Les archives ou l’histoire des jours

L’histoire nous passionne tous autant que nous sommes – les chercheurs, dans leurs courses frénétiques ou comme moi dans la rédaction d’un mémoire, sont à la recherche d’éléments clés, d’évènements inédits ou rarement développés. Mais rien de tout cela n’est possible avant le passage obligatoire par les archives.

Si l’historien dit, raconte, explique ou qualifie, il ne peut jamais s’éloigner de sa matière première, les sources et donc des archives.

Une journée capitale

La journée aux archives est pour moi déterminante. Lorsque le chercheur, comme c’est mon cas, n’a pas ses archives sur place, il doit se rendre en centre d’archives pour travailler, dépouiller et analyser ses sources. Cette journée doit donc être préparée et aucune perte de temps ne doit intervenir.

En amont, je liste une série de documents que je vais obligatoirement consulter. Au fil des mois, l’habitude des sources permet de savoir où et comment se situent les documents en archives. Ainsi, je sais d’avance quelles séries je vais devoir consulter et quels documents vont apparaître dans ma recherche.

Avant de partir aux archives, j’écris des grands thèmes de recherches. Pour mon mémoire, par exemple, je peux chercher des cas de litiges entre religieux et laïcs, des documents attestant de l’état des paroisses, des correspondances de prêtres, des rapports décrivant la mendicité et le soucis accordés aux démunis par l’Église. Je sais d’avance dans quelle(s) série(s) je vais avoir des réponses ou du moins des éléments pour ces thèmes.

Dans un second temps, après la lecture d’ouvrages, d’articles qui contiennent une bibliographie intéressante et qui s’appuient sur des sources utiles et accessibles au centre d’archives en question, je n’hésite pas à vérifier ou compléter ces éléments. Là encore, cela donne une idée du contenu et de la qualité des sources que je vais consulter. En somme, je n’arrive jamais totalement démuni et sans vraiment savoir ce que je vais trouver en archives. Cela évite une perte de temps dans la consultation des documents.

Néanmoins, et heureusement, il arrive parfois de faire de belles découvertes inattendues et des documents peuvent directement se rattacher aux grands thèmes cités précédemment ou tout au contraire former un « cas d’étude », ce qui deviendra – ou peut devenir – un point précis de notre mémoire, un exemple tout à fait parlant voire un élément de fond dans l’analyse et dans un des raisonnement du mémoire. Ainsi, avant même d’aller aux archives, on se rend déjà compte des diverses formes de sources et leur utilité pour notre mémoire.

Peu de matériel mais beaucoup d’esprit – © G. L.

Peu de matériel mais beaucoup d’esprit

Arrivé aux archives, il est dangereux de s’éparpiller surtout dans mon cas où les séries à consulter sont importantes en nombre de documents. Dans tous les cas, je consulte l’inventaire car il donne toujours des idées supplémentaires à nos intuitions et peut déjà répondre aux premiers questionnements que l’on a formulé.

En salle de lecture, il ne faut pas perdre un seul instant ! Après avoir consulté l’inventaire et retenu certains documents à voir, d’autres à écarter ou certaines cotes à garder pour plus tard, je fais la demande de prêt. Je travaille aux archives départementales de l’Aveyron où la demande se fait de manière numérique. Je commande souvent trois cotes par levée en moyenne.

En attendant la remise des documents, j’écris toutes les pistes que la simple lecture de l’inventaire ou de certains documents m’évoquent en lien avec mes premières idées. Cela peut paraître dénué de sens et assez abstrait mais au contraire, c’est très stimulant. L’esprit du chercheur est toujours vif et s’opère à des liens entre tout ce qu’il lit, du moins on l’espère !

« Mes sources » arrivant, je renseigne sur ma feuille tous les éléments que je peux constater au premier abord. Ainsi, je marque bien évidemment la cote, la taille du document, le support – si c’est un cahier, des feuilles volantes, des folios attachés –, aussi si c’est un document manuscrit ou imprimé, s’il est écrit par un seul ou plusieurs rédacteurs ou à qui il s’adresse. Souvent ces informations sont complétées par l’inventaire qui renseigne aisément à ce propos.

Je parcours rapidement tous les documents de la boite, j’observe ainsi les titres, la qualité ou non de la rédaction, le nombre de feuilles. J’ai une première connaissance qui peut déjà me parler. Ainsi, il est rare, sauf si la boite réunie des documents très précis sur un seul événement isolé ou une seule personne, je ne prends pas tout en photo ; je repasse les documents de manière plus attentive et je prends en photo, grâce à mon téléphone mobile, les documents qui pourront me servir et ceux qui sont susceptibles d’apporter des informations.

Les photos faites, j’inscris sur ma feuille, le résumé de ceux que je viens de voir et cela se recoupe avec les informations notées par avance lors de l’attente des documents. Ainsi, j’ai déjà des réponses face aux interrogations que j’ai pu me poser. Cela m’apporte aussi des éléments nouveaux et des pistes générales ou non de réflexion et d’approfondissement pour la suite. Par exemple, une boite contenant des documents sur la mendicité dans un département – ou pour mon mémoire dans un diocèse – pendant la Révolution française, peut nous amener à nous interroger sur le rôle et l’action du clergé face aux personnes démunies et l’importance ou non du contexte face à cette action et à ce constat. Par chance, cela peut donner naissance à un futur sous-point du mémoire. Pour que cela fonctionne, il faut aller chercher d’autres sources, d’autres éléments dans d’autres cartons ou boites et recouper cela avec la bibliographie qui va être déterminante et nous apporter un éclairage sur ces sources et leur utilisation. D’où l’utilité encore une fois de connaître et d’avoir à l’esprit tout le travail fait en dehors des archives ; connaître ses références bibliographiques, le point de vue des auteurs, leurs oppositions et surtout être capables de retrouver des références en fonction des thèmes. Il est important d’observer, même aux archives, au cœur des sources, l’aller-retour permanent entre les sources et la bibliographie.

Du rêve à la réalité

Même si l’on connaît et maîtrise de bonnes références bibliographiques qui nous renseignent sur un sujet, un événement, un personnage, la source est toujours le point de départ qui vient s’imposer dans notre recherche et nous forcer à s’adapter à elle. Il n’existe sans doute pas de source idéale puisqu’il s’agit vraisemblablement de l’essence même du travail du chercheur en histoire d’arriver à faire vivre ces sources. Une source idéale serait un document qui dans une étape de recherche inverse répondrait à toutes les questions que l’on se poserait suite à des observations faciles. Or, le chercheur garde toujours l’esprit, du moins je m’inscris dans cette démarche, de comprendre une source avec les outils qui me sont donnés et non l’inverse.

L’inégalité des sources, de leur contenu, de leur support et surtout de leur utilité montre parfaitement que le chercheur doit justement arriver à élaborer une pensée qui se base sur ces sources. Personnellement, je trouve tout l’enjeu et le plaisir d’être chercheur dans cette élaboration, dans cette découverte et cette compréhension, parfois partielle et inégale de ces sources et de l’idée qu’on peut en tirer.

Pour l’exemple de mon M2, mes sources sont très disséminées et aucune ne répond intégralement à mon sujet. Deux cas de figures se mettent ainsi en place. J’étudie – ou du moins je parcours – la série L car il s’agit du regroupement des archives de la période étudiée, la Révolution française. Je pioche en quelque sorte des éléments, des cas qui peuvent venir nourrir mon thème qu’est le religieux dans ce vaste ensemble. Ce que j’en trouve va plus ou moins me servir pour élaborer mon mémoire. Dans un second cas, le thème et les différents points déjà à l’esprit peuvent nous orienter vers d’autres sources lorsqu’on cherche des documents plus précis et que le classement des archives nous permet de trouver.

J’ose ainsi dire qu’une journée « réussie » aux archives est une journée où j’ai pu trouver des archives au sein d’un ensemble vaste qui vont pouvoir être exploitables et apporter des éléments nouveaux ou non dans mon questionnement de recherche en vue d’une réflexion élaborée pour mon mémoire. Aussi, c’est d’avoir réussi à piocher des sources qui répondent plus précisément à certains points de mon sujet que je vais par la suite développer ou non.

On peut remarquer que le travail en archives, même si on n’est pas encore de le travail de l’analyse à proprement dit, est très bénéfique et donne des directions très importantes. La journée aux archives s’achève véritablement lorsqu’on réalise de quels points on est parti et vers quoi nous pouvons aller.

Le manque d’archives ne doit pas se cacher. Lorsque des archives manquent, il m’apparaît important d’indiquer pourquoi, souvent cela permet d’indiquer une connaissance supplémentaire sur son propre sujet et l’état de mes sources et de nous remettre en question. Dans mon cas, je n’ai pas à souffrir d’un manque d’archives et lorsque cela peut néanmoins être le cas, j’apprends à contourner ce manque. C’est selon moi encore une caractéristique de la recherche et du travail du chercheur.

Aussi, il faut signaler que toutes les sources ne sont pas en centre d’archives. En plus de ma bibliographie, il n’est pas rare de quotidiennement trouver ou consulter des sources numérisées que je retiens ou non dans ma recherche. Je salue au passage toutes les personnes qui œuvrent pour cette numérisation et cette accession aux documents qui nous fait gagner du temps et qui peut s’avérer très utiles. Je profite de ce billet pour remercier aussi tout le personnel des archives. Le conservateur qui, toujours à l’écoute, renseigne dans nos recherches et toutes les personnes qui nous permettent de travailler dans des conditions optimales.


Gautier LOUYRIAC

Après avoir obtenu une licence en histoire mention patrimoine, Gautier LOUYRIAC s'est spécialisé sous la direction de Valérie SOTTOCASA sur l'histoire religieuse de l'Ancien Régime. Il prépare actuellement un travail sur le diocèse de Rodez.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.