Quid de mes Cantalous ?

Bien parée pour analyser, CF, tous droits réservés

Bien parée pour analyser, Cyrielle Forses, tous droits réservés

Lire et dépouiller, dépouiller et lire. Tels sont les deux exercices quotidiens de l’historien et indubitablement du chercher en herbe. Mais pour « faire de l’histoire », ce n’est pas suffisant. Lire et dépouiller, dépouiller et lire, d’accord, mais lire, dépouiller et analyser, c’est mieux. 

La distance critique est consubstantielle à la pratique historienne. Elle m’a été d’autant plus nécessaire du fait que mes recherches portent sur mon département natal et peuvent donc orienter mon propos, que l’historiographie cantalienne est lacunaire et que les acteurs que j’étudie, les gens ordinaires, ont, pour la très grande majorité, laissé de manière détournée des traces de vie.

Consultation sur place s’il-vous-plaît

Comme je l’ai indiqué dans mes billets précédents, ce que je préfère dans la recherche, c’est me rendre aux Archives départementales, à Aurillac, car c’est l’antre dans laquelle les fragments du passé nous parviennent. La seconde fois que j’y suis allée l’année dernière – la première ayant servi à la lecture et au repérage dans les inventaires – j’ai pris toute une salve de photographies dans l’intention de gagner du temps et de les étudier dans le détail chez moi. Or, une fois les photos installées sur mon ordinateur, j’ai connu ma première désillusion : zoomer rendait les vieux papiers illisibles et abîmait mes yeux.

C’est ainsi que depuis, je dépouille et, surtout, commence l’analyse des dossiers judiciaires directement sur place : traitement, interrogations, critiques, bref premières impressions. Je vais beaucoup moins vite, certes, et le fait d’avoir des séjours cantaliens limités rajoute un peu plus de pression. Néanmoins, j’en retire aussi bon nombre d’avantages : les archives constituent un endroit propice au travail, je peux m’adresser au personnel en cas de problème de paléographie, je peux consulter les dictionnaires qui m’éclairent sur des mots et expressions du patois que je suis susceptible de rencontrer au fil des témoignages et enfin je range directement les informations et remarques dans mon tableau typologique des résistances et des acteurs. D’autre part, je dois avouer que je ne boude pas mon plaisir d’être en contact direct avec le parchemin, ainsi que son odeur, aspect sensoriel qui continue de me frapper.

Excel and Co, très peu pour moi

J’utilise le fameux Excel pour réaliser de petites bases de données, mais je réalise les graphiques sur Word, qui me semble plus facile d’accès, et que je peux directement insérer au sein de mon propos. Pour ce qui est de Zotero, la mauvaise élève que je suis doit avouer qu’elle ne l’utilise pas : je range mes titres d’ouvrages moi-même, sur un document Word, au fil de mes lectures et je tape mes fiches de lecture sur OpenOffice. Pour ce qui est des cartes cantaliennes des principaux foyers villageois de résistances, je n’utilise pas un logiciel de cartographie mais de traitement d’image, Photofiltre, l’intérêt étant non pas de réaliser des cartes très élaborées mais des croquis simples et efficaces visuellement.

Finalement, j’utilise peu les logiciels car mon étude des résistances villageoises à la Révolution relèvent très peu d’une approche quantitative. L’utilisation des dictionnaires et des concepts développés par les auteurs est plus nécessaire que celle des outils numériques puisque je privilégie une approche par les mots, expressions et manifestations langagières à celle des chiffres et des données.

Ecrire pour critiquer

L’analyse la plus profonde et la plus révélatrice des sources ne prend de sens qu’au moment de la rédaction. En effet, cette dernière consiste en une confrontation de la bibliographie avec le contenu des archives étudiées. C’est précisément en ce moment si solennel que se posent les principales difficultés : parfois la bibliographie est abondante alors que les sources sont lacunaires, ou alors les archives sont expansives là où les ouvrages se taisent. C’est une angoisse qui reste tout au long de l’année : si l’une ou l’autre vient à manquer, alors comment construire un propos historique valable, bien argumenté et convaincant ? Toutefois, c’est aussi le propre de la recherche d’accepter que les connaissances ne sont pas immuables et figées.

Encore une fois, c’est la vieille école du papier qui prime : je sélectionne une sous-partie de mon plan et je la rédige d’une traite, à la virgule près, en alliant thèses d’historiens et informations véhiculées par les sources. Puis, à même le papier, j’effectue des corrections : j’efface, j’ajoute, je remplace. Ce n’est qu’une fois satisfaite de mon paragraphe que je décide de le taper.

Skeptical Rachel, Warner Bros Pictures, tous droits réservés

Skeptical Rachel, Warner Bros Pictures, tous droits réservés

La règle élémentaire de la recherche est d’interroger et de critiquer ce que le passé nous donne à voir. Or, à ma très modeste échelle de chercheuse débutante, j’ai peur de livrer des interprétations fallacieuses, exacerbées et manichéennes, et c’est un écueil d’autant plus facile à emprunter vis-à-vis des classes populaires qui ont laissé peu de sources. Il est bien dommage, comme l’a écrit Carlo Ginzburg, que les historiens ne puissent pas dialoguer avec les paysans de l’Époque moderne, sous couvert d’ailleurs qu’ils les comprennent, et doivent se contenter d’archives indirectes. C’est pour cela que je fais preuve de beaucoup de nuances et que je me cache un peu trop derrière l’autorité des grands : je présente donc les résistants comme des petites gens expérimentant la politisation tout en restant extrêmement pragmatiques, bien loin du cliché d’arriérés qu’on a souvent véhiculé. Après tout, la dernière chose que je souhaite, c’est bien de trahir mes Cantalous.

Credits Image à la une : Too many books, labibliothequedesev.com, tous droits réservés.


Cyrielle Forses

Cyrielle Forses, étudiante en Master 2 Histoire moderne sous la direction de Valérie Sottocasa. L’objet de mon étude porte sur les résistances à la Révolution dans le Cantal à travers les prismes langagier et gestuel avec comme bornes chronologiques 1791-1799

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *