Au bord d’une source…

Le temps de l’analyse des sources est sans doute le moment le plus important pour un chercheur en histoire. Lire avec parfois beaucoup de difficultés des vieux papiers qui n’ont pas été ouverts depuis des décennies et essayer de comprendre comment et pourquoi on a produit cette source suscite tout l’intérêt et le plus grand plaisir car « de tous les plaisirs celui de la découverte est peut-être le plus excitant. »

Dans l’exemple de mes recherches, les archives consultées se regroupent en trois centres : les Archives Départementales de l’Aveyron, la Société des Arts, Sciences et Lettres de l’Aveyron, les Archives diocésaines de Rodez, et dans certains cas, à la bibliothèque municipale de cette même ville.

Des cartons au brouillon

Il est impossible de lire « à froid» les sources. Il faut d’abord se rendre au dépôt d’archives et consulter les inventaires. Grâce à ces inventaires, on connaît le minimum d’informations sur le document : de combien de pages il se constitue, sur quel support il est rédigé, sa date, son auteur et quel en est le propos. Bien sûr, selon le type de sources et le contexte de production, ce résumé n’est pas le même. Si c’est une source judiciaire par exemple, on trouvera une certaine forme de précision et de norme dans l’émanation du document. Dans mon cas, j’appréhende la série L des archives départementales, c’est-à-dire tous les documents produits par les administrations ou les tribunaux révolutionnaires à partir de 1790. Je regarde et essaye de trouver des cas ou des affaires tout à fait parlantes et intéressantes qui peuvent illustrer les principaux questionnements que j’ai déjà posé.

Avant l’analyse à proprement parler, il faut procéder au dépouillement. Dans la majorité des cas, je prends en photo l’intégralité du document lorsque celui-ci présente un grand intérêt à plusieurs niveaux pour mes recherches. Ainsi, je parcours en diagonale le document si celui -ci n’est pas trop long. Lorsqu’un extrait, une page ou simplement quelques paragraphes sont susceptibles de m’intéresser, je photographie uniquement ces passages. En plus des photographies, je note un premier compte-rendu de lecture de la source où je restitue en plus des informations primaires fournies par l’inventaire, un résumé du document et combien de photos j’ai pris. Je prends soin de classer les protagonistes, la date et le lieu concerné du document. La cote est toujours marquée précisément.

La prise de note permet déjà de faire apparaître les informations essentielles de la source sans avoir à commencer l’analyse en détail. De plus, le fait de référencer tous les documents permet de voir et de recouper certaines informations, notamment entre les dates et les lieux. On remarque ainsi des années et des zones plus concernées que d’autres. Dans mon cas, je remarque que certains heurts sont plus marqués dans certaines paroisses, selon les affaires recensées, que dans d’autres ,et pareillement au niveau des dates. Ainsi, grâce aux premières notes, on peut déjà s’interroger sur les circonstances et le contexte de ces évènements. Lorsque le document est long ou en mauvais état, je note dans mon carnet les passages à retranscrire ou non : il est inutile de systématiquement tout retranscrire.

Du brouillon à la rédaction

Le second temps est le moment de l’analyse au sens propre de la source. Je n’analyse jamais ou très rarement les sources aux archives car c’est une perte de temps pour la consultation et le classement des autres sources. C’est revenu des archives que je reprends toutes mes notes et classe par dossier toutes mes photographies. Ensuite, la plupart du temps, j’étudie chaque source une à une ; d’après les notes prises en archives, je retranscris le document ou du moins les passages les plus importants. La retranscription est plus ou moins longue et difficile selon le contexte de rédaction, il va de soit qu’une source officielle et administrative est mieux écrite et mise en forme qu’une source privée et non officielle, parfois être très difficile à déchiffrer.

En ayant pris connaissance du texte de la source, je prends un certain nombre de notes qui se relient à mes lectures et aux grands axes de ma recherche. Ainsi, si c’est une affaire qui découle de la prestation ou non de serment du curé, je peux dire que la source me renseigne sur les conséquences de l’évènement dans le cadre d’un curé réfractaire ou non, et les conséquences à plusieurs niveaux sur la paroisse. Aussi, on peut remarquer si les paroissiens approuvent ou non cette décision, s’il s’agit d’un cas inédit, si les mots et les faits employés ou reprochés peuvent nous renvoyer à des problèmes ou des éléments plus vastes et plus profonds. Par exemple, le cas où le document atteste de la défense des paroissiens à l’égard de leur curé marque peut-être l’attachement et l’intégration du clergé dans la société rurale rouergate, les rapports de confiance et de respect qu’ont les fidèles à l’égard de leur curé et leurs états d’esprits face aux mesures révolutionnaires. Chaque document est ainsi « passé au crible », l’analyse du vocabulaire et de la portée éventuelle du document vient nous renseigner davantage pour notre recherche.

Grâce à cette démarche, j’ai pu constater deux cas de figures distincts dans mes recherches. En analysant les sources, le document peut créer une première réflexion quant à sa forme et sa rédaction : pourquoi a t-il été écrit, par qui et dans quel but ? Cette source va constituer un point de départ qui va faire appel à d’autres documents, à une bibliographie qui aborde ces sources et qui vont finalement démontrer un aspect important qui caractérise cette source. Dans un second cas, la source peut appuyer une idée assez vaste et générale que le document va venir prouver ou non. La source est dans ce cas une preuve ou un contre exemple d’une idée qui peut-être critiquée et remise en question.

En conclusion, on peut dire que l’analyse des sources est véritablement le cœur de la recherche en histoire. Le contact avec les sources permet de susciter beaucoup de réflexions et impulser notre travail d’écriture. En analysant les sources, on met à jour des idées ou des hypothèses, des faits suspects, un contexte ou certain état d’esprit. L’analyse des sources est donc l’étape la plus périlleuse qui va orienter et guider notre mémoire ou plus largement notre recherche dans une voie de réflexion importante et déterminante.

Crédits image à la Une : CC Wikipedia Zrnaud 25


Gautier LOUYRIAC

Après avoir obtenu une licence en histoire mention patrimoine, Gautier LOUYRIAC s'est spécialisé sous la direction de Valérie SOTTOCASA sur l'histoire religieuse de l'Ancien Régime. Il prépare actuellement un travail sur le diocèse de Rodez.

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *