Le quotidien d’une apprentie chercheuse/équipière chez McDonald’s

Entre lectures poue mon mémoire et travail chez McDonald's Tous droits réservés, Béatrice Vogley.

Entre lectures pour mon mémoire et travail chez McDonald’s. Tous droits réservés, Béatrice Vogley.

BigMac, Théophile Gautier. Wrap poulet-bacon, analyse lexicographique. Nettoyage du lobby, bibliothèque des Dominicains.

Travailler chez McDonald’s et être une apprentie historienne en même temps m’impose de jongler entre deux univers radicalement opposés. J’ai donc appris cette année à organiser mon quotidien entre préparation de sandwichs et recherche sur les visions françaises de l’Empire ottoman en France au XIXe siècle.

Mon quotidien

Le quotidien mis en place l’année dernière a été totalement chamboulé par mon entrée cette année chez le plus célèbre fastfood du monde : McDonald’s. L’année dernière, je n’avais pas à travailler pour pouvoir financer mon année universitaire, ce qui m’a permis d’avoir un temps de recherche organisé à ma guise. En général, j’allais travailler à la bibliothèque universitaire dès 9h et j’y passais mes journées. Le soir, je me reposais un peu et je faisais le point sur le travail accompli. Cela me permettait d’avoir un certain temps libre durant lequel je m’adonnais à la lecture, au visionnage de films ou de séries.

Mais cette année, mon quotidien a été radicalement chamboulé. En travaillant 24h par semaine, je n’ai plus la possibilité d’organiser mon quotidien comme je le veux. Par conséquent, je dois m’adapter et apprendre à m’organiser en fonction de mes horaires de travail.

Mais concrètement ça donne quoi ?

Concrètement, la planification de mon quotidien est essentiel. Chaque dimanche, je prends une heure pour organiser la semaine à venir. Les objectifs, les recherches à mener, les gens à voir et tout cela en fonction de mon planning de travail. Quand je travaille en journée (11h-18h), je me consacre à mon travail de recherche le soir chez moi. Mais si je travaille seulement le matin (7h30-15h) ou en fermeture (18h-02h30), je fonce à la bibliothèque pour pouvoir profiter du calme et de l’ambiance que nous offre l’endroit. Et lorsque mes jours de repos arrivent, je travaille la journée à la bibliothèque et le soir, je pense à tout sauf McDo et mémoire. C’est pour moi le temps de me reposer !

Quelle méthode de travail ?

J’ai mis du temps l’année dernière pour trouver les outils essentiels au bon déroulement de mes recherches. Cahiers, feuilles volantes, ordinateur, photos ? J’ai tout essayé et j’ai mis en place ma propre façon de procéder. Travaillant presque exclusivement sur des sources imprimées et numérisées (voir mon article sur les sources), j’ai la chance de posséder celles-ci sous format PDF sur mon ordinateur. Cela me permet alors de travailler partout où le wifi est facile d’accès. Mon ordinateur  étant le support de mes sources, il fallait trouver d’autres supports pour l’analyse de celles-ci.

J’ai décidé de travailler à la fois avec des cahiers et des feuilles volantes (mais pas trop quand même parce qu’après, ce n’est pas facile de s’y retrouver). Je possède un cahier pour chaque type de source à analyser. L’année dernière, j’avais trois cahiers : un pour les archives diplomatiques, un pour les archives journalistiques et un pour les récits de voyage. Mais n’ayant gardé que ces dernières, je me suis retrouvée avec un seul cahier dans lequel je notais des idées de recherche en général, le nom des sources à consulter, la biographie des auteurs… À ce cahier, se rajoute cette année un second qui sera consacré aux sources issues du monde catholique français. Puis, pour l’analyse individuelle de chaque source, j’utilise des feuilles volantes qui sont ensuite rangées par auteur et par source dans mon grand classeur de recherche.

Travaille d'analyse sur l'ouvrage de Pigeory Félix, Les pèlerins d'Orient : lettres artistiques et historiques sur un voyage dans les provinces danubiennes, la Turquie, la Syrie et la Palestine, Paris, E. Dentu, 1854. Tous droits réservés, Béatrice Vogley

Travaille d’analyse sur l’ouvrage de Pigeory Félix, Les pèlerins d’Orient : lettres artistiques et historiques sur un voyage dans les provinces danubiennes, la Turquie, la Syrie et la Palestine, Paris, E. Dentu, 1854.
Tous droits réservés, Béatrice Vogley.

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Mcdonalds inc

 


Béatrice Vogley

En 2015, étudiante en première année de master d'histoire contemporaine à l'université Toulouse Jean Jaurès. J'ai débuté mes études, après l’obtention d'un baccalauréat économique et sociale, par une licence d'histoire à l'université Toulouse Jean Jaurès. Je prépare un mémoire sur les images et les représentations de l’État ottoman en France durant la période du Tanzimat ottoman ( 1839-1876) sous la direction de Mr Jean-François Berdah.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *