Good bye Tribulations historiennes !

gif-the-endLe premier semestre touche à sa fin, et nos billets sur Hypotheses aussi. Le temps du bilan est arrivé. A-t-on respecté le planning prévu, apprécié l’exercice ou au contraire trouvé cela inutile ?

Éléments de réponse avec la rétrospection sur ma recherche autour des politiques d’accueil de l’immigration italienne dans le Sud-Ouest entre les années 1920 et 1950.

Un calendrier respecté

En écrivant mon planning prévisionnel en septembre dernier, trois objectifs se dessinaient. Le premier était la prospection des sources déjà mobilisées au cours de mon M1 dans le Gers, dans les départements de la Haute-Garonne et du Tarn-et-Garonne. Le résultat est satisfaisant puisque ma base de données est maintenant complétée à trois départements.

Mon deuxième objectif était de découvrir des sources complémentaires. Le manque de temps et la ressemblance des sources trouvées dans chaquedépartement a compliqué l’exercice. Mais ce travail n’est pas abandonné et je souhaite m’y consacrer tout le long du mois de janvier 2017. De plus, j’ai pu améliorer le contenu de mes sources grâce aux annexes de la thèse de Laure Teulières, riches en articles de presse par exemple.

Mon troisième objectif était de m’interroger sur le pertinence de réaliser des entretiens. Après réflexion, le temps imparti ne me permet pas d’élargir ma méthode de recherche.

italiens-150-ans-d-emigration-en-france-et-ailleurs-de-laure-teulieres-livre-976026883_l

Une du livre sous la direction de Laure Teulières « Italiens 150 ans d’émigration en France et ailleurs »

Six billets plus tard

Quelle utilité d’écrire un billet toutes les deux semaines sur un point particulier de nos recherches ? D’abord, l’exercice permet de réfléchir de manière continue sur notre sujet et sur notre façon de le traiter. Aussi, l’ordre des sujets (archives, bibliographie, l’analyse) nous fait comprendre la mécanique du mémoire. Enfin, les six billets ont offert une occasion de discuter entre élèves du M2 sur nos méthodes de travail.

Néanmoins, pour certains sujets, je n’avais pas trois mille cinq cents signes à écrire dessus, notamment sur le thème de la bibliographie. Il a donc été difficile de bien répondre à l’exercice à chaque fois. De plus, écrire toutes les deux semaines revient à une certaine rapidité et urgence dans l’écriture. Or, le recul était obligatoire et nécessaire pour appréhender les sujets.

L’évolution de ma pensée

Le travail de recherche est un travail continu et sans fin, ancré dans notre tête : voilà ce que j’ai compris au cours de ce premier semestre. Concernant la méthode d’analyse, je m’efforce de ne plus m’arrêter aux sources, mais de les contextualiser pour comprendre l’ensemble de l’histoire que j’écris.

L’an passé, mon mémoire n’était pas prioritaire dans la formation suivie (M1 Sciences Politiques), et je n’ai pas pu en saisir tous les enjeux. Au contraire, la recherche proposée dans le Master 2 histoire est au coeur du cursus. Cela permet d’avoir le temps d’acquérir le plus de connaissances sur notre sujet et la possibilité de rencontrer des professionnels spécialisés. En effet, j’ai pu rencontrer Philippe Foro, spécialiste de l’Italie contemporaine. Ses remarques et connaissances sur la péninsule transalpine me sont forts utiles car elles m’aident à mieux cerner mon sujet.

L’évolution de ma pensée m’a permis de mieux définir les politiques d’accueil. En M1, j’entendais par politique d’accueil seulement les faits et gestes de l’État français. Cependant, grâce au travail réalisé en M2, je définis les politiques d’accueil comme l’ensemble des organisations (politiques, associatives ou religieuses) contribuant à l’accueil des immigrés italiens dans la région.

Cinq mois et six billets plus tard, ma réflexion s’est affinée et ma recherche s’est approfondie. Place maintenant à l’écriture…

Crédits Image à la Une tout droit réservé au blog Nouveau tempo libero, non datée, non signée.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *