Carnet de voyage : Clap de fin pour l’aventure de l’Hermione

L'Hermione en Hiver 2016-2017 sans ses vergues

L’Hermione en Hiver 2016-2017 sans ses vergues

A la suite de ces trois premiers semestres de master, que dois-je retenir, si ce n’est l’importance de la trace écrite en histoire ? A travers les bases de données, les billets de blogs, les comptes-rendus de lecture et de séances et évidement le mémoire, l’apprenti chercheur tente tant bien que mal de laisser son empreinte. Y suis-je arrivé ? Le verdict tombera début juin…

Durant cette première année de master, sous la direction de Monsieur Jacques Cantier, professeur d’histoire contemporaine à l’université Toulouse-Jean Jaurès, j’ai souhaité mettre en évidence le patrimoine maritime à travers l’exemple de la reconstruction de l’Hermione. Ce sujet, je l’ai choisi pour l’aspect mémoriel de l’histoire immédiate, mais aussi l’histoire culturelle autour de la littérature maritime et de l’association sans qui le projet de l’Hermione n’aurait pas pu voir le jour.

Dépasser le : « qu’en dira t-on »

Sans pouvoir prétendre que je serai un chercheur en fin de master, je crois pouvoir dire que j’ai acquis une bonne ligne de progression, et un début de méthode pour analyser des sources. Sélectionner l’utile et l’inutile, trier, mais aussi savoir abandonner un détail que l’on croyait important et qui en fait ne s’intègre pas dans notre démarche, tel est notre quotidien. Au fur et à mesure que notre sujet s’enrichit, l’analyse semble plus fine, la rédaction meilleure, la lecture plus facile, en somme on acquiert un semblant de maturité. Les historiens, dans leur monde, deviennent plus accessibles, ou alors moins inatteignables dirons-nous.

Même si l’expérience « d’écrire à la manière de » pour le blog paraît impressionnante au début, c’est une bien belle expérience, que je souhaite poursuivre jusqu’à la fin du master, pour enfin sortir l’ultime article, le vrai, le bon….le meilleur ! « Tribulations historiennes » pour les étudiants en master est une expérience à poursuivre. Outre le fait qu’elle soit orchestrée par un professeur prenant, l’avenir de l’histoire comme tant d’autres domaines, passe à mon sens par le numérique et la diffusion. L’histoire doit être connectée, mais surtout accessible. Avec cette nouvelle génération du « me-myself », qu’il est bon de se distinguer autrement que par l’auto-image ! Utiliser le verbe et la pensée me semble une bonne alternative. Alors dans ces articles où nous avons été tiraillés entre l’angoisse de la feuille blanche, le manque d’inspiration, et la pression de quelques professeurs sur notre façon d’écrire, on peut dire qu’on aura essayé.

Des exercices stimulants

Afin d’appréhender tous les horizons de la recherche, un exercice de séminaire fut proposé au cours du premier semestre de Master 2 sur deux jours sous la direction de Sophie Dulucq. La promotion a présenté son sujet durant une quinzaine de minutes. Dans mon cas, j’ai eu l’opportunité de participer à ce même genre d’exercice une autre fois pour un séminaire d’histoire de l’art, sous la direction de Sophie Duhem, sur le thème « Documenter les mobilités artistiques et la culture matérielle, Entre Atlantique et Pacifique (XVIe-XXe) Regards croisés de l’archéologie et de l’histoire de l’art ». J’y ai rencontré une archéologue navale du DRASSM, qui participe à la chasse aux amphores dans la baie de la cité phocéenne mais aussi des étudiants d’histoire de l’art travaillant sur le commerce des porcelaines de Chine par exemple.

Nous voguons vers un stage de professionnalisation obligatoire pour le second semestre, qu’il serait intéressant de raconter dans un prochain article. J’ai sollicité pour ce stage d’une durée minimum de deux semaines, le responsable en communication de la Corderie Royale de Rochefort qui a bien voulu m’accueillir


Quentin Laurensan

Ayant obtenu une Licence d’Histoire-Géographie à l’Université Toulouse Jean-Jaurès, j’ai choisi de me diriger vers la recherche contemporaine. Je travail actuellement sur L’aventure de l’Hermione vu sous l’angle d’un voyage contemporain au fil des représentations et des symboles. Je ne me présente pas comme un globe-trotter cherchant à écrire un récit de voyage, mais ayant passé beaucoup de temps en Bretagne, je ne suis pas insensible au charme de la navigation.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Quentin Laurensan, Carnet de voyage : Clap de fin pour l’aventure de l’Hermione […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *