Docteur Marat ou comment j’ai appris à ne plus m’en faire et à aimer mon désordre

L'Ami du peuple de Marat, Wikimedia Commons

L’Ami du peuple de Marat, Wikimedia Commons

Encore empêtrée dans le lent dépouillement de l’Ami du Peuple, je commence à m’inquiéter pour les Révolutions de Brabant. Essayant de ficher le plus rapidement possible, cela fait longtemps, je l’avoue, que je n’ai pas analysé les données que j’ai relevées : comme pour les Révolutions de Paris, je compte le faire une fois tous les numéros prévus passés au crible. 

Mon travail de dépouillement consiste à faire la synthèse de chaque numéro, en insistant sur ceux où apparaissent La Fayette, recopiant les passages le concernant et surtout les dénominations et les reproches dont il hérite, afin de plus tard dénombrer et classer ces références, et de disposer de citations. C’est donc un travail long, surtout pour l’Ami du Peuple qui est un quotidien, contrairement aux deux autres, et qui part en guerre contre le général dès l’été 1790. Je télécharge parfois sur Gallica les numéros que je trouve les plus intéressants pour mon sujet. Toutefois, tout en fichant, j’utilise un tableau Excel afin d’établir  des données quantitatives, comme le nombre d’exemplaires sur l’échantillon où la Fayette se trouve mentionné, les dates où les références négatives commencent à se multiplier, les périodes où le personnage est le plus fréquemment évoqué.

Tableaux et improvisation

Crieur de journaux, Claude-Louis Desrais dans « Les petits métiers de Paris », BnF

A vrai dire, je n’utilise pas vraiment d’autres logiciels que Microsoft Word, par peur de ne pas savoir m’en servir et de perdre encore plus de temps. Après avoir fini Les Révolutions de Paris, j’ai fait à la main un tableau décomptant et classant les références par catégories : par type de reproches (contre-révolution, volonté de dictature militaire, etc.), surnoms (« le héros des deux mondes », « le sieur Motier »), champ lexical d’un vice (hypocrisie, vanité, incompétence), comparaisons avec des personnages de l’Antiquité, images utilisées, etc. Pour les compter sur mes fiches, j’ai utilisé le code Ctrl+f, en vérifiant toutefois à la main si le décompte obtenu était exact. J’ai dressé aussi une chronologie des événements entre juillet 1789 et juillet 1791, mettant en parallèle les actions de la Fayette et les réaction des journalistes concernés.

Même si je suis loin d’y être, la rédaction a depuis longtemps pour moi pris l’apparence d’une corvée. Pour essayer de me faciliter l’exercice, je mets au point un plan le plus détaillé possible, puis me met à la rédaction, développant les réflexions notées dans le plan chacune à leur tour. Mais je suis extrêmement lente à la tâche : c’est pourquoi il faudrait finir au plus vite ce dépouillement qui n’en finit pas.

 

Crédits image à la une : Calvin et Hobbes, Bill Watterson, tous droits réservés.


Claire Roulot

Après avoir passé un Bac L, fait trois années de prépa Ecole des Chartes au lycée de Fermat à Toulouse. Admissible après avoir tenté une seconde fois le concours en mai 2015, s'en sort vivante mais pas prise. Fait un Master 1 en Histoire moderne à l'université Jean Jaurès, et n'a pas de certitudes sur ce qu'elle veut faire de sa vie, à part se consacrer à son obsession pour la Révolution française. Essaie de faire un mémoire intéressant sur la correspondance entre deux illustres inconnus, Jean-Louis Garac, étudiant d'origine gersoise en médecine présent à Paris entre 1788 et 1790, et son père, également médecin, également gersois et également prénommé Jean. La correspondance en question étant trop courte pour soutenir un mémoire de Master 2, elle passe à la presse, avec un sujet sur la réception de La Fayette dans la presse radicale entre 1789 et 1791.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Claire Roulot, Docteur Marat ou comment j’ai appris à ne plus m’en faire et à aimer mon désordre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *