Quotidien de la recherche : chercher le quotidien

Temple de Wat Plai Laem, Thaïlande / Crédits : OlegD/shutterstock

Salarié à trois quarts temps et préparant plusieurs concours en parallèle du master, mon quotidien de recherche est fait de dilemmes, de priorités et d’aménagements plus ou moins confortables.

Pour subvenir à mes besoins, j’exerce la noble fonction d’Assistant d’Éducation (pion) dans un lycée tranquille. Quatre jours par semaine, je surveille, écoute, encourage, soigne, gronde, accompagne, punis,  oriente… des adolescents qui passent, eux aussi, leur temps à chercher. Ils ne cherchent pas à faire avancer la connaissance historique mais cherchent quand même beaucoup : des ennuis, des réponses, des moyens de ne pas faire la queue pour la cantine et même parfois un sens à leurs vies. Je pensais retrancher ces heures du temps que je consacre quotidiennement à la recherche mais finalement je les comptabiliserai.

J’ai pu aménager mon emploi du temps de sorte à avoir quelques plages disponibles pour m’adonner à ce qui doit donner du sens à ces deux années de master : lire et chercher de quoi produire quelque chose d’un tant soit peu intéressant sur le journaliste Claude Bourdet. Je me rends donc chaque lundi, mardi et mercredi après-midi à la Bibliothèque Universitaire pour exercer mon métier d’étudiant. Le jeudi est la journée phare de la semaine : ma présence n’étant pas requise au lycée, je suis en mesure de faire l’ouverture et la fermeture de la bibliothèque. En outre, chaque samedi est le théâtre d’une lutte impitoyable entre la rigueur que mon emploi du temps serré m’oblige à adopter et l’appel des joies du monde extérieur. Des compromis sont souvent trouvés.

En semaine, je préfère travailler à la bibliothèque, terrain neutre et dépourvu de toutes les tentations que peut renfermer une chambre d’étudiant, aussi réduite soit-elle. Prévoir goûter (et gamelle le jeudi), monnaie pour le café, petite laine pour parer les courants d’air et patience en cas de voisin bruyant.

Situation optimale/ Crédits AFP / Martin Bureau

Situation optimale/ Crédits AFP / Martin Bureau

Je suis en mesure d’ajouter du temps à celui alloué par cette organisation en procédant, avec astuce, à quelques aménagements. J’espère que la Conseillère Principale d’Education du lycée qui a la chance de me compter parmi ses surveillants ne lira pas ces lignes, mais les heures de surveillance d’études en font particulièrement l’objet. Avec un peu d’entraînement, il est tout à fait envisageable de lire un texte ou de mettre en forme des notes tout en assurant une heure de permanence. Pour obtenir une ambiance autorisant un minimum de concentration, tuer dans l’oeuf toute velléité de désordre ne suffit pas ; il est nécessaire d’acheter la paix sociale : un peu de calme contre le droit d’accéder discrètement à son téléphone portable, l’affaire est honnête.

Pourquoi faire tout de suite tout ce qu’on peut faire plus tard?

Mais ne nous y trompons pas, cet emploi du temps n’est pas à l’abri d’un trou d’air, d’un moment de flottement, d’une flemme ardente, d’un épuisement trompeur, mais aussi d’un découragement passager, d’une remise au lendemain, de tout ce qu’il est désormais coutume d’appeler « procrastination », pour faire savant et donc à peu près autorisé. De nombreux mécanismes peuvent sans doute expliquer cette attitude qui fait paraître la plus insignifiante des distractions comme beaucoup plus épanouissante que la tâche qu’il est urgent et impératif de réaliser.

Parmi ceux-ci, il en est un particulièrement pervers qui habille un manque de motivation en choix de priorité. Le sort réservé aux billets de blog en est un cas d’école. Toutes les deux semaines, une livraison de ces instantanés de Master était attendue. Mais j’ai eu régulièrement la faiblesse de penser que lire des ouvrages de ma bibliographie ou m’exercer aux épreuves qui m’attendent à la fin de l’année était plus important. Au moment de publier ce billet avec deux mois de retard, je ne peux que me rendre à l’évidence : je procrastine. Je le regrette et je ne peux, en guise de repentir, qu’adresser une adresse à un hypothétique lecteur qui projetterait de prendre connaissance, un jour, d’un autre billet des « tribulations historiennes »: ne garde pas la prose d’un des mes camarades bien au chaud dans un onglet de ton navigateur jusqu’à la Saint-Glinglin. Si tu comptes le lire, fais-le maintenant.

Shia Labeouf / Credits : neverfrakeddraked.tumblr.com

Crédits image à la Une : extrait d’Alice aux pays des merveilles, Clyde Geronimi, 1951


Pierre Hamdi

Etudiant en Master 1 Histoire et civilisations modernes et contemporaines et aspirant journaliste. Mon travail , mené sous la direction de Jacques Cantier, porte sur la figure du journaliste engagé pendant la guerre d'Algérie. Avant tout cela, deux années d'histoire à l'Université Rennes 2, une année de philosophie et une Licence de Sciences Politiques à l'Université Rennes 1 et un Master 1 de Sciences Politiques et Relations internationales à l'Université de Marmara d'Istanbul.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Maxime Séguéla dit :

    Excellent billet ! Bon courage pour tes concours et pour ton mémoire ! Malgré tes retards pour les billets, tu as pris le temps de les faire parfaitement !! Enjoy !

  1. 23 février 2017

    […] Développer divers aspects de la recherche permet également de rester modeste et pragmatique (quand on lit les billets de nos camarades, on peut ainsi faire certaines comparaisons constructives sur la méthode). Cet exercice est donc […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *