Tout a une fin

Tous droits réservés Eva COT

Tous droits réservés Eva COT

La rédaction des billets de blog a accompagné les étudiants de M2 durant tout le premier semestre. Certains sujets étaient plus faciles à réaliser alors que d’autres ressemblaient plus à un casse-tête.

Je pense notamment à celui portant sur la rédaction d’une journée aux archives, qui s’est avéré pour moi compliqué puisque je ne m’y suis jamais rendue.

Le billet de blog, quel exercice !!!

Au début, lors du tout premier billet de blog, je ne suis demandée comment j’allais faire pour en rédiger un toutes les deux semaines. Je manque cruellement d’inspiration pour écrire sur mes recherches, de plus je ne suis pas une littéraire, je préfère les mathématiques. Pourtant je suis en master recherche, ce qui me plaît dans celui-ci, c’est l’histoire mais aussi la découverte et l’assemblage de sources qui permettent de créer ensuite quelque chose de nouveau.

Cet exercice permet justement de s’entrainer à la rédaction. Cependant, le style et les pronoms personnels sont différents de ceux utilisés lors de la rédaction du mémoire. Néanmoins, cela m’oblige à m’exercer dans un domaine que je ne maîtrise pas totalement afin d’être mieux préparée pour la rédaction du mémoire prévue pour le mois de mars.

Pour le moment, je me trouve dans les temps prévus dans mon planning. Durant les mois de septembre, octobre et novembre, je me suis concentrée sur la lecture d’ouvrages concernant la mémoire mais surtout le féminisme. J’ai lu plusieurs ouvrages de Christine Bard. Je regrette néanmoins de ne pas avoir trouvé des livres sur le féminisme actuel et sur leurs moyens de communication à travers les réseaux sociaux (blogs, comptes twitter, Facebook).

Au cours du mois d’octobre et de novembre, j’ai repris les délibérations des conseils municipaux et j’ai recontacté toutes les mairies qui ne m’avaient par répondu l’an dernier. J’avais prévu de réaliser ce travail au mois de février, mais je l’ai avancé dans mon planning pour pouvoir réaliser la rédaction portant sur la partie des voies publiques Olympe de Gouges durant le mois de janvier. Ainsi j’aurai plus de temps en février pour approfondir les analyses de mes autres sources, dont les résultats des questionnaires et des articles de journaux.

La transformation des idées

Lorsque je suis arrivée en M2, mon sujet de recherche n’était pas celui sur lequel je travaille actuellement. Au départ, je voulais étudier la Révolution française à travers le cinéma en me concentrant sur un personnage comme Robespierre ou Saint Just. Cependant, après avoir fait des recherches et en avoir parlé avec ma directrice, nous avons réalisé qu’il n’y avait pas assez de sources pour réaliser cette étude. Madame Dousset m’a alors proposé de travailler sur Olympe de Gouges.

Au départ, j’avais décidé de me consacrer à la réception ainsi qu’à l’usage de l’image de la révolutionnaire du XVIIIème siècle. Au cours de l’année, mon sujet s’est transformé et je me suis intéressée plutôt à la mémoire d’Olympe de Gouges. Depuis septembre, j’ai choisi de modifier ma période d’étude. En effet, ma chronologie démarrait du Bicentenaire de la Révolution française et s’étendait jusqu’à nos jours. Désormais, je compte revoir cette date de 1989 pour en trouver une plus antérieure.

J’ai tendance au cours des mois à revoir mon plan, ma problématique, mes sources et ma bibliographie car l’an dernier, je ne possédais pas les mêmes méthodes d’analyse. Au fil de l’année, j’ai appris à mieux exploiter mes sources, à les travailler plus en profondeur. C’est d’ailleurs une priorité pour mon M2. En effet, lors de ma soutenance, le jury m’a reproché de ne pas avoir suffisamment exploré mes sources. Je suis donc en train de les reprendre une à une afin d’apporter une lecture plus approfondie de ces dernières.

Image à la Une tous droits réservés Eva COT


Eva COT

Etudiante à l’université Jean Jaurès de Toulouse depuis 2011.
Actuellement en master 2 recherche histoire et civilisations modernes et contemporaines.
Thématique de recherche : La mémoire d’Olympe de Gouges depuis le bicentenaire à nos jours en France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *