À la recherche des sources: les archives

AlMEIDA José Carlos Pires de Almeida. Homosexualismo: a libertinagem no Rio de Janeiro. Rio de Janeiro: Laemmert & C. Editores, 1906.

AlMEIDA José Carlos Pires de Almeida. Homosexualismo: a libertinagem no Rio de Janeiro. Rio de Janeiro: Laemmert & C. Editores, 1906.

Mon projet de recherche consiste à étudier la naissance du personnage homosexuel dans le discours médical de la ville de Salvador, Bahia, Brésil, entre 1890 – 1940, en prenant pour appui un corpus hétérogène d’articles et d’ouvrages médicaux.

Donc, la plupart des sources primaires qui j’utilise sont localisés au Brésil. Heureusement, j’ai digitalisé des sources qui j’ai identifié dans plusieurs visites aux archives à Salvador de Bahia. Ainsi, j’utilise des nombreux sites d’internet des institutions brésiliennes, françaises, canadiennes, etc., pour chercher des sources secondaires.

Les sources numériques

Normalement, pour travailler avec l’histoire du Brésil, je réserve, toujours, quatre heures pour chercher des sources dans les archives digitalisées et disponibles dans les sites web des institutions brésiliennes responsables pour la gestion des archives publiques, comme, par exemple, la Biblioteca Nacional, qui permet la consultation en ligne de plusieurs types des documents : journaux, magasins culturels, politiques, scientifiques, etc.

En rapport aux archives qui ne sont pas digitalisées et disponibles à l’Internet, j’ai fait une digitalisation des sources qui j’ai identifié dans plusieurs visites. Il y aussi l’alternative de demander la digitalisation pour les documents que ne sont pas disponibles à l’Internet. La Faculdade de Medicina da Bahia, par exemple, a un service qui permet de demander par mail la photocopie digitale des certains documents, comme les thèses de conclusion du cours de Médecine.

Print screen de Gallica, livre: MOLL Albert. Les perversions de l'instinct génital : étude sur l'inversion sexuelle basée sur des documents officiels. Paris: G. Carré, 1893. Tous droits réservés

Print screen de Gallica, livre: MOLL Albert. Les perversions de l’instinct génital : étude sur l’inversion sexuelle basée sur des documents officiels. Paris: G. Carré, 1893. Tous droits réservés

Pour travailler avec le discours raciste et racialiste et de « l’inversion sexuelle », principalement les discours des scientifiques français qui avaient beaucoup d’influence au Brésil, j’utilise le site Gallica de la Bibliothèque National de France, le site Classiques des Sciences Sociales de l’Université de Québec à Chicoutimi, le site Internet Archive, etc. Sont des sites très utiles pour consulter les livres anciens et rares du XIX siècle et des premières décennies du siècle XX.

Les sources identifiées 

En rapport à mes sources, en 2005, après la licence en Histoire à l’Universidade Federal da Bahia, dans une de mes visites aux archives du Instituto Médico Legal Nina Rodrigues, en Salvador, Bahia , Brésil, j’ai trouvé le livre « L’inversion sexuelle féminine » du médecin Estacio de Lima, publiée en 1932. Dans cet ouvrage, Lima a présenté une recherche empirique, entre 1929 et 1931, avec une couple lesbienne, où le désir entre les personnes du même sexe est interprété comme une pathologie. Plus tard, j’ai trouvé « l’Inversion sexuelle masculine », publiée en 1934, du même autour, qui avait comme sujet les recherches empiriques avec des hommes identifiés comme des « invertis ». En cherchant dans les archives de la Faculté de Médecine de Bahia, j’ai identifié des articles et des thèses de conclusion du cours de médecine sur le même sujet.

Les possibilités des sources 

Ce corpus des sources, m’a permis de poser des questions et d’analyser des différentes stratégies adoptées pour expliquer, produire et, au même temps, régulier, contrôler et normaliser la «  sexualité ». Malheureusement, elles sont limitées et ne permettent pas de comprendre les identités, pratiques et sociabilités de tous ceux qui ont été identifiés comme des «  invertis », «  homosexuels », «  androfilistas », «  mis sexuais », etc., par le discours médical. Pour ça, c’est ne pas possible, par exemple, d’utiliser ses sources pour faire une histoire sociale de l’homosexualité ou de savoir ce qu’ils pensaient de leurs identités.

 


Fábio Teixeira de Queiroz

Je suis historien diplômé par l'Universidade Federal da Bahia (Salvador, Bahia, Brasil), avec un Master sur les Études des Amériques par l'Universidad Autónoma de Madrid et l'Université Toulouse Jean Jaurès, mention Sociétés et Cultures. Aujourd'hui suis inscrit dans le Master II Histoire , Civilisations et Patrimoine, 2016-2017.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.