Zoom out sur le premier et avant-dernier semestre

CC Pexels

Et oui nous voici donc à la fin de ce premier et avant-dernier semestre du Master 2 ! Je tiens tout d’abord à remercier tout ceux qui m’ont soutenue… Non pas tout de suite ! Le travail sérieux va bientôt commencer, à savoir la rédaction du mémoire, ce qui n’est pas une mince affaire. En attendant je vous propose ici une brève rétrospective de ce semestre.

Il y a quelques semaines j’ai eu l’occasion de me rendre aux archives ecclésiastiques du diocèse de Toulouse, comme je l’attendais depuis le début de l’année. Bonne surprise : les archives découvertes sont un atout majeur pour mon corpus de documents puis-qu’avec elles, je sors de la catégorie des archives officielles. J’ai même pu avoir accès aux carton du XVIème siècle et du XVIIème siècle, ainsi qu’au carton rassemblant toutes les archives ecclésiastiques de Toulouse pendant la Révolution française.

Quand je compare mon planning avec celui décrit dans le premier billet de ce semestre, je constate l’écart. Encore une fois, mes recherches et mes orientations, là où elles m’ont mené, tout cela m’a encore surprise et j’aime ça. Cet exercice nous a obligé à mettre en face de nous où nous en sommes vraiment dans nos recherches, dans notre planning et dans notre méthode de travail. Il s’agit donc, pour moi, d’un bon exercice.

Fin du premier semestre : transition vers la rédaction

Tout droits réservés, Giphy

J’ai eu tendance au début à vouloir séparer les choses. A vouloir traiter les différents thèmes de mon mémoire séparément, par peur de confondre tout, de tout mélanger et de perdre de vue ce que je voulais toucher vraiment au cœur de chaque thème. Je prendrais à titre d’exemple l’histoire de l’indignité, une étude sur ce qu’est la régénération ainsi que le travail de Michel Vovelle autour de la déesse Raison en France pendant la Révolution française.

J’ai commencé par étudier chacun de ces thèmes en les séparant. Mais je me suis rendu compte de l’importance de faire du lien entre ces différents sujets que j’aborde parce que, finalement, ils se rejoignent. Dans mon travail, j’ai donc tenté d’établir des ponts entre ces sujets de recherches et cela rend le tout bien plus cohérent.

Il est temps désormais de penser à la rédaction. Mon planning est déjà presque prêt. Mon stock de thé aussi. A moi les instants de productivité, de procrastination, de doute, de remise en question, d’euphorie, de motivation, de stress, d’angoisse, de découvertes insoupçonnées. Cet instant tant redouté et attendu, le moment de l’écriture. Le moment où les idées, masse informe, prennent forme sur le papier, l’écran plutôt. La vie du chercheur en somme.

Image à la une : CC Pexels


Lauréline Brousse

Après avoir validée une licence en histoire, je suis maintenant étudiante en Master 2 Histoire moderne sous la direction de Valérie Sottocasa. Mes recherches portent sur la question religieuse à Toulouse pendant la Révolution française. Ce travail comprend l'étude du serment à la Constitution civile du clergé et la déchristianisation de l'an II.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *