C’est l’heure du bilan

Source: sciences-techniques.cnes.fr, diplôme, Centre national d’études spatiales (CNES), tous droits réservés.

Nous sommes en milieu d’année scolaire, aux trois quart d’un chemin semé d’embûches. C’est l’occasion de dresser un bilan sur mon année de Master 1 et ce premier semestre de Master 2. C’est aussi le moment d’analyser cet exercice de blog proposé par Mr. Poublanc.

Vers une carrière d’écrivain ?

La rédaction d’article a permis de mettre en valeur nos talents d’écrivain en vu de rédiger le mémoire. En effet, de nombreux articles sur divers sujets ont été écrits, ce qui constitue un entraînement en vue de la rédaction du mémoire final. D’abord assez formel et scolaire, notre groupe s’est progressivement approprié les sujets proposés afin d’y ajouter une touche personnelle agrémentée d’une pointe d’humour. Dans chacun des billets, nous avons eu l’occasion d’expérimenter le cheminement de notre pensée : quelles sont les différentes étapes nécessaires à l’élaboration d’un mémoire ? Seul le mémoire atteste du résultat final de ce processus, jamais il n’est décrit auparavant. Les billets de blog permettent donc à chacun de s’exprimer sur le sujet.

Grâce aux nombreux travaux que l’on nous demande durant nos années de master (analyse d’ouvrage, maîtrise de logiciels, cycles de colloques), notre façon de penser évolue, de même que notre méthode de travail. Nous apprenons à trouver, critiquer et problématiser nos sources, nous disposons de logiciels afin de nous organiser dans notre recherche et d’une ouverture sur d’autres domaines des SHS liés à l’histoire comme la sociologie.

Au final, cet exercice sert à prendre du recul sur notre quotidien de jeune chercheur. Nous y exposons nos difficultés comme nos réussites, nous nous posons constamment des questions sur nos sujets et nous faisons aussi le point sur notre avancée. Loin de vouloir faire une carrière d’écrivain grâce à ces billets, je considère personnellement qu’ils font partis d’un tout relatif à la recherche et sont un mur d’expression de ce qui était jusque là invisible dans le grand monde de la recherche.

Source: CC Wikimedia Commons, Albert Einstein, Oren Jack Turner, tous droits réservés.

Le cheminement de ma pensée

Ma méthode de travail n’a cessé d’évoluer au fil du Master, de même que ma façon de penser. J’ai d’abord appris à rechercher dans les archives et à sélectionner les informations. Au fil de mes lectures, j’ai constitué un plan relatif à une étude de cas, à savoir la mise en place du ravitaillement dans le Tarn. Mon sujet n’est alors qu’une simple analyse de la réticence puis de l’obligation du gouvernement à mettre en place le ravitaillement. En voyant aussi les limites de cette politique, j’ai élargi mon mémoire à des notions telles que les classes sociales, les relations État/Occupants/population ou encore la géographie complexe du département.

Cette année de Master 2 me donne la possibilité d’utiliser un nouvel outil : Filemaker. Je peux ainsi organiser ma base de donnée tout en la complétant : quelle joie de s’y retrouver dans ses sources et d’être enfin capable de les regrouper facilement ! Les contraintes autour des sources sont alors dépassées : je m’en empare, je les traite puis j’essaye de trouver différentes manières de l’exploiter par le biais des SHS. Mon corpus de source étant lourd, j’ai dû également apprendre à l’alléger en sélectionnant les principales données. Pour autant, je ne néglige aucun aspect du ravitaillement dans chacune de mes sources.

Conclure le master

Que m’ont appris ces deux années de master ? Au final, par de nombreux aspects, j’ai pu voir le monde de la recherche : j’ai pu contempler, lire, analyser et réutiliser la matière première des historiens que sont les sources, j’ai pu m’abreuver d’un savoir scientifique multidisciplinaire, je suis parvenu à améliorer mes capacités orales et écrites et je maîtrise des logiciels tels que Word, Excel et Filemaker (malheureusement, ce n’est pas le cas pour Phildigit et Philcarto). De nombreuses épreuves ont été surmontées et il en reste bien d’autres. Je n’ai plus qu’un seul objectif en tête : terminer mon mémoire afin de réussir et de conclure ce master.

Crédits Image à la Une : CC Wikimedia Commons, Balance Icons, tous droits réservés.


Steven Dunn

Après avoir validé une licence SHS mention histoire en 2011, Steven DUNN est actuellement étudiant en master 2 histoire, civilisations et patrimoine modernes et contemporaines. Il est spécialisé sur la Seconde guerre mondiale et particulièrement sur les questions de ravitaillement.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *