Entre évolution et remise en question

Entreprendre un master recherche n’est pas chose facile, néanmoins cela reste stimulant. Au fil des mois, le projet initial mûrit avec nous, se modifie au gré de nos envies, de nos rencontres, et de nos lectures.

En réalité une connexion se créer entre le jeune chercheur et l’objet de recherche, l’un influant l’autre.

La recherche et la vie en société

Ce master sert avant tout à se rendre compte de ce que peut être le métier de chercheur. Même si les débouchés sont minces, il est là pour créer des vocations. Pour ma part ce fut l’inverse.
J’ai longtemps idéalisé la recherche, travailler sur un objet, une période et des problématiques qui tiennent à cœur me semblait être une source de satisfaction et d’épanouissement personnel, sauf que la réalité fut tout autre en ce qui me concerne.

Ce master est loin de me déplaire, néanmoins certains points négatifs me sont difficiles. Si le temps de travail est libre, et les horaires sont modulables, je me suis rapidement rendu compte de la difficulté à établir un emploi du temps pertinent qui permettrait une productivité et une efficacité maximale. Les périodes entre surcharge de travail et temps libre permanent s’alternent, et entraînent un mode de vie déroutant, qui se divise entre phases de sorties régulières et autarcie hebdomadaire.

libre de tous droits, flickr

libre de tous droits, flickr

De plus, on devient rapidement obsédé par notre objet de recherche, tout moment de sociabilisation permet de revenir sur notre sujet qui peut rapidement se travestir et devenir une sorte de discussion de comptoir. Sans parler des lectures qui s’articulent quasiment exclusivement autour de thèmes clefs du mémoire.

Cependant, aussi ridicule que cela puisse paraître, c’est dans ces moments hors cadre que ma pensée a le plus évolué ; c’est lorsqu’une personne novice sur votre sujet demande des explications que l’on prend le plus conscience des erreurs de construction et des limites du sujet. Les lectures sont également essentielles à la formation d’une pensée cohérente, elles aident aussi à s’imaginer un plan idéal – dans mon cas, le travail de Michael Pollak et la lecture de l’expérience concentrationnaire a été très formatrice.

Une évolution conséquente

Parti d’un questionnement assez simpliste et influencé par une actualité qui s’y prêtait, mon mémoire à pris une direction marquée par ma vie personnelle et professionnelle.

Au tout début j’étais partie dans l’idée d’essayer de comprendre pourquoi les juifs toulousains faisaient le choix de quitter Toulouse, mes analyses se construisaient autour de la question de la transmission. Voici le paradigme initial qui était simpliste : comment des personnes ayant vécu des événements traumatisants, où la France était impliquée et pouvait être perçue comme leur bourreau, avaient-ils pu choisir ce pays et ne plus s’y reconnaître 70 ans ou 40 ans plus tard ?

Rapidement, je me suis rendu compte que la question était restreinte et qu’elle devait se poser dans les deux sens : pourquoi certains juifs, qui plus est majoritaires, se reconnaissaient encore dans la France ? J’ai compris que la question devait se poser sous tous les angles possibles. L’élaboration de l’entretien, les difficultés de rencontre et les entrevues ont fait progresser le sujet sensiblement, je décidais de donner une dimension de plus en plus qualitative, de laisser la voix aux sans voix, aux anonymes.

L’ensemble devenait le cœur du mémoire, mes sources se composaient de peu d’entretien, certes au début par dépit, mais cela fut rapidement un motif de satisfaction. Au fur et à mesure de mes études, je me suis intéressé aux questions liées au genre. J’ai donc combiné ce nouveau centre d’intérêt avec mon sujet initial, et le rendant plus pertinent : le rôle des femmes dans la transmission d’une particularité permet de nombreuses pistes réflexives.

Pour conclure, cet exercice n’est pas inutile mais il m’a causé de nombreuses difficultés, notamment en me mettant une nouvelle fois face à mes problèmes de rédaction. De plus, ces billets sont dans certains cas peu intéressants ou redondants car je n’ai pas forcement avancé sur mon mémoire, privilégiant les expérience professionnelles. De ce fait, le contenu et les apports sont limités. Je termine ce semestre, plus déterminé que jamais à valider mon Master 2 et partir dans une voie plus professionnelle.


Tristan VALERY

Après avoir validé une licence bi-disciplinaire Histoire-Histoire de l'Art à l'université Toulouse II, j'ai décidé de poursuivre ma formation au sein du master recherche Histoire et Civilisations modernes et contemporaines, sous la direction de Mme Teulières. Actuellement mon travail porte sur des questions d'identités, de mémoire et de transmission concernant les Juifs toulousains.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *