Des livres et l’ivresse

La bibliographie plonge le chercheur dans un état comparable à l’ivresse des grands fonds : c’est une plongée en bibliothèques. Ces lieux parfois désertés, parfois lieux de sociabilité intense (et bruyante), unissent ou isolent, souvent pour le meilleur et parfois pour le pire.

livres

Bibliothèque de livres anciens

J’avais beaucoup lu sur l’histoire du premier vingtième siècle et pourtant, après plusieurs mois de recherche en Master 1, Patrick Cabanel me dit : « Mais enfin, il faut lire Auguste Anglès! ». Je me sentis démunie et d’une ignorance crasse : j’entendais pour la première fois le nom de l’auteur d’une somme de trois volumes sur la NRF, vieille de plus de trente ans mais faisant encore référence.

La plongée dans les grands fonds commençait vraiment et d’autant plus qu’il fallait, pour se procurer l’ouvrage, descendre aux « magasins du premier étage » de la Bibliothèque Universitaire et pour cela utiliser l’ascenseur (mais en descente !). C’est ainsi que pour établir ma bibliographie, j’ai utilisé dans un premier temps le catalogue de la Bibliothèque Universitaire Centrale (Archipel) avec des mots-clés : intellectuels, catholicisme, Troisième République, etc. Ayant des difficultés chroniques avec le numérique, j’ai rapidement abandonné l’idée d’utiliser Zotero. Mal m’en a pris car il semblerait que ce soit une véritable mine d’or.

La Longue Marche du chercheur

J’effectue donc mes recherches bibliographiques à Toulouse, dans la cadre de l’Université, à la Bibliothèque Centrale ou aux Centres de ressources des UFR d’histoire et de lettres. Ma capacité chronique à me disperser m’a d’ailleurs valu des conversations passionnantes avec les bibliothécaires, puits de sciences et de compétences. J’ai eu ensuite des difficultés avec les recherches d’articles, nécessitant des compétences numériques plus pointues et de fait, plus difficiles à effectuer pour moi.

Et puis, il y a eu bien sûr les éternelles « galères » du chercheur : le livre introuvable, ce « Graal » présent en un seul exemplaire et le bibliothécaire injoignable. Pour le Master 1, j’ai eu besoin d’un ouvrage absent des bibliothèques de l’Université, mais disponible dans une autre bibliothèque de Toulouse. Il existait un exemplaire à la bibliothèque du Couvent des Dominicains. Après plusieurs tentatives pour joindre le bibliothécaire du Couvent, j’ai renoncé. En revanche, pour cette année de Master 2, j’ai décidé de demander un prêt entre bibliothèques. C’est peut-être à ce moment que j’ai appris que la principale qualité d’un chercheur n’était pas l’érudition mais la ténacité.

Enrichissement personnel (mais pas celui-là!)

Cette bibliographie s’enrichit au fur et à mesure des consignes de mon directeur de recherche Jacques Cantier, qui oriente la recherche et donne ses instructions. Les dernières indications concernent Charles Péguy, personnage pivot de mon travail et vont me conduire à la Bibliothèque Municipale de Toulouse, celle que les Toulousains appellent « du Périgord ».

La préparation d’une bibliographie est donc une synthèse entre un bagage d’érudition plus ou moins important, des rencontres avec des professionnels (bibliothécaires et enseignants), des déplacements fructueux ou non. Elle constitue un enrichissement pour le chercheur : on ne devient pas le spécialiste de son sujet de recherche tout seul. La recherche bibliographique est une course de fond, avec des temps d’arrêt pour moi : elle a démarré tard, est parfois devenue quotidienne. En ce moment, la Bibliothèque Universitaire est ma résidence secondaire. Et j’ai prévu d’apprendre à utiliser Zotero. C’est promis, je m’y mets, puisqu’il faut accepter de vivre avec son siècle.

Crédit à la une: image libre de droits.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. visiteurnumerox dit :

    Crédit photo : Il s’agit de la bibliothèque du duc d’Aumale à Chantilly ..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.