Quand te reverrais-je ? Pays merveilleux !

Fidèle au poste, et ça continue encore et encore. Tous droits réservés, Julia James

Fidèle au poste, et ça continue encore et encore. Tous droits réservés, Julia James

Et si moi, l’anti-informatique, l’anti-Internet, je disais que j’ai pris goût à ces billets, au monde virtuel … Qu’en penserais-tu cher lecteur ? Une grande question apparaît alors : est-ce que je peux concilier ma connexion au numérique avec le désir de vivre dans une yourte ? (il y a de truculents tutos sur Youtube pour en construire plus rapidement que la durée d’une thèse).

Oui, je suis ici pour dire que je n’arrêterai pas de rédiger sur Internet, sur mon parcours. Par contre, ce ne sera pas celui d’une thésarde (quel mot à triste son). Alors aujourd’hui, je vais raconter ce qu’ont été ces derniers mois, parce qu’il est vrai que depuis le début, je parle surtout de mon expérience de l’an dernier.

A la croisée des mondes

Une des questions qui s’est maintenue depuis le début de l’année est « Et après, on va où? » (référence à un film exceptionnel à quelques mots près). Comment sortir son épingle du jeu ? Comment réussir à augmenter ses chances de percer dans un milieu qui – osons le mot – semble sclérosé et aurait bien besoin d’un lifting. Comment être vue ? Comment entrer dans le monde du travail en pouvant prouver que nous sommes autre chose que des êtres blanchâtres dans une tour ? Comment mettre à profit un bac +5 qui n’a côtoyé le monde du travail que l’été ?

Ou comment être béate devant son téléphone. Tous droits réservés, Julia James.

Ou comment être béate devant son téléphone. Tous droits réservés, Julia James.

Alors est venu Twitter. Au début réticente, n’aimant pas me pavaner ni m’abreuver du quotidien des gens, Twitter offre la possibilité de se connecter ; de se sentir dans le même monde que beaucoup d’autres. Etre en histoire, c’est être entre le monde du passé et le monde du présent, mais pourquoi pas aussi entre le monde réel et le monde Internet ? Écrire un blog, c’est pouvoir inscrire sa marque (un peu comme si c’était moi qui avait dessiné le bébé cerf au fin fond de la grotte de Lascaux, mais si ! Celui derrière la pierre, là, que personne ne voit !). Écrire ces billets, c’est aussi s’inscrire soi-même au sein d’un univers nouveau, pouvoir montrer ses capacités en écriture, en recherche, en organisation.

L’écrit numérique est en quelque sorte une preuve de notre bonne volonté accessible partout, tout le temps (si tu désires postuler en Australie, tu te connectes et paf tu montres que tu as 25 abonnés Twitter dont 4 professeurs d’histoire et que Persée a aimé ton Tweet). Je ne suis pas encore passée dans le monde numérique à 100%, celui-ci doit encore me prouver qu’il fonctionne. Cependant, j’y crois même si je le cache un peu (et jamais je n’aurais dit cela il y a 3 mois).

Et le mémoire dans tout ça ?

Dans le premier billet, j’avais annoncé commencer la rédaction en janvier-février ; il se trouve que je l’ai commencée en novembre. Plusieurs facteurs m’y ont amené. Tout d’abord, ça me démangeait, j’avais envie de voir mes idées prendre forme, de me rendre compte de ce qu’il pouvait manquer. Ensuite, j’ai trouvé les bons livres, ceux qui m’ont ouvert de nouvelles perspectives, j’ai donc pu entamer l’écriture plus rapidement et surtout plus solidement. Enfin, j’ai trouvé mon plan « définitif » à la Toussaint. Une fois le fil rouge établi, le suivre devient un plaisir.

L’écriture du mémoire se fait par étapes, c’est la maturation (appelée aussi « lemomentdedélireintensif » ou bien « lemomentoùlesgenspensentquelarecherchecestfacile » parce que oui, c’est connu, faire fonctionner son cerveau, ça ne se voit pas de suite mais Mamie, je te jure que quand je regarde les papillons, en vrai je réfléchis). Cette étape est essentielle, elle permet de trier, d’emmagasiner, de construire, tout se fait dans la tête. Puis à certaines périodes sonne l’heure de l’éclosion. Cette étape rime avec un certain nombre d’heures passées à accoucher de ses idées (maïeutique pour les intimes). Mon année est donc découpée entre maturation (des fois macération aussi) et éclosion.

Aujourd’hui, il me manque certains points de mon mémoire comme les enquêtes orales spécifiques qui me permettront d’illustrer des phénomènes avancés avec les chiffres, les archives écrites. J’ai choisi de ne pas partir des entretiens particuliers, de m’en servir seulement comme illustration, cas particulier ou exception. Ces entretiens vont être menés durant les vacances d’hiver et au mois de janvier. C’est le principal changement qu’il y a eut dans mon raisonnement depuis le début de l’année.

J’ai décidé d’analyser politiquement le parc national des Écrins et comment celui-ci a évolué dans les différents contextes (local, national). Les enquêtes orales permettront d’illustrer les adaptations du parc national. Il ne s’agit plus de partir seulement de la population. Ma crainte ? Ne pas faire d’histoire mais la raconter. Je souhaite inclure les enquêtes dans un raisonnement, et non pas raconter l’histoire de personnes en faisant seulement ressortir ce qui est dit durant les entretiens.

Sire, Sire on en a gros !

Je l’ai toujours dit, je suis en Master en tant qu’autodidacte, je suis là pour découvrir et m’épanouir (le mariage est pour bientôt). Chaque jour, c’est avec plaisir que je prends le stylo (beaucoup moins joli que de dire la plume mais désolée, je me suis modernisée.. Dire qu’un jour nous dirons le clavier). Depuis le début de l’année, j’ai en quelque sorte assoupli ma pensée, j’ai dû reconnaître l’utilité de Filemaker Pro ! J’ai aussi osé ouvrir encore plus mon champ de recherche, quitte à ce que cela ne plaise pas. Heidi, Martine, Caroline, les Bronzés, je pense qu’il faut oser. Et puis, s’ouvrir à des archives plus connues, moins officielles, n’est-ce pas ouvrir l’histoire en général ? Oui, j’ai aussi de plus en plus l’envie de transmettre, non pas en tant que professeur mais en écrivant.

Si le Master m’a offert quelque chose, c’est bien de me détacher de l’image d’élite que nous colle l’école préparatoire. Oui, il n’y a pas de prestige à utiliser une source plutôt qu’une autre, à s’adresser à un public plutôt qu’un autre. Internet sera alors certainement le moyen de prouver cela. Je pense que l’histoire doit continuer à être émise par des personnes « spécialisées » ou passionnées, mais qu’elle se doit de se renouveler. Et à la lecture des articles d’Hypothèses, à la vue du nombre d’historiens sur Twitter, on peut penser que la machine à moderniser est lancée.

Telerama.fr

Fernand Braudel, 1967, Telerama.fr

PAR CONTRE ! Je continue à penser que le numérique a ses limites. Je ne pense pas que le PowerPoint puisse remplacer une carte papier. Je ne pense pas qu’écrire sur un PowerPoint facilite l’allocution. Non, cela pousse à s’asseoir. Historiens, levez-vous, bougez les mains et parlez comme le faisaient si bien les anciens.

 

 

Crédit image à la une : Tous droits réservés, Julia James.

 


Julia James

Après un passage éclair d’un an en classe préparatoire hypokhâgne, j’intègre la licence d’histoire à l’université Jean Jaurès en deuxième année. Durant mon cursus un manque se manifeste, celui de la nature, de l’environnement. Les grands évènements marquent mais quand est-il du cadre général ? Je décide alors de partir en master recherche pour essayer de revenir au rapport homme-nature.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Julia James, Quand te reverrais-je ? Pays merveilleux ! […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *