Rien de nouveau sous le soleil ?

fp

Le Voyageur contemplant une mer de nuages, Caspar David Friedrich, 1818. Wikimedia Commons, Libre de Droits.

Alors que le froid s’installe et que la seconde année de Master semble être bien entamée, les travaux sur les billets de blog se terminent. Quel bilan tirer de cette expérience ? Quel constat, après quelques mois d’évolution, faire sur nos projets d’écriture ? Frustration, satisfaction ? Sans aucun doute un peu des deux.

Lorsque le projet de billets de blog nous fut présenté comme un projet inédit, cette tâche me semblait difficile à mettre en place. Les sujets et leurs limites paraissaient alors compliqués, tout du moins délicats à écrire au stade où on en était de la recherche. Cependant, après 5 billets écrits et un an et demi de master, ce projet semble plus que pertinent : indispensable.

Un accouchement difficile

Malgré son apparente simplicité, ce travail d’écriture m’a donné quelques sueurs froides. Au fil de nos recherches, nous avons dû présenter notre sujet, écrire sur notre manière de travailler, commenter nos projets de recherches, présenter nos sources et notre rapport avec les archives.

La principale difficulté rencontrée fut peut être celle de la contrainte du temps. En effet, environ toute les deux semaines, il fallait avoir fini un billet, chose qui peut s’avérer difficile à tenir lorsque l’on a des dossiers et de la recherche à faire simultanément. Une autre difficulté réside sans doute dans le choix des sujets. Il est vrai que l’écriture sur sa propre expérience est déjà une épreuve en soi, qui plus est quand des limites sont imposées. De même, comme j’ai changé de sujet pour ma seconde année de master, ce dernier sujet était en partie vierge de toute recherche en octobre, date du premier billet. Tout au long de cette expérience, j’ai donc jonglé avec ma première année et celle en cours. Mais outre ces quelques difficultés et parfois le manque d’inspiration pour écrire, l’épreuve fut bonne.

Une expérience prometteuse

Alors que je rédige ce sixième billet et que je relis mes précédents, je vois une évolution d’écriture et de ton. Dans mes premiers écrits, je reste assez scolaire et j’essaye de prendre de la distance par rapport à mon sujet, chose qui va évoluer au fil de mes billets. Une liberté de ton et de propos apparaît alors. Cela peut s’expliquer par le fait que l’écriture sur mon expérience personnelle est inédite pour moi. Effectivement, parler de ses travaux n’est pas nouveau, mais raconter comment on les réalise, ainsi que parler de nos états d’âme, n’est pas courant (tout du moins pas pour moi).

Malgré la nouveauté de cet exercice, celui-ci s’avère particulièrement pertinent. En effet, présenter l’évolution de mes travaux entre mon Master 1 et mon Master 2 m’a permis d’y voir plus clair. Cela permet de vulgariser, mais surtout de poser noir sur blanc les cohérences et les incohérences de nos recherches. Développer divers aspects de la recherche permet également de rester modeste et pragmatique (quand on lit les billets de nos camarades, on peut ainsi faire certaines comparaisons constructives sur la méthode). Cet exercice est donc très pertinent pour soi-même mais également pour les autres.

La proximité avec le jeune professeur du cours « histoire numérique » fut également particulièrement enrichissante. En effet, cela permet de « dépoussiérer » l’image que l’on se fait des chercheurs, de l’histoire et de ses professeurs, en nous montrant une réalité professionnelle et humaine qui est plus proche de nous, étudiants de Master 2.

Haut les coeurs !giphy-2

Mes techniques de travail ont évolué, et avec celles-ci ma vision de la recherche. Je pense avoir grandi au fil de mon master, dans le sens ou j’essaie d’avoir une vue d’ensemble, sur ce qu’est mon sujet de recherche, sur les enjeux qui touchent à celui-ci, ainsi que là ou j’aimerais l’emmener (où plutôt là ou je le laisserai m’emmener). Ma première année de master m’a appris que malgré le fait d’avoir une idée du but à atteindre, la découverte de sources au fur et à mesure m’a fait prendre des chemins parfois inattendus.

Cette année de Master 2 semble se déroule différemment. La recherche n’est plus un mystère pour moi, et je commence à connaitre les travers à éviter et les méthodes à acquérir. Comme je l’ai aussi mentionné dans le billet précédent, j’ai introduit les entretiens oraux dans mes sources. J’ai d’ailleurs rencontré début janvier Monsieur Jean Louis Bianco qui a eu la bienveillance de me recevoir. Parler avec l’un des acteurs politique majeur des vingt-cinq dernières années est particulièrement impressionnant, et nous fait garder à l’esprit que l’histoire s’écoute, se voit, et se raconte aussi. Cela fera peut être l’objet d’un prochain billet. Quoiqu’il en soit, cette seconde année de Master, dont le premier semestre est passé à une vitesse folle, s’annonce riche en enseignements nouveaux et en expériences.

En somme, une phrase de Mark Twain pourrait résumer l’écriture de ces billets, les deux années de Master, et plus généralement la recherche : « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait. »

Crédit Image à la Une : Le Chevalier aux fleurs, Georges-Antoine Rochegrosse, 1894. Wikipédia Commons,Libre de droits.


Maxime Séguéla

Titulaire d'une licence d'histoire à l'Institut Catholique de Toulouse, je suis actuellement en seconde année Master à l'Université Toulouse Jean-Jaurès. Pour mon Master 1, j'ai choisi de m’intéresser aux relations qui unissent les présidents français, les papes et la religion, et plus précisément les présidents René Coty et Charles de Gaulle. Pour cette année de Master 2, je vais m'intéresser à la question du président François Mitterrand et de la religion, toujours sous l’œil bienveillant de Mr Foro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *