L’analyse des sources ou l’immersion dans un univers disparu depuis longtemps

Ah le traitement des sources ! Il s’agit ici d’un point important pour la rédaction de notre mémoire. Le but est de faire ressortir des données nouvelles qui pourront répondre aux problématiques posées au début de notre recherche ou même créer de nouvelles problématiques.

Il s’agit pour moi de la partie la plus passionnante de la recherche car cela nous permet de nous plonger dans un univers qui nous est totalement différent.

Immersion dans un univers inconnu

Travaillant presque exclusivement avec des récits de voyage, j’ai la chance de pouvoir découvrir la société ottomane en compagnie de voyageurs comme Théophile Gautier ou Valérie de Gasparin. Je découvrais à travers leurs yeux un univers que ces deniers ne connaissaient pas. Avant d’analyser leurs écrits, je les lisais et je relevais sur une feuille les passages qui me semblaient intéressant. Puis après leur lecture, je tapais à l’ordinateur tous ces passages pour pouvoir ensuite les imprimer et les analyser.

Mais avant de les analyser, j’effectuais un rapide travail biographique qui, cette année, se transformera en véritable travail de prosopographie, le but étant de cerner le parcours et la personnalité des protagonistes. Ensuite, je me lançais dans un véritable travail d’analyse. J’imprimais tous les passages relevés lors de mes premières lectures. À partir de ce moment-là, se mettait en place un petit travail de travaux pratiques. Je découpais chaque passage que je collais sur une feuille. Puis je soulignais, « stabilotais » et mettais en évidence des termes et des phrases significatives. Puis je commençais à les interpréter. Et comme je travaille sur les visions et les types de représentations de l’Empire ottoman en France, je m’attachais beaucoup au type de vocabulaire employé par les voyageurs. Ce travail de lexicographie m’entraîna à travailler à partir des dictionnaires d’époque. En effet, la définition de certains termes pouvait avoir évoluée. Il est donc important pour moi de m’attacher aux définitions de certains termes comme « barbare », « civilisé », « despote » ou « fanatique » très présents dans les récits analysés l’année dernière. Travailler à partir des dictionnaires me permettait de m’immerger totalement dans la pensée de l’époque et de comprendre les propos portés à l’encontre de l’Empire ottoman sous les Tanzimat.

La méthode d’analyse mise en place est assez rudimentaire. Je n’utilise pas de logiciels ni de tableurs. Dès qu’une information semble se répéter, je la note dans mon cahier de recherche en précisant bien d’où vient l’information. Le seul outil technologique que j’utilisais l’année dernière était mon ordinateur sur lequel je consultais mes sources. Cette année, je me suis lancée dans l’analyse de sources imprimées issus du monde catholique français et une partie se trouve dans les bibliothèques des Dominicains et des Jésuites de Toulouse. Par conséquent, j’utiliserai un appareil photo pour photographier les ouvrages qui pourraient être intéressants pour mon mémoire.

Ensuite, je les analyserai sur mon ordinateur (chez moi ou à la bibliothèque) et j’emploierai la même méthode. J’ai décidé de ne pas imprimer mes sources car il s’agit d’ouvrages pouvant aller jusqu’à 600 pages et pour des raisons économiques mais surtout écologiques. Je préfère travailler directement depuis mon ordinateur même si cela peut être très fatiguant pour les yeux, ce qui a entraîné l’installation d’un logiciel améliorant la luminosité de l’écran afin de ne pas fatiguer mes yeux.

Et après, quelle méthode d’écriture ?

Après avoir analysé mes sources, je me lance dans la rédaction de mes conclusions de  recherche. Pour cela, je commence par mettre en place un brouillon central avec les sources à placer dans mes propos. Puis je commence à rédiger au brouillon mes propos que je reprendrai ensuite sur l’ordinateur. Ces propos seront ensuite relus, réécrits puis relus et à nouveau réécrits. Je garde bien tous mes brouillons et mes étapes de rédactions car elles me permettent de retrouver des idées oubliées. Et ça me permet de voir comment mes propos ont évolué au fil de ma rédaction. En fait, c’est la rédaction qui permet le plus de réfléchir aux questions et aux informations mis en évidence tout au long de nos recherche. Et ça nous permet aussi de mettre en lien nos trouvailles avec les hypothèses de certains historiens. Il s’agit d’une étape essentielle !

 


Béatrice Vogley

En 2015, étudiante en première année de master d'histoire contemporaine à l'université Toulouse Jean Jaurès. J'ai débuté mes études, après l’obtention d'un baccalauréat économique et sociale, par une licence d'histoire à l'université Toulouse Jean Jaurès. Je prépare un mémoire sur les images et les représentations de l’État ottoman en France durant la période du Tanzimat ottoman ( 1839-1876) sous la direction de Mr Jean-François Berdah.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *