Faire de l’histoire : analyser les sources

Source : Keepcalm-o-matic.co.uk, cite your sources, tous droits réservés Steven Dunn.

Que serait l’historien sans ses sources ? Elles sont indispensables à l’écriture de l’histoire. Comme un potier travaille l’argile, l’historien s’approprie et analyse les sources afin d’étudier et d’étayer son sujet.

Les sources : lesquelles et pourquoi

Je travaille sur le ravitaillement dans le Tarn durant la Seconde Guerre mondiale, mes sources sont donc disponibles aux Archives départementales du Tarn et de Haute-Garonne. Elles sont nombreuses et, par conséquent, certaines sont laissées de côté : il s’agit des articles de presse ainsi que des archives communales. Le sujet étant large, j’ai dû restreindre mon champ de recherche afin de ne pas me laisser déborder par les sources. Cependant, ces dernières sont très diverses : des rapports préfectoraux, des lettres, des télégrammes ou encore des affiches montrent les différents points de vue entre écrits privés et publics, entre ce qui est officiel et ce qui est officieux, et entre les documents confidentiels et les documents destinés à la diffusion de masse. Selon l’auteur et la nature de la source, le point de vue diverge. Cela met en relief les problèmes que rencontrent les Tarnais durant la guerre : l’Occupation, survivre, l’angoisse, la peur ou encore devoir recourir au marché noir pour trouver la nourriture de tous les jours. Tout cela transparaît de mes sources, c’est le fruit de mes recherches et de mes analyses.

Traitement et analyses

Afin de traiter au mieux mes sources, j’ai décidé de les photographier. Cette méthode a pour point fort de pouvoir compiler rapidement des données et de les analyser en dehors des archives. Cependant, le désavantage principal est de se retrouver à étudier des milliers de photos et on peut se retrouver débordé par le travail en peu de temps. Pour compiler les données récoltées, j’utilise les logiciels Word et Excel : le premier permet de réaliser une synthèse des informations tandis que le second me sert dans mes calculs statistiques. J’ai toutefois rencontré un problème avec cette méthode durant mon Master 1 : le tri des données n’est que peu faisable, ce qui m’a fait perdre beaucoup de temps au moment de la rédaction.

Pour mon année de master 2, sur les conseil de M. Poublanc, j’ai donc décidé d’utiliser Filemaker (un logiciel de base de données) ainsi que d’introduire des mots-clés (ravitaillement, Occupation, marché noir, etc) afin de m’y retrouver dans mes sources. Pour l’instant, la méthode est au stade expérimental, il me semble que cette dernière m’aide à ordonner mes idées et mon travail. Son efficacité sera vérifiée au moment de l’écriture.

Écrire l’histoire

giphy-1

Source: Giphy

Durant mon master 1, la phase d’écriture était la plus difficile de toutes. En effet, j’ai passé des heures à retrouver les données puis à les classifier dans les différentes parties. Je commence toujours par écrire un brouillon papier afin de pouvoir organiser ma pensée. Ce premier jet comporte de nombreuses fautes d’orthographe et de grammaire et souffre aussi d’un manque de chronologie dans les événements décris. Après une première correction, je rédige la partie en question puis effectue une seconde correction en présence d’une autre personne. Cela permet de vérifier l’orthographe, la grammaire et la compréhension de ma réaction. Une fois cette vérification faite, je passe à la suivante. Afin de rendre le récit plus vivant, j’aime bien insérer les anecdotes recueillies de mes sources mais le récit manque encore d’analyse. L’ultime relecture est effectuée par un ami historien, ma famille et moi-même. Néanmoins, la principale critique de mon travail de Master 1 était la précision : mon récit restait encore trop général. Pour mon Master 2 et grâce aux nouveaux outils à ma disposition (Filemaker, nouvel appareil photo), j’écrirai une histoire davantage axée sur le local et les acteurs qui y sont liés.

Crédits Image à la Une : Oxybul.com, Couverture du livre Seconde Guerre mondiale, éditions Quelle Histoire, tous droits réservés.


Steven Dunn

Après avoir validé une licence SHS mention histoire en 2011, Steven DUNN est actuellement étudiant en master 2 histoire, civilisations et patrimoine modernes et contemporaines. Il est spécialisé sur la Seconde guerre mondiale et particulièrement sur les questions de ravitaillement.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *