« L’angoisse du gardien de but… »

Un jour il faut conclure, mettre un point final, éprouver la solitude du chercheur face au jugement de ses maîtres. C’est alors que l’on ressent « l’angoisse du gardien de but au moment du penalty ».

Il y a comme un phénomène cyclique du Master 1 au Master 2, d’un mémoire à l’autre. Il y a pourtant d’autres exigences plus précises. Il y a aussi le sentiment d’avoir appris et progressé. J’ai couru pendant vingt-cinq ans derrière un mémoire de recherche que j’étais incapable de rédiger. J’ai tenté par deux fois une maîtrise d’histoire, puis une maîtrise d’ethnologie. Je me suis « cassée les dents » sur la rédaction à chaque fois. La rédaction du mémoire de Master 1 était déjà un miracle en soi. Il y a dans toute cette histoire une constante: le rapport au temps, court ou long comme le disait Fernand Braudel. En l’espèce, le temps de l’historien croise celui de l’être humain.

Fernand Braudel, le maître. Mucem, tous droits réservés

« Patience et longueur de temps… »

Le mémoire de Master 1 a donc été le fruit d’une longue maturation. En Master 2, je commence à réussir à ordonner et synthétiser ma réflexion. Un mémoire n’est finalement pas affaire d’érudition. Il ne s’agit pas d’étaler prétentieusement son maigre savoir, mais de répondre à des exigences techniques. Et il est vrai que lorsqu’il s’agit d’élaborer un plan, une problématique ou simplement d’écrire, on fait moins les malins! On revient toujours aux fondamentaux de l’histoire à la française. Langlois et Seignobos, la source, la critique interne et externe. Et les billets, même rédigés de manière désordonnée, constituent un accompagnement et une mise en ordre des idées.

« Ce qu’il m’aura fallu de temps pour tout comprendre » (L.Aragon)

J’aime la compagnie d’Isabelle Rivière et de Madame Simone, j’aime le temps passé à déchiffrer un manuscrit tiré d’un carton. L’aventure historique est un voyage dans le temps. Si la rédaction des billets a été cahotique, c’est probablement parce que la recherche l’était aussi. Cette recherche a évolué depuis le Master 1 où je m’étais concentrée, avec le scénario inédit du Grand Meaulnes sur la personnalité d’ Isabelle Rivière. Le Master 2 s’est orienté vers une histoire plus collective. J’avais envisagé dans le premier billet une « chronique marxienne ». Avais-je été présomptueuse? Il s’avère que, plus modestement, j’ai enfin trouvé une ligne directrice pour mener à bien cette recherche au long cours.

Madame Simone dont la beauté incandescente traverse aussi le temps… Wikimedia Common

Construire un canevas

Dans le premier billet, j’avais prévu un plan construit en décembre. Une fois encore, le temps a été mon ennemi. On n’en est pas encore là. Mais la problématique se dessine. Mon directeur de recherche a demandé un « canevas ». J’ai réfléchi à un plan sommaire pour imbriquer l’histoire du groupe et les « mémoires affrontées » d’Isabelle Rivière et Madame Simone dans les années 1950-1960. La méthode d’analyse a évolué vers une démarche plus scientifique, avec des outils d’analyse tels qu’une base de données (encore très sommaire) et une grille de lecture qui croise les histoires respectives des deux femmes. J’ai rarement évoqué au cours de ces billets l’enjeu central de cette querelle: un homme et son oeuvre, Alain-Fournier et son Grand Meaulnes mais les fils de l’histoire se sont mis en ordre. Je n’avance plus tout à fait à l’aveuglette. Je suis enfin devenu une étudiante et apprentie-chercheuse comme les autres, qui apprend et qui mûrit. L’angoisse de l’écriture s’est progressivement dissipée. Je ne suis plus tout à fait l’esclave de la source. J’en deviendrai peut-être le dompteur.

Le chercheur en histoire, comme tous les autres, est à la fois praticien et théoricien. Il voyage dans le temps, fait des rencontres et en tire parfois des conclusions théoriques. Théorie et pratique entremêlées: la praxis disait Marx.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Dominique Dath, « L’angoisse du gardien de but… » […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *