Tondez les ! Les Femmes collaboratrices

Cortège de femmes tondues, Paris en 1944. Anonyme. Lieu inconnu.

Film amateur, 1944. Anonyme. Archives Nationales, Paris.

Si la collaboration féminine reste un sujet sensible et peu étudié, en partie car le lien entre les femmes et les actes de collaboration a longtemps été difficilement envisageable, cette thématique émerge depuis une dizaine d’années et permet de redonner une visibilité à ces femmes et de mieux comprendre la collaboration dans son ensemble et ses actrices.

Cette lacune dans la recherche s’explique également par le silence (logique) de ces femmes accusées. Elles apparaissent dans les sources sur lesquelles je travaille, bien que leurs propos n’y soient pas directement retranscrits. C’est le constat de ce désintérêt historiographique et ce goût pour l’histoire des femmes et la période qui m’ont poussé à travailler sur les archives de la Libération. Grâce à ses archives, je réalise mon mémoire sur les Femmes collaboratrices en Haute Garonne sous la direction de Sylvie Chaperon.

La collaboration féminine : enjeux et questionnements

S’intéresser aux femmes collaboratrices, c’est tenter de comprendre leurs motivations et d’établir une typologie des actes de collaboration, mais également d’examiner de nouveau la collaboration féminine dite « horizontale » ou « sentimentale » et d’inclure les femmes dans cette période sensible de l’histoire en démontrant que leur collaboration fut diversifiée et a pu être aussi bien économique, politique ou encore idéologique que sentimentale.

Un des enjeux de ce travail est donc de cerner la multiplicité et la diversité des cas de collaboration féminine mais aussi de s’intéresser à ces actrices. Existe-il un portrait de la femme collaboratrice ? Y a-t-il des spécificités dans cet engagement ou bien les femmes collaboratrices ne se distinguent-elles pas des collaborateurs? Peut-on observer une épuration judiciaire et extra-judiciaire sexuée ?

Femmes jugées pour nazisme à Luneberg en 1946. CORBIS

Photographie de femmes jugées pour nazisme à Luneberg en 1946. Anonyme. CORBIS, Seattle

Quelles sources pour un sujet passé sous silence ?

L’intérêt que je porte à l’histoire des femmes et à la question du genre dans la guerre m’a amené à travailler sur les archives judiciaires de la Seconde Guerre mondiale et notamment sur les arrêts émanant de la Cour de Justice de Toulouse.

Le choix de travailler sur l’histoire locale m’a paru logique pour des raisons pratiques et un intérêt personnel. Ce travail est essentiellement basé sur l’étude de ces arrêts, c’est-à-dire des décisions rendus par une juridiction civile de degré supérieur, puisque les dossiers de procédure sont soumis à un délai de soixante-quinze ans avant consultation. Étudier ces arrêts implique de comprendre la nécessité et le besoin des épurateurs de condamner fermement et de juger rapidement ces actes de collaboration. Cela demande également un travail rigoureux puisque les cas de femmes collaboratrices ne sont pas référencés dans les répertoires alphabétiques et que ces fonds sont considérables.

La production de sources des quatre grandes juridictions d’exception (la Haute-Cour de Justice, la Cour de Justice, la Chambre civique et les tribunaux militaires) est importante. Ainsi , je compte environ 600 cas de femmes et 2000 d’hommes entre 1944 et 1951 juste pour la Cour de Justice de Haute-Garonne. J’ai donc du redéfinir les bornes chronologiques de mon sujet et me limiter à une juridiction. Mon étude est donc basée sur une seule juridiction d’exception, celle qui a jugé le plus d’individus en Haute-Garonne, et sur une période plus restreinte pour cette première année de mémoire, d’octobre 1944, date des premiers arrêts émis par la Cour de Justice, au mois de juillet 1945.

Ces arrêts me permettent de réaliser une analyse quantitative sur les chiffres de l’épuration en Haute Garonne, mais aussi sur les similitudes et les disparités dans les jugements entre hommes et femmes accusé-e-s, la nature des peines, l’intensité et la possible répression sexuée. Avec les informations concernant les accusé-e-s, comme l’âge, la profession, la situation familiale, l’accusation ou encore la condamnation, j’essaie de cerner et de comprendre les actrices de cette collaboration afin d’avoir une vision objective des formes de collaboration féminine : quelles soient horizontale, idéologique, de marché noir ou encore de délation.
J’espère étudier lors de ma deuxième année de master une période plus large de l’épuration judiciaire pour avoir un travail plus représentatif de l’engagement collaborationniste féminin.


Lisa Laborde-tuya

En 2016, étudiante en master 2 Histoire, Civilisations, Patrimoine à l’ Université Jean Jaurès de Toulouse, je réalise un mémoire sous la direction de Sylvie Chaperon, sur les Femmes collaboratrices en Haute-Garonne de par mon intérêt pour l'Histoire des femmes, les questions de genre dans la guerre et la thématique de femmes et violence. Diplômée d'un BAC ES option européenne anglais, j'ai par la suite obtenu une licence Bi-disciplinaire en Histoire et Histoire de l'Art, Archéologie dans cette même université.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *