Dans l’intimité du chercheur en histoire

CC, Pexels

CC, Pexels

Et voici arrivé le moment tant attendu dans le cheminement du chercheur : sa rencontre avec ce qu’il a trouvé. Il est alors tout seul avec ce qu’il sait et ce qu’il ne sait pas, cherchant en lui le meilleur collaborateur pour effectuer ce travail d’analyse : le discernement.

Pour commencer, je n’utilise pas de logiciel dans le traitement de mes archives. Premièrement parce que je n’en ai pas et ensuite parce que je préfère faire sans. Je prends en photos mes archives que je pré-sélectionne sur place dans les dépôts et ensuite je les traite chez moi. Quand je reviens d’une matinée aux archives, j’ai généralement une centaine de photos à traiter. J’affine mes critères de sélection en fonction de la pertinence de chaque source concernant mon sujet.
L’année dernière, j’ai imprimé une grande partie de mon corpus de sources parce que je voulais l’avoir sous la main. J’aime pouvoir visualiser physiquement une source, pouvoir griffonner dessus, souligner, surligner, écrire directement mes idées ou mêmes les cotes d’autres archives avec lesquelles je pourrais la comparer ou bien avec un article ou le livre d’un historien qui étudie précisément ce type d’archive.

Le savoir et l’expérience

Processed with VSCO with 4 preset

Processed with VSCO with 4 preset

La difficulté – mais c’est la aussi que commence réellement le travail de chercheur – apparaît lorsque l’on fait se rencontrer la connaissance que l’on a d’un sujet, d’une période, d’un événement ou d’un phénomène avec nos archives. Il faut apprendre à manipuler les concepts. Il faut d’abord les étudier, se les approprier et les questionner. Sont-ils applicables à ce que contiennent mes sources ? Par exemple, est-ce que le concept sociologique de la famille s’applique à un corpus de sources d’un village du Sud-Ouest de la France au XVème siècle ? Si ce n’est pas le cas, il faut alors déconstruire le concept et expliquer pourquoi il ne peut se calquer sur notre objet d’étude.

Puis vient le moment de la rédaction. Pour cela j’utilise mes carnets. Je réutilise mes notes ou mes idées fugaces et je les retravaille. Je fais des recherches sur les termes, sur des hypothèses que j’ai cru entrevoir et je vois si cela peu donner lieu à un argument plus développé.

Image à la Une : CC, Pexel


Lauréline Brousse

Après avoir validée une licence en histoire, je suis maintenant étudiante en Master 2 Histoire moderne sous la direction de Valérie Sottocasa. Mes recherches portent sur la question religieuse à Toulouse pendant la Révolution française. Ce travail comprend l’étude du serment à la Constitution civile du clergé et la déchristianisation de l’an II.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *