L’Éléphant blanc, le dieu Motier et Washington pot-au-feu

Autrement je vais finir par me faire poursuivre par une Bat-Lanterne (gravure parue dans les Révolutions de France et de Brabant, novembre 1789.)

Autrement je vais finir par me faire poursuivre par une Bat-Lanterne (gravure parue dans les Révolutions de France et de Brabant, novembre 1789.)

Formuler une synthèse de ses recherches n’est pas une chose facile, surtout quand on est toujours plus ou moins empêtrée dans le dépouillement de sources. Au fur et à mesure, des pistes se mettent en place pour l’élaboration du mémoire, des images dignes de développements se font jour, mais ce travail reste lent. Si lent que je n’ai toujours pas abordé Les Révolutions de France et de Brabant de Camille Desmoulins, qui pourrait m’apporter un nouveau point de vue sur le sujet en commun, c’est-à-dire La Fayette.

Je me suis sans doute faite piéger par la différence de format entre les Révolutions de Paris, par lequel j’avais commencé, et l’Ami du Peuple de Marat. Le premier est un hebdomadaire d’environ 60 pages écrites dans un style se voulant relativement objectif, le second un quotidien de 8 pages, occasionnellement 16.

Il faut donc compter sur 500 numéros au lieu d’une centaine pour la période m’intéressant, pour ne rien dire de la forte personnalité de Marat, et de sa vendetta presque personnelle contre le commandant de la garde nationale. Faire un compte-rendu de sa position assez originale par rapport aux événements et de toutes ses accusations contre La Fayette est beaucoup plus long que prévu, même si ses épithètes se font assez répétitives sur certaines périodes. Elles le sont tellement que je pense abandonner le travail quantitatif entrepris avec les Révolutions de Paris pour me concentrer sur les idées et les comparaisons sortant du lot. Les écrits politiques de Marat ont beau être intéressants, ils vous fatiguent extrêmement vite, comme la conversation d’un ami lucide mais râleur et revêche.

Portrait de Marat dit "en train de me narguer à plus de deux siècles de distance", Claessens, Wikicommons

Portrait de Marat dit « en train de me narguer à plus de deux siècles de distance », Claessens, Wikicommons

En attendant mieux

Préoccupée par ce travail n’avançant pas, par le colloque de M2, par la bibliographie, par les séminaires, les billets à rédiger me sortaient souvent de l’esprit. J’avais commencé l’année en tâchant de les écrire à l’avance et en divisant la rédaction sur plusieurs journées, et j’ai progressivement fini par procrastiner, m’y attelant la veille de la date fixée, le jour même, ou bien en retard dans le cas de celui-ci, veuillez m’en excuser d’ailleurs.

Le fait qu’il s’agisse là d’un travail de rédaction a sans doute une influence sur mon manque de volonté, même si j’arrive à produire plus rapidement que prévu dans l’urgence. Je ne sais pas s’il a été très utile pour moi ou pour ceux qui me liraient : mes méthodes de travail sont basiques, assez brouillonnes et peu intéressantes dans le fond, et mes sources étant des sources imprimées déjà connues et (théoriquement) accessibles sur le site Gallica ou dans certaines bibliothèques, mon travail est plutôt une analyse de contenu. En ce qui concerne mes difficultés, je commence d’ailleurs à rabâcher comme l’Ami du Peuple. Peut-être que mes billets d’après-dépouillement seront plus intéressants que ceux-ci.

Crédits image à la une : L’Éléphant blanc, estampe d’après le numéro 96 des Révolutions de Paris, French Revolution Digital Archive


Claire Roulot

Après avoir passé un Bac L, fait trois années de prépa Ecole des Chartes au lycée de Fermat à Toulouse. Admissible après avoir tenté une seconde fois le concours en mai 2015, s’en sort vivante mais pas prise. Fait un Master 1 en Histoire moderne à l’université Jean Jaurès, et n’a pas de certitudes sur ce qu’elle veut faire de sa vie, à part se consacrer à son obsession pour la Révolution française. Essaie de faire un mémoire intéressant sur la correspondance entre deux illustres inconnus, Jean-Louis Garac, étudiant d’origine gersoise en médecine présent à Paris entre 1788 et 1790, et son père, également médecin, également gersois et également prénommé Jean. La correspondance en question étant trop courte pour soutenir un mémoire de Master 2, elle passe à la presse, avec un sujet sur la réception de La Fayette dans la presse radicale entre 1789 et 1791.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Claire Roulot, L’Éléphant blanc, le dieu Motier et Washington pot-au-feu […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *