européisme autoritariste?

L’idéal européen prôné par l’Union européenne semble aujourd’hui indissociable des notions de pacifisme et de démocratie. Cependant ce lien est le fruit d’une longue évolution qui doit être étudiée pour comprendre la nature de l’européisme et sa spécificité par rapport au nationalisme.

Ayant pensé l’Europe comme un moyen de surmonter les querelles stériles entre Etats, Coudenhove-Kalergi est volontairement resté indifférent aux questions de politique intérieure. La démocratie n’a par conséquent jamais été un élément indispensable de son européisme durant l’entre-deux guerres. Se définissant comme un héritier spirituel de Nietzsche, il partait même plutôt du principe que la démocratie ne devait servir à terme qu’à la formation d’une nouvelle aristocratie de l’esprit. Sa prise de position politique pour un Etat fort au sein de la mouvance autoritaire des premières années de la crise est révélatrice à ce titre de son conservatisme et fait état d’une adaptation de « l’esprit européen » durant une période historique qui réussissait aux alternatives politiques face aux forces traditionnelles.

Une étude de l’évolution du mouvement paneuropéen et de sa relation aux masses durant ce contexte qui voit la politique renouveler les idées nous permettrait donc de mettre en question ces liens qui sont souvent admis, entre européisme, rationalité, démocratie et pacifisme.

Sources et perspectives

Mon sujet se situant principalement dans le champs de l’Histoire des idées, mes sources privilégiées sont les écrits et discours de R. N. Coudenhove-Kalergi, avec un point d’orgue placé sur la période 1929-1933, entre le krach boursier et les mois suivant l’élection d’Hitler et l’interdiction de la branche allemande de l’Union paneuropéenne. Néanmoins, au delà des ouvrages, articles, mémorandums et discours de son président, la correspondance de l’Union Paneuropéenne m’intéresse dans le cadre d’une l’Histoire politique du mouvement, mettant en lumière ses relations, motivations, modèles et intentions. L’analyse complémentaire de textes d’européistes de la même époque me permettra d’envisager leurs possibles liens de parenté avec la pensée Coudenhovienne. Son positionnement au sein de la mouvance européiste par rapport aux enjeux politiques auxquels l’idée européenne s’est vue confrontée pourra ainsi être analysé plus en profondeur.

Ce premier mémoire pourrait servir de base à une réflexion plus ambitieuse sur la mythification de l’histoire et de la culture européenne et son importance dans l’imprégnation populaire du sentiment européen. Comment expliquer l’apriori rationnel dont profite la « supranationalité » européenne ?

 

 


Lucas Laval

Etudiant en master 1 recherche en Histoire contemporaine à l'université Jean Jaurès, je travaille sur l'idée/identité européenne sous la direction de Bertrand Vayssière. Ayant obtenu un bac S (2014) avant de changer radicalement de domaine d'études pour effectuer deux années de lettres supérieures au lycée Saint Sernin de Toulouse, mon intérêt pour l'histoire et la culture allemande m'a ensuite poussé à partir vivre un an à Berlin, où j'ai pu valider ma licence d'histoire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.