4000 pages d’archives pour 200 pages de texte : la construction d’une analyse

Étape 1 : acquise ; étape 2 : souhaitée
Source : cdavidts.blogspot.com

Dans mon billet consacré aux archives, j’avais précisé que la grande majorité de mes sources se trouvait à Marseille, dans les archives privées d’un ancien militant des Groupes de libération homosexuels.

La distance entre Toulouse et la cité phocéenne étant conséquente et moi même n’étant jamais sur place plus de quelques jours, je n’avais comme seule solution que de numériser un maximum des documents pour ma recherche.

Trier, ranger, classer

Me voilà donc en possession de plusieurs centaines de clichés qu’il va falloir trier, ranger, classer et ensuite analyser. Fait nouveau cette année, grâce peut être à la complicité naissante avec Christian (mon archiviste marseillais), j’ai pu prendre avec moi (en tant que prêt bien évidemment) tous les numéros du journal Homophonie, source principale de ma recherche. 55 numéros, d’une soixantaine de pages chacun : ça aurait été un calvaire de devoir tout numériser d’un coup.

Au-delà donc du journal, j’ai pu avoir accès à des comptes-rendus de réunion, des tracts, des ébauches de textes, des correspondances etc. Le premier travail a donc été de classer tous ces documents. En fonction de leur date, de la ville qui les a produit et bien sûr du type de document (journal, note interne au mouvement…).

Dans un deuxième temps vient un travail qui s’avère être un peu plus complexe : décider le degré d’importance de chaque archive. Parce que lors de la numérisation de toutes ces sources, avec le temps qui m’était imparti, il n’était pas possible de tout lire et de trancher entre ce qui valait vraiment le coup et ce qui était, peut être, de moindre importance. Il fallait faire des choix et ceux-ci ne sont pas toujours simples à faire : comment décider au préalable, sans véritablement savoir dans quelle direction ma recherche va me mener, ce qu’il faut absolument garder ? L’idée derrière tout ce tri, c’est d’imprimer les documents que je pense savoir d’avance utiles pour ma recherche. Peut-être que d’autres y arrivent, mais en ce qui me concerne, je suis incapable de lire sur l’écran, à devoir zoomer, devoir constamment revenir en arrière et finalement me perdre dans cette masse d’information. Je préfère largement avoir mes sources sur papier, palpables et faciles à consulter. Ce qui est un luxe je crois, au dire de mes camarades, qui en allant aux archives municipales ou départementales, n’ont le droit d’avoir avec eux qu’un simple carnet et un crayon…

Le plus long reste à faire

J’ai donc à présent mes archives imprimées d’un côté, les numéros du journaux – format original – de l’autre. Il n’y a plus qu’à analyser tout cela. Je n’ai jamais véritablement senti le besoin d’être accompagné par un logiciel quelconque pour cette étape. Peut-être qu’en réalité je n’ai jamais compris le sens et l’intérêt que ce genre d’outil pourrait avoir. En soit, peut-être qu’une base de donnée aurait pu être utile. Mais au vu de l’avancement de mes travaux et du temps que (je suppose) cela requiert pour qu’elle soit effective, j’aurais pris bien trop de retard. Ma méthode est donc bien plus basique, mais je crois que pour le moment, elle me correspond.

Mon bureau après trois mois "d'analyse"... Source : pix-geek.com

Mon bureau après trois mois « d’analyse »…
Source : pix-geek.com

Ce sont donc trois fichiers qui sont ouverts en permanence sur mon ordinateur. Le premier, sobrement intitulé analyse des sources (en réalité il y en a plusieurs ; en fonction des sources). Le second a hérité du nom de « réflexion pour le mémoire » et enfin le troisième : « notes de lectures ». Dans le premier, je prends des notes, des citations tirées des sources que j’étudie. Quand un écrit est particulièrement long, j’essaie de le résumer, de garder l’essentiel pour peut-être plus tard m’y référer si le besoin s’en fait sentir. Parfois, en gras, des précisions autour du contexte, ou de comment « cet article est super super important, ça te fait toute une sous partie !!!! » et qu’il faut absolument que j’y revienne.

Régulièrement je bascule sur le fichier concentrant mes notes de lectures et qui contextualisent, théorisent ce que les faits bruts m’enseignent. Et entre ces deux documents, sur le fichier « réflexion sur le mémoire », j’essaie de construire une pensée, de prendre un peu de hauteur par rapport à ce que d’un côté me disent les sources et de l’autre les auteur.e.s qui ont déjà réfléchi à ce sujet. C’est ce qui, avec le temps, devient le cœur de mon analyse.

À partir de là, quand ce travail sera achevé (car bien évidement, malgré le temps qui passe, il ne l’est pas encore) viendra la partie la plus complexe. Lire et relire ces notes, ces citations, ces constructions théorique. Réussir à dégager des thématiques, des axes forts et chercher à problématiser tout cela pour ne pas rester dans une simple lecture chronologique des faits. Et si je repense à l’an dernier, lors de l’élaboration de mon mémoire de Master 1, le plan du mémoire va se construire au fur et à mesure – dire presque tout seul serait tout de même une grosse exagération. Quand ce plan sera achevé, il ne restera

En mode écriture Source : giphy.com

En mode écriture
Source : giphy.com

donc qu’à intégrer toute cette masse d’information aux probables vingt-sept sous parties que comportera le mémoire (dissertation d’histoire quand tu nous tiens…). Arrivé là, il ne restera plus qu’une seule option, celle de l’écriture…

 

Crédits image à la une : hexagonegay.com


Mathias Quéré

En 2016, étudiant en Master 2 d’Histoire Moderne et Contemporaine à l’Université de Toulouse le Mirail (Toulouse Jean-Jaurès pour la novelangue). Je travaille sous la direction de Sylvie Chaperon sur les groupes homosexuels militants dans les années 1970 et 1980 et plus précisément sur le Comité urgence anti-répression homosexuel (CUARH) entre 1979 et 1985.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *