Les sources à la maison

L’analyse des sources est sans doute la partie la plus importante du mémoire. Une fois qu’on a enfin trouvé ses sources reste à savoir qu’en faire. Je ne sais combien de fois pendant l’année de M1 qui vient de s’écouler, je me suis retrouvée face à mes sources fraîchement lues en me demandant pendant de longs moments : « et maintenant quoi ? ».

Il est maintenant temps de revenir sur ce palpitant chapitre de la réalisation du mémoire qu’est l’analyse des sources. Contrairement à bon nombre de mes camarades, je n’appuie pas mon travail sur des archives mais sur des ouvrages imprimés. Je n’ai donc rien à faire dans un centre d’archives. Ainsi je ne peux vous présenter aucune histoire saugrenue sur sur des documents jamais découverts, mais uniquement mon quotidien somme toute banal face à la pile de livres qui compose mon corpus.

L’aventure historique

Pour être honnête, mon parcours d’apprentie historienne n’a rien de palpitant. Pas de découverte d’archives jamais dépouillées ou de lettre secrète oubliée. Comme je l’ai déjà expliqué dans de précédents articles, mes sources sont toutes imprimées ou en ligne puisqu’il s’agit de livres ou encore de vidéos. Je ne vais donc pas aux archives et étudie mes sources depuis chez moi, au choix le bureau, le lit ou le canapé. J’ai l’avantage de ne pas avoir à me déplacer mais dans le même temps, je ne peux bénéficier des conseils et recommandations d’archivistes aguerris.

Analyse des sources

1225274637_85fac883b1_b

Certains droits réservés, Eva Bench, Flickr

Concrètement qu’est-ce que ça donne ? Pour le M1 j’ai quasiment uniquement travaillé sur deux recueils de correspondances. Comme j’ai la possibilité de rester chez moi pour travailler, je ne m’attelais à l’analyse des lettres que pour un petit moment mais plusieurs fois par jour. Je lisais dix pages, passais à autre chose et recommençais plus tard. Cela peut sembler court dix pages mais la correspondance que j’étudie est tellement fournie en détails divers et variés que prendre des notes prend un temps incroyable.

Étant donné que j’ai acheté tous les livres qui composent mon corpus de sources, je peux les maltraiter à loisir. Je commençais donc par écrire mes observations directement sur les livres et lorsque je réussis à dégager des thématiques récurrentes, je mis en place un code couleur pour faciliter le traitement et l’analyse plus approfondie. J’ai suivi le même procédé pour le deuxième recueil et le reste de mes sources imprimées.

Traitement des sources

Après cette première lecture attentive, j’ai décidé de retranscrire mes notes par informatique pour plus de clarté. Sur un document Word, et pour chaque recueil de correspondance, j’ai repris mes observations lettre par lettre en indiquant pour chacune la date, le destinataire et les pages. J’en ai ensuite décrit le contenu de la manière la plus simple et directe possible. Pour chaque ouvrage, j’ai totalisé entre vingt et trente pages de notes. Cela peut paraître fastidieux mais ça m’a permis de me familiariser avec mes sources et de m’en imprégner totalement. J’ai ensuite pu passer à l’analyse proprement dite.

Il est venu le temps du mémoire

Après avoir imprimé ces documents, j’ai bien dû me résoudre à m’atteler à l’analyse poussée de ces lettres. Et ce ne fut pas qu’une partie de plaisir : il y avait tellement de détails et d’informations que je ne parvenais pas à les trier et à en tirer une trame pour les commenter. J’ai de nouveau mis en place un système de couleurs pour tirer ça au clair. Je me rends compte en effet que travailler à l’ordinateur ne me sert qu’à mettre au propre ou classer des informations.

Je suis sans doute un peu vieux jeu mais j’ai besoin d’un crayon et d’une feuille pour réfléchir. Le clavier et l’écran sont pour moi plus un obstacles qu’un biais vers l’écriture et l’analyse. Après de longs moments d’hésitation et de découragement, je suis enfin arrivée à extraire de mes notes une analyse poussée, appuyée sur mes diverses lectures, et un premier plan pour mon mémoire que je n’ai eu qu’à peaufiner par la suite. Ces deux « retranscriptions » m’ont été très précieuses puisque j’ai pu retrouver facilement les informations et les lettres que je voulais glisser dans chaque partie. Elles me seront encore très utiles pour mon M2 vu que je dois, en plus d’aborder de nouvelles pistes, approfondir celles que je n’ai étudiées qu’en surface pour le M1.

Crédits Image à la une : Creative Commons, Wikimedia Commons.


Camille Cazalé

Je suis actuellement (2015) en première année de Master d’Histoire contemporaine à l’Université Jean Jaurès à Toulouse. Après un cursus de deux ans dans une classe préparatoire Lettres-Sciences Humaines (LSH) avec une spécialisation en Lettres Modernes au lycée Saint-Sernin de Toulouse j’ai décidé de poursuivre ma licence en Histoire à l’Université de Toulouse avant de partir étudier un an en Suède. Mon sujet de recherche sous la direction de Mme Catherine VALENTI porte sur le parcours de Grisélidis Réal (1929-2005), prostituée, militante et écrivain genevoise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *