Un bilan mitigé

Tous droits réservés, Sablier, Sylvain Chassé, 2014.

La relecture de mon premier billet m’offre une vision intéressante sur le déroulement de mes recherches. En effet, si je pensais être mieux organisée que l’année dernière, je n’ai pu respecter à la lettre le planning que je m’étais fixé.

Pour la première année de Master, je souhaitais étudier des sources judiciaires, privées et également la presse sur toute la période de la Libération. La profusion des sources et les restrictions liées à la consultation de certaines archives dites sensibles m’ont rapidement fait reconsidérer mes ambitions de recherche. Ainsi, je me suis concentrée sur un échantillon de 381 arrêts de la Cour de Justice de Toulouse, émis entre octobre 1944 et juillet 1945, d’après lequel j’ai réalisé un travail statistique sur les comportements collaborationnistes de femmes accusées en Haute-Garonne.

Ma recherche de première année reposait également sur des textes de lois comme les ordonnances codifiant la répression des crimes pour fait de collaboration ou encore la peine d’indignité nationale. Grâce à une analyse quantitative, j’ai donc essayé de cerner la diversité des formes de collaboration féminine en Haute-Garonne en les comparant aux cas masculins, mais aussi de déterminer les formes d’épuration judiciaire et extra-judiciaire ont été sexuées au niveau des peines appliquées et des exécutions sommaires.

Imprévus et temps qui passe

Pour cette deuxième année de recherche, je réalise une histoire des femmes et du genre plus poussée. Pour y parvenir, je travaille sur une analyse plus qualitative en étudiant les discours de défense des accusés. Au début du semestre, je souhaitais examiner les champs lexicaux utilisés, les motifs invoqués, comparer les déclarations entre hommes et femmes et m’intéresser aux discours des instances judiciaires à l’égard des accusés. J’espérais également élargir la recherche à la comparaison avec départements, même si peu d’études ont été réalisées sur le sujet.

Quant à la consultation de mes sources, elle devait se faire à partir du mois de novembre afin d’étudier les discours et déclarations sans précipitation et d’avoir suffisamment de temps pour la rédaction que je prévoyais en février. Bien que je sois plus pragmatique et lucide dans le choix de mes sources cette année, je me rends compte que je n’aurai pas le temps de faire tout ce que j’avais prévu car je suis confrontée à de nouvelles difficultés.

Parmi elles, se trouvent l’absence de déclaration des juges et des inspecteurs de police dans les procès que j’étudie, ce qui m’empêche de travailler sur leurs discours à l’égard des hommes et femmes accusés, mais également la difficulté de comparaison avec d’autres zones géographiques en raison de l’absence de travaux réalisés. A cela s’ajoute l’éternel problème de la procrastination.

Enfin, quelques mots sur cet exercice d’écriture d’articles en ligne. S’atteler à cette rédaction offre la possibilité de faire le bilan et de voir l’évolution de nos recherches par rapport au planning prévu au début du semestre. De plus, cela permet de faire une comparaison entre nos interrogations et les questionnements et difficultés auxquels les autres étudiants sont confrontés. Cependant, je trouve la cadence de rédaction trop rapide. Un rythme d’écriture de billet de blog toutes les deux semaines ne permet pas d’avoir suffisamment de recul sur son propre travail et peut parfois empiéter sur notre travail de recherche.

Crédits Image à la Une : Tous droits réservés, digiSchool, Marianne Shehadeh, 2016.


Lisa Laborde-tuya

En 2016, étudiante en master 2 Histoire, Civilisations, Patrimoine à l’ Université Jean Jaurès de Toulouse, je réalise un mémoire sous la direction de Sylvie Chaperon, sur les Femmes collaboratrices en Haute-Garonne de par mon intérêt pour l'Histoire des femmes, les questions de genre dans la guerre et la thématique de femmes et violence. Diplômée d'un BAC ES option européenne anglais, j'ai par la suite obtenu une licence Bi-disciplinaire en Histoire et Histoire de l'Art, Archéologie dans cette même université.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *