En quatre mois tout peut changer

Les archives pour ne pas réécrire l’histoire,
Tous droits réservés,
Source : archiveshomo.info

L’heure de la synthèse. Septembre est maintenant déjà loin et la lecture de mon premier billet me permet de me rendre compte à quel point les paradigmes, les réflexions et les hypothèses peuvent être mouvantes.

C’est peut-être l’une des choses que je trouve si belle dans la recherche. On croit avoir une idée, une hypothèse sur un fait ou une période et la lecture des sources nous détrompe. Ainsi, je relis la conclusion de mon mémoire d’étude de Master 1 et je me rends compte que je ne suis moi-même plus véritablement en accord avec ce que j’avais pu écrire.

J’y pointais le fait que les années 1980 signifiaient la fin de l’engagement militant homosexuel en France, qu’il s’institutionnalisait complètement. Ce constat en réalité n’est pas fondamentalement faux, mais il mérite d’être nuancé ; il mérite de se défaire de l’imaginaire collectif pour aller regarder plus précisément ; il mérite de ne pas voir les années 1980 comme un bloc unitaire où les enjeux, années après années, seraient les mêmes. Remettre en cause ce postulat est la conséquence de mon travail sur les archives. C’est à ce moment là que peut se faire l’histoire, alors que jusque là mes hypothèses reposaient sur la mémoire d’une génération.

 La question du sida comme exemple d’une requalification de mes hypothèses

La lecture de mon premier billet donne une place prépondérante à la question du Sida, et cela dès le tout début de la décennie des années 1980. Il ne s’agit pas de dire que je me suis trompé dans mes hypothèses. Mais là encore, je peux noter que ma pensée et mes réflexions se sont affinées à la lecture des journaux, tracts et autres bulletins de l’époque.

Il y a tout d’abord la remise en question d’une indéniable responsabilité de la communauté homosexuelle de ne pas avoir pris en charge la question du sida avant 1984 – 1985 comme Frédéric Martel aime tant le rappeler. La lecture des sources complexifie ce propos et permet de ne pas porter un jugement qui serait purement anachronique. En effet, c’est bien une multiplicité de facteurs, tout comme le faible nombre de personnes atteintes, qui peut permettre de comprendre le temps de réaction de la communauté.

La reconnaissance du travail accompli

Mon premier billet ne comportait pas de planning. Peut-être qu’il était encore trop tôt pour moi de réussir à définir comment allait se structurer mon travail. Peut-être aussi que ne pas le faire me permettait aussi de ne pas avoir à me confronter à des dates butoirs qui, parfois, n’auraient pas pu être respectées. Si la question du planning n’est pasforcément pour moi la plus intéressante, écrire ces billets inscrit cependant mon travail de recherche et de rédaction dans une temporalité mesurable. Je m’explique.

L’un de mes regret par rapport à la recherche et à l’écriture du mémoire du Master 1, c’est de ne pas avoir inscrit dans un calendrier où en était mon travail à un instant T. Cela aurait aujourd’hui pu me servir de repère et ainsi me permettre d’avoir une meilleure prise sur le temps. D’une certaine manière, l’écriture de ces billets le permet. Elle donne à voir où j’en étais à un moment donné et rappelle tout le travail effectué.

Tous droits réservés, Source : cerclepourlamotivation.com

Tous droits réservés,
Source : cerclepourlamotivation.com

Car peut-être un autre intérêt de cet exercice se situe dans le domaine de la reconnaissance. S’il peut être intéressant pour un lecteur de découvrir les pérégrinations de jeunes chercheur.e.s, elle permet aussi à celui ou celle qui écrit ces billets de valoriser son travail. Car le dépôt d’un mémoire au mois de juin n’est finalement que l’aspect visible de tout ce travail de recherche. Il n’explicite pas toutes les lectures, les doutes et les errements, les pétages de plomb comme les petits moments de bonheur à la lecture d’une source inespérée, sans oublier les heures de procrastination. Écrire ces billets, c’est finalement donner à voir cela et se rendre compte de l’important travail effectué.

Crédit image à la une : tous droits réservés hexagonegay.com


Mathias Quéré

En 2016, étudiant en Master 2 d'Histoire Moderne et Contemporaine à l'Université de Toulouse le Mirail (Toulouse Jean-Jaurès pour la novelangue). Je travaille sous la direction de Sylvie Chaperon sur les groupes homosexuels militants dans les années 1970 et 1980 et plus précisément sur le Comité urgence anti-répression homosexuel (CUARH) entre 1979 et 1985.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *