Traiter des sources lointaines

Schéma de l'usine de traitement de café. Archives privées. Archives de l'UCL. Tous droits réservés

Schéma de l’usine de traitement de café. Archives privées. Archives de l’UCL. Tous droits réservés

Mes archives sont constituées essentiellement de documents papier et de photos argentiques de tailles diverses, datant des années 1910 à 1960. Elles sont une partie de mes sources. Une autre partie des consiste en entretiens avec des personnes de la famille Delmotte ou proches de celle-ci qui ont connu l’entreprise Plantations du Congo oriental. Ils ne sont pas enregistrés mais donnent lieu à une prise de notes en fichiers texte.

Je ne peux pas utiliser les sources sur place car leur volume est trop important. Il ne m’est pas possible de lire le contenu des archives pour le peu de temps que je peux y passer. Comme les sources ou les centres d’archives sont loin, à Bruxelles ou à Louvain-La-Neuve, il n’y a pas d’autre solution que de les scanner ou de les photographier.

Employer de bons outils

Lorsque je me rends dans un centre d’archives, j’effectue des scans de documents papier que j’archive en PDF en utilisant un scanner à plat ou une barre portable. Je prends aussi des photos de certains documents. Les photos argentiques datant des années 1910 à 1963 sont, elles aussi, scannées. Une partie des photos a été saisie par une personne extérieure en 2011 et stockée dans des fichiers Word : il a été nécessaire de les récupérer dans un format utilisable. Pour traiter l’ensemble des photos, les utiliser ou en retravailler des parties, j’emploie le logiciel en open source Gimp, l’équivalent en libre accès de Photoshop. Gimp me permet aussi de récupérer une seule page d’un courrier, par exemple, sur un fichier PDF qui peut comporter jusqu’à vingt feuillets. Il permet aussi d’exporter des images au format .png qui est utile pour l’utilisation dans des supports divers. Parfois j’utilise aussi la suite OpenOffice et le format d’image Draw pour récupérer des images en apparence inexploitables. OpenOffice Draw permet aussi un export en .png.

Ituri, femme cultivant du maIs, Photo Deheyn, Crédits à la une, Bulletin agricole du Congo belge, 1933,

Ituri, femme cultivant du maIs, Photo Deheyn, Crédits à la une, Bulletin agricole du Congo belge, 1933,

Le traitement des fichiers pose des problèmes dans la mesure où ils sont de différentes natures. Ils consistent en formats PDF (scanner) ou JPEG (les photos). Ce sont parfois des formats Gif si ce sont des documents disponibles sur Internet. Pour pouvoir être archivés, certains fichiers rapportés des archives doivent être convertis de Gif en Jpeg ou en PDF pour pouvoir être lus correctement ou bien récupérés dans le mémoire final. Ils peuvent aussi être utilisés sur des supports de présentation lors de colloques ou la publication d’un blog.

Écriture

Pour écrire, je traite les fiches thématiques que j’ai établies en dépouillant les archives et je recoupe celles-ci avec des notes et des références bibliographiques. J’écris ensuite d’un seul jet des parties de chapitres, lorsque je suis en vacances. J’ai besoin d’avoir plusieurs jours devant moi pour réunir la documentation accumulée durant les semaines courantes dévolues au travail et en tirer les éléments nécessaires à l’écriture. Le fait de travailler à temps plein et d’avoir une vue morcelée de mon objet d’étude ne facilite pas mon travail. Parfois mon écriture s’en ressent : elle peut manquer d’homogénéité…


delmotte

Doctorat en sciences de l’information et de la communication 2007
Expert en métadonnées
Édition numérique en sciences humaines et sociales
Histoire moderne et contemporaine
née au Congo Belge

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *