Qui a dit « retardataire »?

Tels les animaux de la fable, il y les chercheurs-lièvres et les chercheurs-tortues. Quand on est une tortue chronique, la recherche quotidienne nécessite un jour ou l’autre de la discipline. Car la patience, on l’a déjà.

Il y a eu une grosse prise de retard dans l’élaboration de cette recherche. Le terme de « procrastination »parait bien faible, tant j’ai peiné à rédiger et mettre en forme les billets successifs. Il y avait un blocage terrible avec l’outil numérique, une incapacité à faire face à cette phobie de l’ordinateur. J’ai écrit sur des feuilles volantes, tenté d’écrire sur des cahiers. Les feuilles volantes ont un inconvénient épouvantable. Elles se perdent. Et puis il y a la pression de l’entourage, les inévitables « ça avance? ». Que dois-je leur répondre? Bien sûr la recherche avance, la problématique se met en place. Mais le temps court, cet ennemi terrible et invisible. Je sais que je vais travailler sur un groupe social restreint et j’ai parfois l’impression qu’ils habitent chez moi. La biographie inédite d’Isabelle Rivière est une pesante statue du Commandeur. Son conflit avec Madame Simone est en passe de devenir un sujet de conversation familiale. L’entourage les déteste, elles parasitent la vie quotidienne.

Pourtant, en accord avec mon directeur de recherche, la communication du colloque inscrit dans le cursus du Master 2 a été utilisée pour mettre quelques idées en place. Il faut écrire encore et toujours, douter et réfléchir. La procrastination, cette autre ennemie du chercheur s’insinue sournoisement. J’ai essayé tous les lieux possibles pour travailler : chez moi, chez les autres (les amis bienveillants, n’ayant ni enfants, ni télévision), dans les cafés et les bibliothèques. Je travaille en dehors des heures de cours, du jeudi après-midi au lundi matin. Je travaille toute seule, en doutant, mais en ayant parfois le sentiment de progresser du point de vue méthodologique. Je n’ai même pas envisagé une quelconque visibilité sur les réseaux sociaux. C’est beaucoup trop compliqué pour moi.

Je suis poursuivie par le conflit. La « légende noire »d’Isabelle Rivière, personnage entier, central dans l’histoire de la NRF et pourtant si peu étudié semble déteindre sur moi. S’il fallait résumer la situation, je dirais que la recherche n’est pas menée de manière linéaire : il y a des arrêts, des pauses voire des trous noirs. J’ai décidé de me discipliner, de mener à bien le mémoire de master 2 et de me concentrer sur la recherche quotidienne. Je n’aurais jamais imaginé qu’il était aussi difficile d’écrire et de réfléchir tous les jours.

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Albert Guillaume


1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *