Des sources bien vivantes

Image libre de tous droits, flickr

Comme j’ai déjà pu le souligner lors des billets précédents, les sources utilisées pour l’élaboration de mon mémoire sont particulières : il s’agit de sources orales. Par conséquent, le travail effectué est différent d’un travail plus « classique » reposant  sur des sources écrites.

Il m’est essentiel de revenir sur la question des sources, ce problème étant central dans mon parcours de M1 et de M2. L’utilisation du terme problématique est loin d’être une erreur : utiliser des sources orales fut, et est encore un problème. J’ai été confronté à bien des critiques et des remises en causes de mon travail d’apprenti historien. Le recours à l’oralité, bien qu’ancien, est loin d’être accepté ou compris par une partie du monde de la recherche (historienne). Cette difficulté a conduit à l’apparition d’une réflexion autour de ma légitimité à réaliser un mémoire d’histoire.
Dès lors, ce questionnement sur les sources, certes primordial mais qui ne doit jamais être central, est devenu une obsession, mon objet de recherche étant mis entre parenthèses. Mon travail issu de source orales, additionné à un panel très qualitatif (comprendre extrêmement réduit) a pu être perçu comme relevant de l’ethnographique. Pourtant, il n’en est rien. Ce billet de blog ayant pour but de mettre en valeur le travail de l’analyse des sources va me servir de mini tribune pour expliquer ce que j’ai voulu entreprendre.

L’analyse un travail de longue haleine,

Je vais tout d’abord revenir sur la manière dont j’ai obtenu mon corpus. Mes sources se créent à travers des entretiens semi-directifs à partir d’un questionnaire élaboré par mes soins et se composant d’une quinzaine de questions,. Néanmoins, il répond à une méthodologie stricte. Après avoir recueilli les propos des personnes, la partie du travail la plus longue et la moins agréable débute : la transcription. Ce travail m’a permis de développer, tout du moins d’améliorer, un trait de caractère qui ne m’était pas propre : la patience. Pour une heure d’enregistrement, il me faut minimum 10 heures de besogne, qui se compose de la compréhension et de la retranscription. Bien entendu, tout cela sans fautes d’orthographe et avec une ponctuation correcte, sinon cela serait trop facile.

Avant d’analyser avec précision l’entretien, je réalise un portrait succinct, une mini biographie du témoin pour mieux comprendre sa manière d’appréhender et de répondre à mes questions. C’est dans cette partie que l’origine, l’âge, la classe, le genre, etc. jouent un rôle capital.
L’étape suivante est très intéressante : après impression, muni d’un stylo, je lis, je souligne, j’annote et cela à plusieurs reprises le travail effectué. C’est à ce moment précis que je peux me rendre compte de la pertinence de l’entretien. Cela peut créer en moi une euphorie, certes toute relative, mais néanmoins très agréable. Dès lors, les idées fusent, tout commence à se concrétiser et à devenir plus réel, des éléments auxquels je n’avais pas pensé m’apparaissent de manière claire.

Je recommence cela une seconde fois, muni d’une feuille blanche sur laquelle je note les grands thèmes qui se dégagent. J’accorde une importance non négligeable aux champs lexicaux, intonations et expressions particulières des personnes, tout comme aux sujets qu’ils abordent de manière répétitive et ceux qu’ils évitent.

Une logique bien particulière

Qu’il s’agisse de l’analyse ou de l’écriture du mémoire, cela est toujours fait dans le but de donner à voir les représentations que les témoins se font, c’est-à-dire la façon personnelle dont nos concitoyens se considérant comme juifs se représentent les événements plus ou moins anciens et appréhendent les années à venir. Cela permet de se rendre compte de la situation présente, ainsi que des traces d’un passé, parfois encore d’actualité car transmis. La subjectivité est au cœur de ces entretiens, mais elle ne fausse pas les recherches, bien au contraire. Ces témoignages sont précieux parce qu’ils laissent entrevoir les perceptions d’individus, et cela fait partie d’une réalité sociale qui joue un rôle sur leurs comportements.

L’objectif est de comprendre les effets d’une histoire marquée par l’exil, la Shoah, l’intégration en France et la traversée du XXe siècle. Tout cela dans l’idée de mettre en valeur le rapport au passé, à l’histoire (familiale ou collective) et à la transmission des individus. La présence d’une logique comparative entre hier et aujourd’hui est indispensable.
Pour conclure, il me semble que faire une comparaison est pertinent. Le travail d’historien est celui d’un joaillier, les sources sont la matière première, elles sont brutes, c’est l’œil et le savoir de l’historien qui les modifient ; c’est l’analyse, le mélange de l’objectivité et de la subjectivité du chercheur qui façonnent l’archive ou le discours, lui donnent une contenance et un certain aspect, comme pourrait le faire un joaillier avec de l’or et des diamants. C’est pour cette raison qu’il faut rester humble et ne jamais oublier qu’une autre personne pourrait faire une lecture sensiblement différente de la nôtre avec les mêmes objets d’analyses.


Tristan VALERY

Après avoir validé une licence bi-disciplinaire Histoire-Histoire de l'Art à l'université Toulouse II, j'ai décidé de poursuivre ma formation au sein du master recherche Histoire et Civilisations modernes et contemporaines, sous la direction de Mme Teulières. Actuellement mon travail porte sur des questions d'identités, de mémoire et de transmission concernant les Juifs toulousains.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *