Un bilan du semestre à nuancer

Objectif, CC Pixibay .com

Objectif, CC Pixibay .com

Certains objectifs ont été atteints (ouf !), d’autres sont en cours de réalisation (le but est néanmoins proche !) mais des découvertes imprévues parmi les sources ont obligé à ajuster les prévisions (heureuses surprises !).

Toutefois, il faut bien reconnaître que, pour le mémoire comme dans la vraie vie, il est rare que les choses se passent exactement comme prévues, je dirais même que cette situation correspond aux cas les plus fréquents. Il faut en effet prévoir l’imprévisible et l’inattendu.

Des objectifs réalisés

Par bonheur, une grande partie des objectifs fixés dès fin septembre, lors du premier rendez-vous avec Madame Sylvie Vabre, ma directrice de recherche, ont été atteints. Un dossier complet sur l’environnement toulousain au cours de la seconde moitié du XIXe siècle est donc finalisé grâce au dépouillement d’annuaires de Haute-Garonne et grâce aussi à l’amabilité et la disponibilité des bibliothécaires des Archives municipales qui se sont prises au jeu des recherches concernant les producteurs de pâtés de foies gras.

Voilà donc une bonne quinzaine de pages presque prêtes pour la version définitive du mémoire, pour lesquelles il ne reste que peu de travail. De même, les sources pour analyser la part des pâtés dans le chiffre d’affaires total de l’entreprise Tivollier ont été découvertes. Bien qu’incomplètes et surtout limitées dans le temps, elles sont saisies et prêtes à être traitées et transformées en tableaux à commenter.

Des réalisations en cours

Insigne du notaire, CC Wikipédia. com

Insigne du notaire, CC Wikipédia. com

Les notaires, leurs actes et les enregistrements correspondants forment un jeu de piste fastidieux, difficile et donc assez « mangeur de (ce) temps » qui  n’a malheureusement pas été planifié suffisamment. Parfois c’est même le nom du notaire lui même qui est illisible et qu’il faut « deviner » en feuilletant délicatement des pages jaunies et fragiles qui, en plus, tachent les doigts d’encre et de poussière.

La fermeture exceptionnelle des Archives départementales n’a pas été non plus intégrée dans les prévisions, sans parler des jours où « les ordinateurs ne marchent pas ! ». Mais ces impondérables vont trouver une solution, bien évidemment. Cette chronophagie sera compensée par des soirées plus studieuses que prévues. Enfin, c’est ce qu’il faut dire !

Un avenir encore chargé

Trois « hourras » pour INTERNET qui permet de travailler, de chercher et (je l’espère) de trouver, même loin des sources matérielles. Le début du second semestre se passera donc en liaison étroite avec le monde virtuel, en plongée dans la réalité numérisée, loin de Toulouse et de mes conditions confortables de travail habituel. Mais rien n’arrête le chercheur (en l’occurence la chercheuse), ni les frontières, ni l’hiver, ni les longues nuits froides.

Un bilan intéressant

Une réflexion sur les méthodes de travail, sur l’organisation personnelle, sur les lacunes obligatoires des réalisations (je n’insiste jamais sur ce point, il faut POSITIVER), obligent à un recul salutaire. De plus, la lecture des difficultés des condisciples permet de se sentir moins seule et les solutions parfois trouvées par d’autres peuvent aider à résoudre des problèmes personnels, ou du moins d’y réfléchir calmement. Merci donc à Sébastien Poublanc pour m’avoir contrainte à exprimer certaines vérités lors de la quête du Master 2.

Crédits à la une : terrines au four (presque prêtes), CC Wikipédia.com


Elizabeth Boussie

Retraitée encore active, en master 2 d’histoire contemporaine à Toulouse Jean Jaurès, refusant de se plonger dans les massacres, les guerres, les minorités opprimées ou tout autre malheur du monde, refusant aussi de devenir une grand-mère gâteau, une grand-mère nounou ou une grand-mère confiture, je suis donc devenue une étudiante sérieuse et assidue. Je travaille en effet actuellement sur l’histoire d’un produit alimentaire qui connut un succès important à Toulouse dans la seconde moitié du XIXème siècle

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *