Crayon versus tablette

Domaine Public Artiste inconnu - Italie 1569

Domaine Public – Artiste inconnu – Italie 1569

Nous sommes à l’ère du numérique, tous doivent s’y soumettre, même les vieux historiens dans leurs caves pleines de livres. Alors forcément on attend des jeunes historiens qu’ils soient tous hyper connectés, qu’ils se fassent greffer un implant cybernétique dans la tête, un scanner dans le bras et une machine à expresso dans le ventre… un minimum donc.

Deux méthodes semblent alors s’opposer, un traitement « classique » via carnet et crayon et une approche « moderne » avec ordinateur, smartphone et tous les gadgets dernier cri. Pourtant, je ne pense pas que dans les faits cela soit le cas : les jeunes ne brûlent pas nécessairement leurs cahiers et nos aînés ne pestent pas devant un écran.

Des outils…

Prenons mon cas puisque c’est le seul que je maîtrise à peu près. Je suis plutôt à l’aise avec l’informatique et le numérique en général. Sans être un geek dans l’âme, je ne suis pas réfractaire aux nouveautés et je les utilise sans grincer des dents. Cependant, pour ma recherche, je n’ai pas ressenti le besoin d’utiliser des logiciels originaux. Du Word pour la rédaction, Drive pour le partage et le côté utilisable partout où une connexion existe. Le reste de l’analyse et du travail repose encore sur le bon vieux papier crayon. Tout simplement parce que c’est la méthode la plus pratique, un crayon tombe rarement en rade, il a pas besoin de batterie, il tient dans la poche et si on nous le vole, le monde se s’écroule pas autour de vous.

Sur un plan plus personnel, le crayon papier permet la désorganisation, le brouillon : un état plus rassurant que l’ordre froid d’un traitement de texte. Il me faut aussi admettre que mon sujet me permet d’être un peu plus flexible. Je ne compile pas vraiment des masses de données et mon analyse repose plus sur une interprétation des discours et des hommes qui les font.

Au traitement de la source…

Creative Commons Wikipedia - Le Pelleteur, statue d'Alfred Marzolff

Creative Commons Wikipedia – Le Pelleteur, statue d’Alfred Marzolff

Passons justement aux sources. L’analyse de ces dernières ne m’a pas posé de problèmes majeurs. J’ai parcouru les interviews des acteurs de la construction européennes, j’ai compilé des notes sur un brouillon. De ce premier état, j’ai recoupé les informations, j’en ai fait une synthèse et une critique personnelle sur brouillon toujours. Je n’imprime pas de sources, leur traitement se fait directement via le brouillon. Imprimer implique un travail sur la copie, avec des fluos de toutes les couleurs et des ratures pleins la page. Très peu pour moi. Déjà parce que ça demande une organisation que je ne suis pas capable de fournir et j’estime que c’est un travail supplémentaire pour une maigre récompense : le résultat est souvent tout aussi illisible que mon brouillon.

Pour finir par la rédaction

La phase suivante, c’est la rédaction. Elle se fait quasiment d’un jet. Allez disons 90% du travail final est rédigé en une fois. Le reste, c’est de la retouche sur des phrases un peu lourdes, sur les fautes d’orthographes et autres erreurs de frappe. Cette rédaction justement se fait chez moi, la partie analyse aussi, pour l’essentiel, même si parfois une partie se fait sur place. Cette dernière étape est la plus facile pour moi, la plus courte aussi.

Pour conclure ce billet, je pense que la révolution numérique n’a pas encore impacté la recherche en général ou l’analyse de la source en particulier, le papier et le crayon ont encore de beaux jours devant eux, en ce qui me concerne en tout cas.

 

Crédit image à la une : domaine public, auteur inconnu


Samuel Roques

Diplômé d'un DUT Information-Communication en 2012 et d'une licence en Histoire en 2015. Étudiant en Master 2 Histoire contemporaine sous la direction de Bertrand Vayssière, mon sujet d'étude porte sur les acteurs de la construction européenne dans les années 60, c'est à dire à l'époque où l'institution s'invente et s'organise.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *