La recherche, vers l’infini et au-delà !

La recherche en histoire peut se symboliser par une roue dont le mouvement serait ininterrompu indépendamment des terrains traversés.

La métaphore d’un cycle ou d’un élément qui ne cesse d’avancer tout en évoluant est sans doute un bon résumé des moments de recherche. Un historien qui regarde et admire le passé ne va t-il pas toujours de l’avant ?

Une évolution permanente et nécessaire

Le temps passant, le nombre de documents à traiter grandit considérablement et je crois qu’une meilleure appréhension des documents fait peu à peu surface. La recherche au fur et à mesure de l’avancée de notre travail nous apprend à acquérir des réflexes tout à fait bénéfiques pour notre curiosité, et sans cesse à élargir notre point de vue et notre critique. Ainsi, on ne se borne plus uniquement aux dates, aux chronologies fixement délimitées, au périmètre de notre étude, mais on est beaucoup plus alerte lorsque certains arguments, certains documents peuvent présenter quelques similitudes avec notre recherche en général.

Confirmant cela, la lecture de sources qui dépassent les limites géographiques et le temps peut nous faire apparaître certains éléments d’analyse mais aussi de compréhension de nos propres sources. De même, lire certaines problématiques auxquelles certaines sources font échos ou donnent par leur lecture une série d’analyses, permet de nous interroger à titre comparatif sur nos propres recherches.

On peut ainsi dire que notre recherche prend davantage de sens et de profondeur au fil du temps. On s’éloigne de plus en plus des contraintes et des consignes scolaires pour établir une proposition plus personnelle d’un vrai travail de recherche. On s’aperçoit aussi de l’ampleur d’une recherche et le sentiment de ne pas pouvoir tout dire ou l’impression de ne pas pouvoir exprimer nos réflexions de manière aussi claires et appuyées. Si la lecture et l’analyse de sources supplémentaires, ainsi qu’un regard différent sur ces sources habituelles est très important, on ne peut nier qu’il en va de même sur la bibliographie.

À l’image du processus de recherche dans son entier, la bibliographie ne cesse d’être mouvante. La lecture d’ouvrages que l’on dira «fondateurs et de référence », croisée avec nos sources, suscite progressivement une réflexion de plus en plus nourrie. Il n’est pas rare de découvrir de nouveaux éléments d’analyse, de nouveaux travaux, de nouvelles réflexions qui viennent mettre à mal ou renforcer certains points.

En étudiant un diocèse à la fin du XVIIIe siècle et en pensant principalement développer mon propos sur la hiérarchisation du clergé, les pratiques des fidèles ou l’état matériel de l’endroit étudié, l’ensemble de ma recherche, dans mes lectures, dans l’analyse des sources, a pu m’amener à me poser des questions qui dépassent de loin ce constat. Ainsi, j’ai pu développer certains points de sociologie religieuse, appréhender la question des mentalités, étudier les particularités d’un territoire et d’une population, étudier le poids des traditions et des nouveautés dans un contexte hostile.

L’enrichissement quasi-permanent et la profondeur des nouveaux questionnements rendent la recherche stimulante. Si cette avancée paraît très positive, elle n’en est pas moins dangereuse car il faut savoir garder en vue ses objectifs et ne jamais s’éloigner de son objet d’étude et de sa problématique. Il est donc important, parfois à contrecœur, de faire l’impasse sur certains pans pour des raisons de temps ou de moyens. Il ne faut pas se laisser emporter et savoir gérer son temps en fonction de ses recherches. Dans mon cas, j’ai dû écourter la période étudiée de plusieurs années car la multiplicité des évènements et le changement de contexte entre eux auraient rendu l’étude sur un temps plus long beaucoup moins constructive et approfondie. C’est aussi là une des choses que la recherche nous apprend : ne pas vouloir tout dire, tout expliquer d’un seul coup et de manière définitive. Au fur et à mesure des mois, on prend conscience d’appartenir à un mouvement et que la recherche n’est jamais un empilement de données et de faits fixes.

Une mise en forme

L’aspect le plus visible de la progression d’un jeune chercheur comme moi est la mise en forme et la rédaction de nos recherches. En effet, au fil des lectures, on apprend à développer une démarche critique et à poser un certain nombre de nuances dans notre propos. Ainsi, on maîtrise davantage un vocabulaire précis et détaillé. La concision est de rigueur en histoire ! La mise en forme dans nos communications qu’elles soient officielles ou non nous apprend à toujours répondre à des objectifs et visualiser le fond de notre démarche. Des mots, des phrases, des idées vers une hypothèse ou un argument, chaque détail nous apparaît comme intéressant et on se découvre plus attentif aux démarches et aux arguments des auteurs ou des documents que l’on côtoie. Ainsi, un ensemble de mots, d’idées donne lieu à des hypothèses ou des arguments dont on réussit à trouver les fondements et arriver à instaurer des liens entre les sources et l’imprimé.

Enfin, l’expérience de l’écrit mais aussi de l’oral est très enrichissante. Les compte-rendus d’articles ou d’interventions permettent de voir comment se structure un propos et comment les chercheurs s’opèrent à répondre mais aussi à transmettre leurs objectifs. Dans notre cas d’étudiant la participation en tant qu’intervenant dans un colloque a été très motivante et permet de nous rendre compte de la réalité que vit le chercheur qui rend compte de ses recherches. Aussi, les nombreux séminaires auxquels on peut assister au cours de ce périple, nous amènent à voir comment certains chercheurs travaillent ou tout au contraire quelles conclusions et quelles hypothèses ils parviennent à mettre en lumière. Comme toujours au terme des années de recherche de ce master, c’est la rédaction du mémoire qui va cristalliser tous ces éléments et marquer une étape supplémentaire dans cette belle route qu’est la recherche.

Crédits image à la Une : CC Pixabay armandocalles721


Gautier LOUYRIAC

Après avoir obtenu une licence en histoire mention patrimoine, Gautier LOUYRIAC s'est spécialisé sous la direction de Valérie SOTTOCASA sur l'histoire religieuse de l'Ancien Régime. Il prépare actuellement un travail sur le diocèse de Rodez.

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Gautier Louyriac, La recherche, vers l’infini et au-delà ! […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *