Écrire l’histoire : un Grand Œuvre alchimique ?

Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. Volume n°6 de 1979. Image extraite du portail Persée. Tous droits réservés aux Annales. Économies, Sociétés, Civilisations publiées par l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

L’Histoire est en perpétuel mouvement et s’inscrit dans différents courants historiographiques. Écrire l’histoire tient de la métamorphose propre à l’alchimie à plusieurs titres.

Un athanor personnel permet de construire un Grand Œuvre historique qui nous octroie une potion d’immortalité. Inscrire son nom sur un travail universitaire ou une publication permet d’espérer une reconnaissance au-delà de nos simples existences. Ce qui valait pour Duby, Foucault, Braudel valait également pour leurs collaborateurs et élèves, moins connus mais non moins intéressants. Plus prosaïquement, nous nous inscrivons toujours à la suite de nos prédécesseurs que nous avons lus en repensant diverses questions qu’ils ont pu se poser et auxquelles nous sommes tentés de répondre de manière différente. Pourtant parfois, nous procédons à une sorte de synthèse en nous inspirant de différents courants.

L’importance de l’histoire socioculturelle

L’histoire reste l’objet d’une enquête à la manière d’Hérodote. Il faut compulser diverses sources en archives, les comparer, les analyser puis en extraire la substantifique moelle pour transformer le plomb en or.

En ce qui me concerne, l’histoire est avant tout une histoire sociale et culturelle, dans la mouvance des diverses tendances issues de l’École des Annales. L’illustration de couverture d’un numéro des Annales de 1979 ci-contre montre une figure grecque qui pourrait bien être un Hermès. Ce qui place le fait d’écrire l’histoire sous une référence propre à l’alchimie ! Pour en revenir à ma façon de voir l’histoire, c’est une chose commune à de nombreux historiens et historiennes que de s’orienter vers l’histoire sociale et culturelle. À la fin de l’ouvrage Les courants historiques en France (XIXe – XXe siècle), Christian Delacroix, François Dosse et Patrick Garcia s’accordent pour évoquer le fait que « la galaxie centrale de l’historiographie française reste l’histoire socioculturelle, aussi diversifiée soit-elle ». L’histoire sociale en tout cas me semble prendre de plus en plus de place.

Par ailleurs, le fait que l’historien soit un citoyen capable d’éclairer les autres sur le passé lui confère un rôle non négligeable dans la société. Cette fonction sociale de l’histoire peut être revendiquée par l’historien(ne) pour justifier son appartenance aux sciences humaines et aussi aux sciences sociales, alors même que la part du numérique tend à la modifier.

L’Histoire vue sous l’angle des humanités numériques

L’historien faisant de l’histoire quantitative (et/ou qualitative) peut avoir recours aux bases de données, c’est aussi une nouveauté du tournant entre XXe et XXIe siècle avec l’apparition des humanités numériques. L’apport de la prosopographie sous forme informatisée (grâce à FileMaker Pro notamment) me paraît novatrice pour partager des éléments entre historiens lorsque les bases de données sont mises en ligne sur Internet – c’est par  exemple le cas du Pool Corpus pour le Sud de la France.

La valorisation de la recherche par le biais des blogs et autres carnets de recherche, la médiatisation de travaux par le biais de Twitter ou d’autres réseaux sociaux constituent une nouvelle narration de l’histoire. Une crise épistémologique se pose cependant actuellement pour les humanités numériques : certains chercheurs comme Sean Takats cherchent à la résoudre grâce à de nouveaux logiciels plus performants qui ne peuvent toujours pas parer à tous les problèmes rencontrés par l’historien(ne). Certes l’aide d’un Zotero en matière de bibliographie est bien pratique, mais il est nécessaire d’en corriger certains défauts.

Comment écrire l’Histoire au quotidien ?

Je préfère utiliser le « nous » pour écrire l’histoire, car ce pluriel me paraît plus adéquat pour guider la pensée de tout lecteur ou lectrice. Enfin, les apports des humanités numériques enrichissent mon travail : j’utilise désormais FileMaker Pro et Zotero. Je me situe à la fois dans la grande histoire socioculturelle et la petite histoire des individus qui ont eu quelques années d’études dans les universités sous l’Ancien Régime. La micro-histoire italienne des années 1970 est aussi un point qui inspire ma réflexion. Je dois en grande partie à mes professeurs de l’Université de Toulouse II – Le Mirail/Jean-Jaurès ma façon de voir l’histoire. La filiation entre maîtres et élèves reste importante. Je reste une apprentie en matière d’histoire pour filer la métaphore de l’alchimie.

 

 


Isabelle Laur

Je suis étudiante en Master 2 Histoire, Civilisations, Patrimoine à l’Université de Toulouse 2-Jean Jaurès pour l’année universitaire 2016-2017. Je suis titulaire d’un CAPES d’Histoire et Géographie. J’ai précédemment accompli un Master 2 Archives et Images à l’Université de Toulouse 2-Jean Jaurès en 2015-2016. J’ai obtenu le concours d’attaché territorial de conservation du patrimoine option Archives fin septembre 2016.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *