Histoire d’égo ou égo-histoire ?

United States National Park Service, Wikimédia Commons, CC

La fin du premier semestre est là. C’est le moment d’établir le bilan de ce travail d’introspection sur nos activités et nos interrogations de chercheur en herbe.

Un rituel devenu incontournable

Rendre un billet tous les 15 jours m’avait semblé au départ bien compliqué. Moi qui n’était pas un foudre de guerre dans le domaine numérique, mea culpa mea maxima culpa, je ne pensais pas pouvoir y arriver. Et puis, cela s’est fait. Peu à peu, j’ai appris des techniques, je me suis posé des questions et j’ai même, parfois, trouvé des réponses qui me paraissaient honorables.

Il me semble aujourd’hui que ce travail régulier a été doublement bénéfique. En effet, ces « rendez-vous avec moi-même » m’ont fait progresser dans le domaine technique, celui des outils. J’ai appris l’existence de logiciels dont j’ignorais l’existence et j’ai mis en pratique ceux qui me semblaient les plus adaptés à mon travail et à mes modestes compétences. Mais, ce faisant, je me suis également posé des questions quant au contenu de ma recherche, sur ce que j’allais dire dans mon mémoire. J’ai l’impression ainsi d’avoir non seulement progressé sur la forme mais également sur le fond. Cela m’a en effet obligé à m’interroger au sujet de la pertinence de mes sources, sur la façon d’envisager la bibliographie, sur mon organisation personnelle. Et je dois même avouer que ce qui était à l’origine une contrainte est devenue un plaisir.

L’autre avantage que j’ai vu dans cet exercice est la possibilité de lire les billets de mes « compagnons de doute ». J’ai pu ainsi piocher des idées, trouver des pistes de recherches inédites ou originales. Sans les plagier, ils ont nourri ma réflexion et m’ont permis d’emprunter des chemins auxquels je n’aurais pas forcément pensés. Quand on est enseignant, ce qui est mon cas, on doit lire des travaux d’élèves. Ce qui, il faut bien l’avouer, n’est pas toujours un moment de plaisir… Mais on a sous les yeux uniquement le résultat, qu’il soit bon ou mauvais,  jamais le chemin suivi pour y parvenir. On ignore ainsi le temps passé par l’élève pour réaliser ce travail ou apprendre cette leçon, on ne sait pas non plus quelles ont été les difficultés rencontrées, ou bien quelles ont été les méthodes utilisées etc. Alors qu’avec ces billets, c’est un voile qui se lève sur tous ces mystères. C’est un petit peu l’envers du décor que l’on découvre.

Avant c’était mieux ?

paul_guillemin

Alpiniste, collection Paul Guillemin, 1875, Wikimedia Common, CC

Nous entrons à présent dans la seconde moitié de l’année, celle où nous allons principalement nous consacrer à notre mémoire. Il me semble que ce nous avons fait lors de ce premier semestre est à la fois bénéfique pour notre recherche mais également chronophage. Si je compare avec la formation suivie pendant  mon année de Maîtrise, en 1999-2000, je constate qu’en Master 2 nous sommes beaucoup plus encadrés. Car je me souviens qu’en dehors du mémoire et des séminaires avec notre maître de recherche, nous n’avions eu, en Maîtrise, qu’un seul cours à suivre. Cours qui avait été évalué sous la forme d’un devoir final. Donc beaucoup de liberté et assez peu de contraintes.

J’avais beaucoup aimé cette formule et celle-ci avait donné un résultat jugé « Très satisfaisant » par le jury. Mais il est vrai que j’étais assez âgé – déjà à l’époque … – et que cette liberté pouvait décontenancer les étudiants les moins avertis. D’ailleurs il semble qu’un certain nombre d’entre eux disparaissaient au fur et à mesure que les mois avançaient et ne finissaient donc pas leur formation.

Aujourd’hui, nous sommes très (trop ?) encadrés. Des travaux à remettre régulièrement, des colloques à suivre, des exercices à préparer. Tout cela est très solide mais le mémoire n’en demeure pas moins obligatoire et pèse lourd : les deux-tiers de la note finale dépendent de lui ! L’objectif est certainement de limiter les abandons en cours de route en proposant un cadre plus « protecteur » ou tout du moins rassurant aux étudiants. C’est en tous les cas ce que j’ai entendu quand ce sujet est évoqué par mes camarades de promotion.

Pourtant, il me semble que la formule actuelle n’est pas idéale. Elle est probablement adaptée pour les Masters où les étudiants doivent « s’acquitter » d’un mémoire de modeste importance, comme pour les mathématiques par exemple, ou bien encore les Sciences Physiques. Cela permet de proposer aux étudiants des garde-fous qui les maintiennent dans le « droit » chemin tout en les initiant à la recherche.

Mais nous ne sommes pas, en histoire, dans la même logique. Car dans cette matière, c’est un véritable travail de recherches, et non une initiation, qui nous est demandé. Au final, les mémoires attendus sont conséquents, et l’institution table sur un travail d’environ 150 pages. Or, tout en ayant la chance de ne pas exercer d’activité professionnelle en dehors de mon Master, donc de bénéficier de la totalité de mon temps, je m’aperçois que cet objectif est ambitieux. Pourtant, je suis très organisé, rigoureux et peux m’appuyer sur une expérience de l’enseignement de plus de trente ans ! Et bien, malgré tout cela, je constate que mener à bien le M2 est autrement plus lourd et complexe que cela ne l’avait été pour la maîtrise. Si ces quelques remarques ne sont d’aucune utilité pour les étudiants de la promo actuelle, j’espère qu’elles serviront pour ceux et celles qui nous suivront, qui « entreront dans la carrière  quand nous n’y serons plus ».

Le mémoire de Master 2 vu comme une partie d’échecs

geo_weiss_-_le_jeux_dechecs_1897

Géo Weiss, Le jeu d’échecs, 1897, Wikimédia Common, CC

Le temps est venu d’envisager la rédaction du mémoire. Je vois cela comme une partie d’échecs, jeu que j’apprécie beaucoup et pratique en compétition à un modeste niveau. Je connais la théorie des ouvertures, qui sont pour le mémoire d’histoire les attendus de cet exercice : bibliographie, historiographie, introduction, sources, problématique, plan structuré, conclusion, index. Je peux donc entrer dans ce qu’on appelle le milieu de partie aux échecs.

Je vais respecter les grands principes que sont la proposition d’une introduction proposant une problématique judicieuse, l’exploitation raisonnée des sources, la mise en perspective de mon sujet par rapport aux axes de la recherche actuelle, la réalisation d’un plan équilibré et logique, l’utilisation d’exemples pertinents et variés.

Si tout cela est correctement mené, j’arriverai à ce qu’on appelle, aux échecs, la finale. Ce qui n’est rien d’autre que la conclusion pour le mémoire. Je devrais alors montrer ce que ce sujet nous apprend et ce qu’il apporte à la recherche. Si mon travail est satisfaisant, j’aurai gagné la partie. Si mon travail ne correspond pas aux attentes de cet exercice, ce sera la défaite. Mais il existe une différence de taille avec les échecs. Dans ce sport – car c’est bien un sport –  il ne peut pas y avoir de gagnant s’il n’y a pas de perdant. Ce qui n’est pas la cas avec le mémoire de Master.

En effet, ma réussite, ma « victoire » sera également celle de la personne qui me suit, mon maître de recherches. Le mémoire est donc, dans cette logique, une activité gagnant-gagnant si tout se passe bien. Une sorte de jeu d’échecs qui se joue en équipe avec, à ses côtés, et donc comme partenaire, son responsable de recherches. Mais qui est donc l’adversaire alors ? Ce sont tous les obstacles rencontrés, les difficultés, notre paresse, nos faiblesses. En un mot, dans le mémoire de Master, comme bien souvent dans la  « vraie » vie, l’adversaire est le plus souvent en nous …

Crédits « Image à la une » : Tombe d’Auguste Rodin, Wikimedia Common, CC


Frédéric Lemaire

Enseignant titulaire dans le secondaire depuis 1999, je reprends mes études cette année. Après avoir enseigné dans un certain nombre de pays à l'étranger (Tanzanie, Kenya, Nigeria, Arabie Saoudite, Angola) puis avoir soutenu une maîtrise en 2000 à Jean Jaurès avec Sophie Dulucq, je poursuis avec un M2. Toujours autour de la colonisation en Afrique comme thématique, et toujours avec Sophie Dulucq.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *