On fait l’bilan calmement

Wikimedia Commons – Auteur Inconnu

En trois coup de baguette magique, BIM, nous voilà à la fin du semestre. Le temps passe et passe et passe, et beaucoup de choses ont changé, qui aurait pu s’imaginer qu’le temps serait si vite écoulé, on fait l’bilan calmement en s’remémorant chaque instant.

L’heure est donc venue de dresser un petit portrait de ce semestre et de ce master en général. Je préviens tout de suite, je ne vais pas forcément prendre des gants. Mais c’est l’intérêt d’un article de blog non ?

Massacre à la tronçonneuse

Voilà, on va pas y aller par quatre chemin : le master de recherche, c’est pas fou-fou. En M1 je me disais : « Boh les cours sont pas terribles mais ça va changer ». Au final, non ça n’a pas changé. On garde cet arrière goût en bouche, cette impression que nos profs sont forcés de nous donner des choses à faire. Ils n’y mettent pas beaucoup de volonté et du coup moi non plus. Aller en cours, faire les exercices… tout ça a été une tâche plus que fastidieuse.

Ce que j’attendais : de la méthodo, des cours poussés et un esprit un peu plus table ronde. Ce que j’ai eu : un exercice intéressant de participation à un colloque ; un cours d’outils numérique un peu trop tous niveaux qui ne m’a pas donné l’opportunité de réellement améliorer ma maîtrise ; des moitiés d’introduction de présentation de recherches variées mais parfaitement inutiles ; et des séminaires mous, très mous. Au final on se raccroche à notre sujet mais sans vraiment d’enthousiasme pour le master en général. Ça c’est pour ma pensée. Au niveau de la méthodo, là aussi je n’ai pas l’impression d’avoir progressé. Peut-être pas assez de recul ? Peut-être un peu trop de frustration ? Je ne sais pas, je verrai ça plus tard.

Fight Club

On en vient à cet exercice en particulier. Le billet de blog. Alors, vu que j’ai tiré à boulet rouge sur la formation, je peux difficilement être que positif pour cet exercice. C’est énervant de devoir écrire à minuit pour le lendemain, c’est énervant de trouver des idées et d’essayer de les rendre agréables à lire. 30 minutes passent à se dire : « ça sert à rien, c’est nul ». Et puis on commence à écrire, et là on se prend au jeu. Déjà parce qu’on est libéré du nécessaire sérieux, on peut se « lâcher », déballer tout ce qu’on ne dit pas ailleurs. Ces billets de blog deviennent des punching balls : on envoie toute la frustration, on se défoule, on rigole un peu. Bref, quand on a terminé, on se dit que c’est pas si mal en fait.

Back to the future

Pour cet exercice j’ai dû me replonger dans mon planning de premier semestre. Et là c’est le choc. J’avais déjà anticipé de ne quasiment rien faire de ce semestre :

  • « une première analyse de ces sources me donnera la possibilité de faire un premier choix de 3 à 4 acteurs maximums » ; CHECK
  • « en me plongeant dans les sources, je devrais pouvoir dégager un premier plan qui tournera autour de deux grandes parties, une plus centrée sur la biographie des personnages, l’autre sur la comparaison de leur action politique » ; CHECK
  • « Bien évidemment, ce plan ne tiendra pas en l’état. Il faudra envisager les échecs, les retards et une multitude de petites choses qui font qu’au final l’apprenti historien se retrouve toujours à finir à 3h du matin pour rendre le lendemain »

Encore un point parfaitement anticipé. Bon, je suis pas à 100% de réussite non plus, j’avais prédit un début de rédaction vers mai, ce qui n’arrivera pas. Sur ce je vous quitte, merci aux 3 personnes qui se dont données la peine de lire ces billets pas toujours inspirés. Il n’y aura pas de suite alors profitez !

Crédit image à la une : Wikimedia Commons – Warner Bros


Samuel Roques

Diplômé d’un DUT Information-Communication en 2012 et d’une licence en Histoire en 2015.
Étudiant en Master 2 Histoire contemporaine sous la direction de Bertrand Vayssière, mon sujet d’étude porte sur les acteurs de la construction européenne dans les années 60, c’est à dire à l’époque où l’institution s’invente et s’organise.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *