Assessment time

The white rabbit, Alice's adventures in wonderland, Walt Disney Pictures, tous droits réservés

The white rabbit, Alice’s adventures in wonderland, Walt Disney Pictures, tous droits réservés

« Je suis en r’tard, en r’tard, en r’taaaaaaaard ! » s’affolait jadis un lapin blanc, vêtu d’une redingote et muni d’une montre de gousset . Cette exclamation résume parfaitement le bilan de ce premier semestre. 

Au début de chaque nouvelle année, alors qu’on est sur le point de rejoindre les bancs de l’école ou de la fac, on est pétri des meilleures intentions. Quand on est petit, on arbore fièrement sa nouvelle trousse pleine de beaux stylos et ses cahiers tout neufs que l’on se promet de bien tenir. En début de M2, fort de l’expérience et des aléas de l’année passée, on se promet de plonger plus tôt et plus intensément dans les ouvrages et de se rendre plus souvent aux archives. C’est se bercer de douces illusions. Au mois de janvier, le bout des stylos est rongé, les marges des cahiers sont noircies de graffitis, la bibliographie n’est pas assez étoffée et les sources se languissent de nos visites.

Temps : 1 / Moi : 0

Dans le premier billet, j’avais planifié de consacrer le premier semestre à la bibliographie, tout en effectuant deux ou trois séjours aux Archives départementales du Cantal. En effet, j’avais conscience qu’un parfait équilibre était impossible au vu des trois premiers jours de la semaine qui étaient pris par les cours et qui m’empêchaient donc de me rendre à loisir dans mon département natal. De même, j’espérais pouvoir lire plus d’ouvrages qu’au premier semestre du M1 afin d’aborder le second semestre plus sereinement. Par conséquent, je ne souhaitais pas reproduire les erreurs de l’année passée.

Or, force est de constater qu’en comparant mon actuel carnet de bord à celui de l’année dernière, j’ai lu exactement le même nombre de travaux et d’articles et je ne me suis rendue que deux fois à Aurillac. J’ai été trop peu productive durant les mois de septembre et d’octobre car je dois avouer que la reprise a été très dure, l’enthousiasme du M1 s’étant quelque peu envolé. Je n’ai donc pas atteint les objectifs fixés et je dois me rendre à l’évidence : les plannings ne me conviennent pas, d’autant plus lorsqu’ils sont utopiques.

De la nécessité de rédiger des billets de blog

Tout d’abord, il faut reconnaître que c’est un exercice d’écriture dans lequel il est assez difficile de se plonger, mais finalement assez plaisant puisqu’il est au carrefour de la rigueur universitaire et d’un ton plus léger. Par ailleurs, il nous oblige à nous interroger et à réfléchir sur notre sujet, notre bibliographie, nos sources et notre méthode de travail et d’analyse, tant de choses qui nous semblent évidentes puisqu’elles constituent notre quotidien de chercheur en herbe depuis maintenant un an et demi.

De même, cet exercice régulier est nécessaire pour mettre en exergue l’évolution de la pensée durant ce premier semestre qui s’inscrit dans la continuité du second semestre de M1. En effet, je suis passée d’une approche contextuelle à une approche conceptuelle. Autrement dit, je privilégie le travail des mots pour désigner les événements auxquels je suis confrontée dans mes sources. On délaisse les manuels d’histoire au profit des dictionnaires, on privilégie les notions et idées au détriment des simples faits et dates.

Une course contre la montre

Me thinking about my "mémoire", funniestmemes.com, tous droits réservés

Me thinking about my « mémoire », funniestmemes.com, tous droits réservés

Le second semestre va filer à toute allure, je le sais car cela m’avait effrayé l’année dernière. Dire que le temps est mon ennemi n’est qu’un doux euphémisme. Savoir que l’on est en retard est angoissant, savoir que les obstacles seront plus difficiles que l’année dernière est pétrifiant. Stage de professionnalisation, rédaction plus longue, recherche de perspectives d’avenir… décidément ce M2 c’est bien plus que de la recherche. C’est aussi se préparer pour la suite qui paraît bien floue. En attendant, il faut le rendre ce fameux mémoire. Néanmoins, le véritable défi de ce second semestre est de ne pas se laisser happer et rester, même si c’est difficile, optimiste.

Image à la une : Salvador Dali, Montre molle au moment de sa première explosion, 1954, tous droits réservés


Cyrielle Forses

Cyrielle Forses, étudiante en Master 2 Histoire moderne sous la direction de Valérie Sottocasa. L’objet de mon étude porte sur les résistances à la Révolution dans le Cantal à travers les prismes langagier et gestuel avec comme bornes chronologiques 1791-1799

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *