La revue d’un collectif : la Linha Imaginòt

Les deux boites d'archives contenant la collection complète de la revue - Photographie prise au Cirdoc à Béziers par Lisa R.

Les deux boites d’archives contenant la collection complète de la revue – Photographie prise au Cirdoc à Béziers par Lisa R.

La Linha Imaginòt est avant tout un collectif d’occitans militants très actifs tout au long des années 90. Mais la force de ce mouvement fut de s’organiser pour relayer, rendre compte et organiser leurs actions ainsi que leur ligne idéologique et leurs réflexions théoriques dans une revue publiée de façon trimestrielle.

Une cinquante de numéros incarnant la trace manuscrite et officielle que je croiserai ensuite avec des entretiens menés auprès des protagonistes pour obtenir la part humaine, sonore et personnelle de ce moment d’histoire occitane.

La parole des acteurs : textes et voix

Je farfouillais dans tous les lieux d’archives de Toulouse à la recherche d’un passé occitan récent, sans savoir réellement ce que j’aimerai y trouver… J’empruntais sans grande conviction quelques ouvrages spécialisés sur les manifestions de la culture occitane. Et c’est là, nichée dans une note de bas de page d’un livre colossal, que je trouve une référence inattendue : une revue a priori, au titre curieux et intriguant, de laquelle ne ressortait aucune analyse mais de simples citations illustrant le développement de l’auteure.

Mon attention toute entière à cette Lihna Imaginot, je me suis lançais à sa recherche. Il m’a fallu quelques mails et déplacements sans résultat pour mettre finalement la main dessus. Je mesure ma chance car la collection est disponible et complète dans deux lieux d’archives officiels : la Bibliothèque d’Etudes et du Patrimoine, rue du Périgord à Toulouse, et au Cirdoc à Béziers. Une localisation idéale par sa proximité et son accessibilité double. En effet, en période scolaire, la BEP devient ma résidence secondaire puisque située en centre ville, j’ai tout loisir de m’y rendre en dehors de mes horaires de cours directement depuis mon appartement, très rapidement.

Le Cirdoc me donne quant à lui le privilège immense de travailler sur mes sources le week-end et pendant les vacances puisqu’il se trouve dans la ville à quelques kilomètres du village de mes parents. Mais ce n’est pas tout, car un contact essentiel m’a ouvert les portes d’un lieu insoupçonné : le Carrefour culturel du quartier Arnaud Bernard. Pour être claire, Claude Sicre, à l’initiative de la revue et âme du collectif, m’a guidé vers ce centre culturel de la vie toulousaine populaire, qui n’est autre que son fief, et c’est donc tout naturellement que trône sur les étagères tous les numéros de la revue que je convoitais si fort. Et le plus incroyable, c’est qu’une fois le courant établi entre moi et le responsable du local, j’ai obtenu le droit d’emporter à chacune de mes venues quelques exemplaires pour les lire et les travailler depuis chez moi. Quelle veine !

Pour dynamiser ce travail, et pour poursuivre le chemin tracé l’année dernière, il m’a semblé essentiel de rencontrer les créateurs de ce mouvement occitan, pour comprendre leurs motivations, découvrir leurs personnalités, leurs passions et saisir leurs liens avec la sensibilité occitane et le rôle qu’ils voulaient tenir. Malgré une certaine familiarité avec l’exercice (9 entretiens l’année passée,) la tâche n’est pas aisée. Il faut dans un premier temps les identifier, parvenir à les joindre, ensuite les convaincre de me rencontrer, rendre l’échange pertinent, puis retranscrire les entretiens, pour enfin les imprimer et ainsi en faire une source classique et un matériel d’analyse historique plus lisible et efficacement décortiquable.

Mon rendez-vous le plus important est déjà planifié, avec Claude Sicre, membre du groupe musical Fabulous Troubadors, penseur et écrivain occitan, grand militant, qui a œuvré toute sa vie à ce que l’occitanité se transmette notamment par la création de la Linha Imaginòt entre autres projets collectifs.

Un traitement des sources encore nébuleux …

dessin, n°1 - 1990

dessin, n°1 – 1990

Dans un dépouillement encore grossier, c’est dans un carnet ou sur des feuilles volantes que je note les idées qui me viennent à la découverte et à la première lecture des documents. Ainsi, les réflexions spontanées ne se perdent pas et certaines intuitions pourront être ensuite infirmées ou au contraire approfondies. Maintenant que j’ai une connaissance plus fine du contenu de la revue, que l’échantillon dépouillé est conséquent, j’ai un début de vue d’ensemble qui me permet de prendre de la hauteur pour commencer à identifier des grands thèmes et d’occurrences plus ou moins flagrantes. Au fur et à mesure, une grille de lecture s’esquisse, je créé des fiches par thèmes, sorte de tableau à entrées, avec des informations constantes, la prochaine étape : une base de données informatique peut-être …

De nombreuses photographies illustrent la revue, leur emplacement (rubrique particulière, Une, etc.), les personnes représentées (noyau du collectif ), le lieu de la prise (évènement précis, date…), le choix de la légende, forment autant d’éléments qui en disent beaucoup sur les positions, et les idées véhiculées par la Linha et qu’il est plus que pertinent de soumettre à l’analyse.

Sur le plan idéologique, les pistes sont nombreuses, j’ai déjà commencé à répertorier toutes les occurrences relatives à Félix Castan, grand théoricien occitaniste des années 1950 jusqu’à son décès en 2001, qui était le maître à penser de Claude Sicre et du collectif en général. Dans la revue, nombreuses sont les citations et références à son travail, tout comme des participations et rédactions issues directement de sa plume, des rubriques lui sont consacrées pour des occasions particulières, il était et reste encore le personnage central, moteur de diffusion des aspirations du groupe – la voix et le visage d’une branche occitane tournée vers l’action.

Et dans la Linha les actions ne manquent pas, tout un pan de mon travail pourra être dédié à la musique. En effet, la revue rend compte de beaucoup de démarches artistiques, de la création aux représentations, elles seront à analyser au prisme de plusieurs questions : qui ? quand ? où ? sous quelle forme ? dans quel but ? pour quel résultat ? Autant d’interrogations qui devraient mettre en exergue un type de fonctionnements, ainsi que les principaux acteurs et les choix de tactiques, tout comme la répercussion de leurs positions.

Toute une étude est à mener sur bien d’autres aspects, comme la figure de Robert Lafont présentée en grand rival de Castan (il est d’ailleurs mangé à toutes les sauces…). Il y aura aussi tout un vocabulaire spécifique, fait de néologismes, à comprendre et analyser, des nombreux compte-rendus de lectures critiques, intelligents et riches, des quels j’aurais beaucoup à puiser, et encore d’autres facettes que je n’ai pas encore mises au jour.

 

Crédit Image à la Une : Lisa R. (Dessin en 4ème de couverture du 1er numéro)


Lisa RIBO

Je suis étudiante en 2ème année de Master Histoire Contemporaine, sous la direction de M. Vayssière. Mon travail porte sur une aire géographique, culturelle et politique constamment rappelée sur le devant de la scène : l'Occitanie. A Toulouse cette sensibilité est prégnante, elle l'était plus encore entre 1970 et 1990, visible dans la sphère publique, et sensible dans l'intimité. Une affection que nos recherches tentent de mettre en lumière.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Lisa Ribo, La revue d’un collectif : la Linha Imaginòt […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *