INCROYABLE : cet article sur le traitement des sources va vous étonner!

Stade auquel se sent l'auteur lorsqu'il pense au traitement numérique de ses sources / Minitel / Crédits: Wikimedia Commons

Stade auquel se sent l’auteur lorsqu’il pense au traitement numérique de ses sources / Minitel / Crédits: Wikimedia Commons

Bien que désirant ardemment avoir recours à des procédés de pointe en matière de traitement des sources, je n’ai eu l’occasion de le faire qu’à un niveau rudimentaire.

L’un des objectifs de mes travaux est de reconstituer les réseaux de sociabilité du journaliste Claude Bourdet en m’appuyant sur la formidable source que constituent ses correspondances, en partie conservées à la Bibliothèque nationale de France. Les conditions de consultation et de reproduction du fonds m’interdisant de photographier les sources, je dois me résoudre à retranscrire dans un logiciel de traitement de texte le plus de lettres possibles à chaque séjour aux archives. Tout recopier de façon presque automatique et analyser plus tard, le procédé est fastidieux mais semble être le seul permettant d’obtenir un résultat satisfaisant.

Mais en tant qu’étudiant initié aux formidables perspectives qu’offrent aux historiens les outils numériques, je ne peux pas me satisfaire d’un traitement aussi simple. Je dois accorder une postérité digitale digne de ce nom à ces missives tapées à la machine dans les années 1950-19560. Mais n’ayant malheureusement pas pu, pour les raisons évoquées précédemment, assister à l’intégralité des séances qui m’auraient permis d‘achever ma formation en humanités numériques, je ne suis pas capable de goûter aux joies des bases de données relationnelles. Et la seule forme de traitement des sources dont je peux faire état ici se réduit à la construction d’un austère tableur. Chaque correspondant de Claude Bourdet, chaque membre de son réseau y est rangé. J’ai établi un certain nombre de critères de classement qui permettent, le moment venu, de pouvoir distinguer et soupeser assez facilement les sous-ensembles cohérents qui structurent cette toile que je m’efforce, le plus minutieusement possible, de déplier.

Une belle base de données / Pierre Hamdi tous droits réservés

Une belle base de données / Pierre Hamdi tous droits réservés

De Perpignan à Denver

Je peux aussi évoquer un autre exemple d’usage numérique, à défaut de traitement, des sources. Claude Bourdet a publié des éditoriaux chaque semaine dans l’hebdomadaire qu’il a créé en 1950 (L’Observateur). Il est nécessaire pour moi d’avoir accès à chacun d’eux. Or, je n’ai à ma disposition à la Bibliothèque municipale de Toulouse qu’une partie de la collection, les quatre premières années étant manquantes pour d’obscures raisons. Les exemplaires les plus proches de moi sont à la Médiathèque de Perpignan. J’ai donc eu le bonheur de me rendre un samedi dans la cité catalane pour prendre en photo des journaux.

Mais en raison d’une carte mémoire défaillante je n’ai pas pu faire des provisions d’articles suffisantes et deux années me manquent toujours. Une solution est venue un peu par hasard et, comme je ne l’aurais probablement jamais imaginé, d’outre-Atlantique. J’ai eu tardivement connaissance de travaux portants sur un sujet similaire au mien menés par un chercheur américain enseignant au département de littérature française de Denver. J’ai pu facilement entrer en contact avec lui et une collaboration est née petit à petit, consistant notamment en un partage gracieux de documents tels que, je vous le donne en mille, les exemplaires numérisées de L’Observateur qui me manquaient. Bel exemple de ce que permettent les outils numériques quand ils sont mis au service de la coopération transnationale.

J’espère qu’aucune source n’a été mal traitée durant l’écriture de ce billet.

Denver, lui aussi en décalage avec son temps


Pierre Hamdi

Etudiant en Master 1 Histoire et civilisations modernes et contemporaines et aspirant journaliste. Mon travail , mené sous la direction de Jacques Cantier, porte sur la figure du journaliste engagé pendant la guerre d'Algérie. Avant tout cela, deux années d'histoire à l'Université Rennes 2, une année de philosophie et une Licence de Sciences Politiques à l'Université Rennes 1 et un Master 1 de Sciences Politiques et Relations internationales à l'Université de Marmara d'Istanbul.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *