Une mise au point sur ce premier semestre de M2

Durant l’ensemble du semestre, j’ai pu observer de nombreux changements dans le planning que je m’étais fixé. Je reviendrai sur les points abordés lors du premier billet et je mettrai en évidence ceux respectés et ceux, au contraire, que je n’ai pu tenir et en expliquer les causes.

Le travail de l’historien est très souvent confronté à de nombreux imprévus qui demandent une certaine adaptation.

Un planning respecté ?

Dans la rédaction de mon premier billet, j’envisageais d’approfondir mes lectures. Sur ce point, il est vrai que j’ai avancé : j’ai enrichi mes connaissances sur les différents thèmes de mon sujet, que cela soit sur la Révolution, sur la criminalité et sur le Midi Toulousain. En consultant de nombreux ouvrages, thèses et autres travaux, j’ai pu remplir avec satisfaction cet objectif.

Du côté des mes archives, je tenais à dépouiller le plus grand nombre de documents possible afin de traiter de nouveaux aspects pour cette dernière année de master. C’est ici que j’ai dû me confronter à quelques modifications de mon planning. Les documents étant très nombreux, j’ai essayé d’aller non pas une mais deux fois par semaine aux Archives départementales de la Haute-Garonne. Ce travail supplémentaire eut également d’autres conséquences. J’avais envisagé de traiter les nouvelles affaires le week-end mais entre mes lectures, le tri des photographies d’archives ainsi que d’autres travaux ne m’ont laissé que peu de temps pour m’atteler à l’ensemble de mes objectifs. Je compte donc sur les vacances de Noël pour combler mon retard et donc de rentrer ces nouvelles affaires dans ma base de donnée afin de les exploiter ultérieurement.

Les billets de blogs : un moyen de faire le point

Relativement sceptique sur l’intérêt d’un tel travail dans un premier temps, il est vrai qu’avec le recul nécessaire et plusieurs billets postés, j’ai pu me rendre compte de l’intérêt de cet exercice. Dans mon cas, il m’a permis de me « cadrer ». J’ai trouvé que c’est un bon moyen pour faire le point dans notre recherche. Aussi, mettre à plat ses problèmes, ses idées, ses avancements est bien souvent un bon moyen pour analyser tout ces éléments et y trouver les réponses adéquates.

L’ensemble de ces billets représente ainsi un moyen efficace pour marquer une pause dans son travail et se dire : « Bon, et maintenant, où est-ce que j’en suis ? Que me reste-t-il à faire ? » Ce travail me semble primordial pour un historien. Parfois prendre du recul sur son étude, faire le point et dresser un bilan permet, par la suite, de repartir avec de nouveaux objectifs bien plus clairs. En cette fin de semestre, je ne regrette donc absolument pas ce travail qui me fut d’une grande utilité, aussi bien sur le plan professionnel que personnel.

Une évolution personnelle forte

Je me rends compte aujourd’hui que depuis environ un an et demi, j’ai profondément évolué dans ma façon de travailler. Comme je l’ai déjà dit, celle-ci s’est adaptée face aux études que j’ai mené, mais c’est dans ma façon même de travailler que je note de nombreux changements positifs.

J’ai d’abord amélioré mon style d’écriture : voulant passer pour un grand littéraire, je m’obstinais à faire de longues phrases tout en essayant de les enrichir le plus possible de vocabulaire pour, au final, écrire des phrases lourdes et sans réel intérêt. Je favorise maintenant les phrases courtes et qui vont droit au but. Je trouve d’ailleurs ce genre de formulation bien plus pertinente car elles disent ce qu’elles doivent dire, et ne sont pas de vulgaires phrases de remplissage dont l’étudiant n’use que bien trop souvent.

Outre ma façon d’écrire, mes heures d’études sont bien mieux organisées. En licence, je travaillais quand cela me paraissait nécessaire et donc je n’avais aucun constance dans mes travaux. Aujourd’hui, un travail régulier me parait essentiel pour mener à bien un exercice aussi difficile qu’un mémoire. Je fais donc preuve de bien plus de rigueur qu’avant, ce qui ne m’aurait jamais été donné possible sans ce master. J’ai conscience que l’ensemble de ces points représentent des acquis non négligeables pour ma futur vie professionnelle, peut importe le secteur vers lequel je vais me tourner.

C’est en finissant ces dernières lignes que je me rends véritablement compte, une fois de plus, de l’intérêt du blog. Sans lui, je n’aurais probablement pas pris conscience de tout cela et il est parfois bon de sortir de son travail pour faire le point. Tellement plongé dans son sujet, on en oublie de se poser les bonnes questions, celles qui nous viennent finalement lorsqu’on prend le temps d’analyser notre travail comme je me suis efforcé de le faire durant l’ensemble de ce semestre.

 

Crédit Image à la Une : tous droits réservés, http://entraide-esi-ide.blogspot.fr/


Cédric Mazel

Je m'appelle Cédric Mazel. Une fois ma licence d'histoire obtenue, je voulais continuer dans cette voie et plus particulièrement sur l'époque moderne (mais aussi contemporaine). C'est pour cette raison que j'ai décidé de m'inscrire dans le master histoire et civilisation moderne et contemporaine à l'université Jean Jaurès de Toulouse. Ayant toujours été curieux par tout ce qui touche la criminalité et la justice, les travaux de Mme.Sottocasa sur le brigandage m'ont permis de m'orienter sur un sujet similaire. J'ai donc décidé de travailler sur le brigandage dans le midi Toulousain durant la Révolution, période marquée par des changements sociaux importants.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *