La source désapprouve presque toujours l’itinéraire du fleuve

Les radoubs de l'Arsenal de RochefortComme me l’a fait remarquer Sophie Dulucq lors du mini colloque du mois de décembre 2016, le fait que toutes mes sources soient des publications récentes peut être envisagé comme un problème. J’avais envie de connaître les joies du métiers d’historien qui doit analyser des montagnes d’archives, toucher du doigts les traces qui ont survécu aux hommes.

Pour cette année, j’espère jouer davantage et endosser ce costume…

Interconnexion des sources

Ce qui me plaît en histoire, c’est le lien que l’on cherche désespérément et qui un jour apparaît comme une évidence. Par exemple, j’ai souhaité pour mon Master 1 établir une relation entre le journal de bord de l‘Hermione du lieutenant de Latouche-Tréville de 1780 retranscrit par l’historien Jean-Pierre Bois et les ouvrages de jeunesse autour de l‘Hermione. C’est jubilatoire d’aboutir à une interconnexion de ses sources. J’ai y trouvé les mêmes renseignements, mais avec une interprétation et une portée différente.

La mémoire des embruns

Rochefort, que j’ai malheureusement trop peu visité, est une ville d’histoire. Elle est marquée par cet océan qu’elle ne voit pas, par ce commerce triangulaire qui a participé à son essor, par son bagne… La Corderie Royale, qui porte également le nom de Centre International de la mer, est « le plus bel edifice qui fust au monde » comme le revendiquait Louis XIV. Mais c’est surtout une mine d’or pour nos yeux puisqu’elle fut rénovée récemment, et pour la recherche. On y trouve une librairie de la mer, avec plusieurs comptoirs, sur l’Hermione, sur la littérature maritime, sur la bande dessinée maritime, même la lecture populaire est bercée par les embruns. Les ouvrages de Martine Acerra, Alain Cabantous et Françoise Perron y sont à l’honneur. Cette bibliothèque en forme de coque de navire pourrait ressembler à la bibliographie complète et parfaite.

Le Service Historique de la Défense de Rochefort l’est également. Comme en témoigne la brochure de présentation « 7 kilomètres d’archives ; 5 000 plans de bâtiments ; 10 000 photographies dont 2 000 plaques de verre ; 25 000 ouvrages ; 500 titres périodiques ». Par exemple, on peut trouver les correspondances entre l’administration centrale et la marine sous l’Ancien Régime. Pour mon sujet, la perle rare est constitué des milliers de plans de navires recensés depuis le XVIIIe siècle et par le fonds de l’inscription maritime qui révèle les matricules des gens de mer, l’armement et le désarmement des navires de commerce, militaire et de plaisance. Le SHD dispose également d’un bibliothèque, construite en 1836 lors de la création de l’école d’hydrographie de Rochefort. Tous ces lieux constituent mes terrains de jeux pour les prochains mois et pour un éventuel stage de professionnalisation au sein même du Centre International de la mer.

J’ai pour l’heure effectué un sondage auprès des clients de librairies comme celle de Brest, afin de donner vie à ce mémoire d’histoire immédiate. Le questionnaire, effectué sur le bon vouloir des personnes interrogées, mettait en relation les hommes et le patrimoine maritime dans un premier temps, puis leur goût pour des aventures humaines comme celle de l’Hermione. Ce sondage, je souhaite l’élargir auprès des librairies toulousaines, afin de briser l’idée que le patrimoine maritime n’appartient qu’aux villes du littoral français. J’utiliserai enfin une base de donnée comme on l’a vu tout au long de l’année, afin de référencer, classer toutes ces sources, afin d’y accéder rapidement.

Enfin, comment analyse-t-on une bande dessinée avec un regard d’historien ?

Dans un premier temps, il faut avouer que le subjectif a une place importante. J’aime les auteurs qui peignent la mer autant avec des couleurs qu’avec des mots. La bande dessinée sur l’Hermione, ma première source, est la représentation de l’histoire de la frégate dans l’imaginaire de l’auteur. C’est une fictionnalisation de l’histoire mais c’est un témoignage. L’idée est de confronter les témoignages.


Quentin Laurensan

Ayant obtenu une Licence d'Histoire-Géographie à l'Université Toulouse Jean-Jaurès, j'ai choisi de me diriger vers la recherche contemporaine. Je travail actuellement sur L'aventure de l'Hermione vu sous l'angle d'un voyage contemporain au fil des représentations et des symboles. Je ne me présente pas comme un globe-trotter cherchant à écrire un récit de voyage, mais ayant passé beaucoup de temps en Bretagne, je ne suis pas insensible au charme de la navigation.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *