Il est venu le temps du bilan

Un jour, je serai le meilleur chercheur, je respecterai mon planning. Je ferai tout pour aller en thèse et avoir un CDU ! Oui mais pas aujourd’hui. S’il y a bien une chose que j’ai apprise pendant ce premier semestre de M2, c’est bien que la recherche n’est pas faite pour moi…

Malgré ce début en chanson, cet article ne respire pas la joie de vivre. Le bilan de ces premiers mois de M2 est plus que mitigé, entre perte de motivation et retard irrécupérable. Tout commence par un planning que je n’ai pas su respecter…

En retard, en retard, j’ai rendez-vous quelque part…

Je ne vais pas mentir, je n’ai pas respecté le planning détaillé dans mon premier article. Je n’avais pas énoncé de date précise mais je n’avais pas prévu d’être aussi en retard dans mon travail. J’avais prévu de faire le point sur la mobilisation prostituée dans les années 1980 et 1990, puis sur débat féministe autour de la question de la prostitution pour finir par l’analyse de mes sources.

Ce programme me semble toujours être le bon mais voilà, je ne suis pas vraiment parvenue à m’y mettre. Pourquoi vous demandez-vous ? Tout simplement parce que je n’aime pas ce que je fais. Je ne parle pas de la recherche en elle-même ni de mon sujet mais du master en général. Les cours proposés et la manière dont nous sommes évalués m’ont fait perdre toute motivation. C’est un cercle vicieux, je dois travailler sur des cours qui ne m’intéressent pas donc j’y passe beaucoup de temps ,et au final, quand c’est terminé, je n’ai plus envie de me remettre au mémoire.

Néanmoins j’essaie de ne pas me laisser abattre et de retrouver un semblant de motivation pour ce nouveau semestre qui commence. Et puis je n’ai pas vraiment le choix : je n’ai pas envie d’avoir payé 500 euros mon année pour rien…

A propos du blog

Pour en avoir discuté avec quelques uns de mes camarades, j’ai l’impression que l’écriture des billets a été une expérience bénéfique pour l’ensemble de la classe. Cela peut en effet permettre de donner son avis sur le Master et la recherche (et on ne nous le demande pas souvent…), de se défouler et de partager ses expériences parfois malheureuses, et enfin de faire connaître son travail et éventuellement agrandir son réseau.

J’ai moi-même eu la chance grâce à un article publié en M1 d’être contactée par quelqu’un qui avait enregistré une émission radio où Grisélidis Réal intervient. Néanmoins l’écriture bi-mensuelle de ces billets fut parfois pour moi un exercice pénible. Je n’aime pas parler de mon sujet ni de mon ressenti par rapport au Master aussi ouvertement et publiquement. Je ne me réjouis pas à l’idée d’avoir un contenu publié, à mon nom qui plus est, sur Internet même s’il ne jouit pas (fort heureusement) d’une grande visibilité. Je dois toutefois avouer que même si j’ai eu du mal à trouver des choses à dire, certains articles ont été assez amusants à écrire comme celui sur le quotidien.

Du M1 au M2 : nouveaux regards sur le Master      

Public domain, Wikimedia Commons, The Illustrated London News

Public domain, Wikimedia Commons, The Illustrated London News

Je ne surprendrai personne en annonçant ici que le contenu du Master 2 s’est révélé être très décevant. A mon sens, la moitié des cours que l’on nous propose sont inutiles et infantilisants. Si souvent le projet annoncé est alléchant, la réalisation n’est pas convaincante, d’autant que ces cours auraient d’avantage leur place en licence qu’en master.

Je m’étonne encore de devoir justifier mes absences auprès de certains professeurs qui ont choisi pour leur cours d’instaurer une fiche de présence. Oui, comme au lycée. Ce premier semestre de M2 m’aura au moins permis une chose : rayer la recherche de ma liste d’options. Pour le moment, tout ce que j’espère, c’est de me remettre tranquillement à travailler sur mon sujet qui malgré tout m’intéresse toujours autant.

A ce propos, je n’ai pas l’impression d’avoir vu ma méthode d’analyse réellement évoluer. Peut-être est-ce encore trop tôt pour dresser un bilan mais depuis le M1, il ne m’a pas semblé progresser significativement en terme de méthode de recherche. J’ai simplement appliqué ce qu’on nous avait appris en l’adaptant aux exigences du mémoire, c’est-à-dire se pencher sur un sujet en particulier, l’alimenter par des lecture et y appliquer une analyse critique.

 

Crédit Image à la Une : Public domain, Wikimedia Commons, Hampel Kunstauktionen


Camille Cazalé

Je suis actuellement (2015) en première année de Master d’Histoire contemporaine à l’Université Jean Jaurès à Toulouse. Après un cursus de deux ans dans une classe préparatoire Lettres-Sciences Humaines (LSH) avec une spécialisation en Lettres Modernes au lycée Saint-Sernin de Toulouse j’ai décidé de poursuivre ma licence en Histoire à l’Université de Toulouse avant de partir étudier un an en Suède. Mon sujet de recherche sous la direction de Mme Catherine VALENTI porte sur le parcours de Grisélidis Réal (1929-2005), prostituée, militante et écrivain genevoise.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *