Un Midi gaulliste (1947-1958) ?

Affiche du P.C.F. réalisée par André Fougeron pour les élections législatives du 17 juin 1951

Affiche du P.C.F. réalisée par André Fougeron pour les élections législatives du 17 juin 1951

La présence d’une poignée de militants gaullistes dans le Midi sous la IVe République laisserait à penser qu’il n’y aurait aucun intérêt à étudier pareil sujet. Pourtant, il existe une multitude de sources permettant d’affirmer qu’il en va tout autrement. 

Les événements du 13 mai 1958 et l’instauration de la Ve République, mais plus encore la démission du président de Gaulle en 1969 et son décès, ont suscité l’intérêt de la communauté scientifique pour le gaullisme, les gaullistes et les mouvements dits gaullistes (R.P.F., Républicains Sociaux, UNR etc.). De nombreux travaux  ont été publiés sur ces sujets.

Cependant, malgré les études prolifiques de certains historiens et politistes (Bernard Lachaise, François Audigier, Serge Berstein), il n’existe aucune analyse du Midi gaulliste d’avant mai 1958 ou le parachutage d’Alexandre Sanguinetti.

C’est pourquoi j’aimerais combler cette lacune en étudiant le gaullisme dans ce que nous appelons aisément « la région toulousaine », en répondant à une série de questions : qui étaient les « gaullistes toulousains » ? Possèdent-ils des caractéristiques très variées ? Quelles relations entretiennent-ils avec la population et les autres partis ? Enfin, pourquoi retenons-nous volontiers l’image d’un gaullisme inexistant dans une région à tendance radicale ?

Antigaullisme ou échec militant ?

La faible présence du gaullisme en région toulousaine pousse l’historien à s’interroger sur cet échec apparent et mérite que l’on s’y penche de plus près. Des explications furent bien données pour expliquer ce constat dans plusieurs régions de France, mais pas pour le Midi. Pourtant, il serait intéressant de voir à quoi est du cet échec « toulousain » : rejet de la population ? Confrontations trop difficiles à gérer avec les autres partis (notamment le P.C.F.) ? Luttes intestines au sein du R.P.F. puis des Républicains Sociaux ? Manque de budget ? Actions insuffisantes des militants ? Ou encore toute ou partie des raisons citées ?

Pourquoi le Midi toulousain ?

Le R.P.F. fut formé en avril 1947 en réaction à la naissance de la IVe République, avant d’être mis en sommeil en 1955. L’historiographie abonde d’études sur le R.P.F. dans l’Est, la Bretagne, Paris et sa banlieue ou encore l’Aquitaine. Mais elle possède un vide flagrant pour le Midi sous cette période. Or, il est indéniable que le gaullisme a connu d’incessantes fluctuations dans cette région : après des débuts prometteurs, le gaullisme tombe rapidement dans l’oubli, avant de connaître un grand essor suite au 13 mai 1958.

Un renouvellement des sources ?

Affiche du R.P.F. pour les élections législatives de 1951

Affiche du R.P.F. pour les élections législatives de 1951

Outre les archives du R.P.F. et des Républicains Sociaux contenues à la Fondation Charles de Gaulle, l’historien dispose de nombreux outils pour écrire l’histoire du gaullisme.

La presse et les témoignages (écrits comme oraux) sont les plus communs, mais la communicabilité récente des archives juridiques et policières offre des éléments inédits pour le chercheur. Les archives communistes et municipales apportent également des données non négligeables sur les activités politiques et les militantes gaullistes.

Ces nouvelles sources permettent ainsi de regarder le « gaullisme toulousain » d’un nouvel œil. Dans cette perspective de recherche, l’implantation du gaullisme dans une région hostile devient représentative des difficultés qu’il a pu rencontrer en France. Elle révèle que, loin de ne pas être parvenu à s’installer durablement, le gaullisme a surtout été incapable de s’organiser correctement dans le Midi, succombant aussi bien aux attaques de ses adversaires, qu’aux dissensions qui frappèrent ses membres.

 


Muller Bryan

Bryan Muller effectue un master d'Histoire Contemporaine à l'université Toulouse Jean Jaurès. Préparant un mémoire sur l'implantation du gaullisme dans le Midi toulousain et ses confrontations avec les différents partis et mouvements politiques présents sur place durant la IVe République, il réalise en parallèle une licence de géographie

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *