Questions autour d’une source

Des notes manuscrites…. Dominique DATH tous droits réservés

La source est l’alpha du chercheur. Pas de source, pas d’histoire ou si peu. Elle est à la fois outil et maîtresse. Pour un apprenti chercheur en histoire sociale et culturelle, se confronter à la source, c’est aussi rencontrer des individus et mener une enquête.

Un manuscrit et des questions

J’utilise deux types de sources : des sources imprimées et des sources manuscrites. Je n’utilise pas de logiciel pour l’instant. Je tente encore de m’initier à Filemaker pour réaliser la base de données dont j’ai vraiment besoin dans la perspective racontée dans le premier billet. J’imprime les sources pour les annoter, j’ai besoin du contact avec le papier afin de pouvoir l’annoter. Je ne parviens pas à travailler à même un écran, sans papier ni stylo. La source manuscrite que j’utilise (la biographie inédite d’Isabelle Rivière) a été photographiée et enregistrée dans l’ordinateur (rien que de très banal finalement). J’ai des difficultés avec le manuscrit d’Isabelle Rivière : il faut le relire, le retranscrire. Dans le même temps, c’est une découverte passionnante. J’ai la sensation à toute petite échelle de mener un véritable travail de recherche. Je suis la première personne à relire ce manuscrit autobiographique après son auteur.

Mémoires affrontées, qui croire?

Le temps de l’écriture est un temps complexe, ainsi que je l’ai déjà raconté. J’utilise des brouillons, des feuilles de couleur, des cahiers. Je n’écris pas d’un trait : je rature, je reviens en arrière. Je n’ai pas étudié les archives sur place pour des raisons pratiques : il s’agissait d’archives privées. Il était donc difficile de s’installer chez leur propriétaire pour les exploiter confortablement.

A l’imprimé: un travail de longue haleine Dominique DATH tous droits réservés

Quand aux sources imprimées, certaines m’appartiennent. Le « sur place » correspond donc à ma maison. Par ailleurs, j’ai enfin compris ce que signifiait le croisement des sources. On apprend au cours des études d’histoire que la source ne vaut que si elle est remise dans son contexte historique et éventuellement comparée : les mémoires affrontées d’Isabelle Rivière et Madame Simone en sont une illustration très intéressante. L’une et l’autre donnent leur version d’événements historiques vécus en même temps et racontés différemment. De fait, c’est au chercheur de déterminer autant que faire se peut la vérité historique, nécessairement subjective et partielle.

Mon hypothèse est-elle la bonne?

Lorsque j’ai choisi mon sujet d’étude, à la frontière de l’histoire sociale et culturelle, je ne savais pas exactement comment analyser une source. C’est en réfléchissant sur le sujet et en appréhendant concrètement l’archive que se fait l’apprentissage. Dans Le goût de l’archive, l’historienne Arlette Farge raconte son expérience des dépôts d’archives et la manière dont le chercheur ressuscite en quelque sorte un temps révolu. Il n’est pas simple d’interpréter des sources, de réfléchir à des hypothèses. Et si je m’étais trompée ? Et si j’avais été influencée par les affirmations de l’une ou de l’autre? Dans L’histoire continue, Georges Duby raconte que, face à deux hypothèses, il en a choisi une et qu’elle était la bonne. Mais l’erreur était toujours possible.

L’histoire est une science, les chercheurs ont parfois utilisé des chiffres et des séries statistiques. En l’occurrence, j’ai affaire à des mots, des désaccords et des points de vue divergents. Analyser le discours d’Isabelle Rivière et sa version de sa propre vie, c’est aussi les remettre en perspective et s’en méfier. Quel drôle de métier que celui qui consiste à transformer celui que l’on a choisi de mettre en valeur en suspect. J’ai mis du temps à comprendre en quoi le cours sur les archives judiciaires de Master 2 m’avait été utile. Par des chemins détournés, ce cours m’a montré la nécessité de prendre de la distance avec l’archive. « Gardez-moi de mes amis » : ainsi je dois garder de la distance avec ce groupe d’intellectuels qui m’accompagne au fil des mois.

 Crédits à la une: CC Roland O’Daniel


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *