Entre paresse et surmenage : du M1 au M2

CC Flickr

CC Flickr

Les études supérieures connaissent différents moments-clés, moments où des changements plus ou moins brutaux se produisent pour l’étudiant.

Personnellement, trois virages se sont dessinés durant de ma scolarité. Le premier a eu lieu au début de ma L2 bidisciplinaire. Après une année de doute, l’université répondait enfin à mes attentes, je prenais mes marques, les cours étaient plus intéressants et moins généralistes. Le second se produisit lors de mon M1, le changement de classe, mais surtout de rythme fut extrêmement étonnant. Ce fut la première année où, pendant un temps, j’ai eu l’impression de ne rien apprendre de concret. Heureusement, le réseau de master ARPÈGE était là pour y pallier. Cependant, ce rythme de recherche ne me convenait guère, c’est pour cette raison que j’ai décidé d’avoir un emploi étudiant permanent en tant que surveillant.

Une vie d’artiste

Lors du M1, mes horaires de travail et de recherche n’étaient pas fixes, loin de là. En début d’année, le travail était assez régulier, puis, au fur et à mesure, cette régularité s’est transformée et je suis devenu moins productif. Pendant un temps, j’accordais plus d’importance à mes cours qu’à mes recherches, puis c’était l’inverse, mais il m’était impossible de m’impliquer de la même manière dans chacune de ces tâches pourtant complémentaires. J’ai rapidement fait le choix des cours, il me fallait réussir le mieux possible les partiels pour être plus serein. Je passais ainsi  beaucoup de temps sur les devoirs à rendre, ce que je ne regrette pas parce qu’une fois ce travail effectué, il était mobilisé pour mes recherches et pour mon mémoire.
Le travail de dernière minute est récurrent chez moi (comme vous pouvez le remarquer). Une sorte d’adrénaline me permet d’arriver à terminer dans les temps. Par exemple, l’an passé, en l’espace de deux semaines, j’ai réalisé 4 entretiens différents (je précise que cela n’était pas un choix).

La recherche, un mode de vie

unnamed

Crédit photo, tous droits réservé à Tristan Valery

Personnellement, la principale difficulté lorsqu’on fait de la recherche n’est pas de se mettre à son bureau ou d’aller dans une bibliothèque pour travailler, non, cela est même plutôt simple. Le plus compliqué, c’est d’être productif, patient et pertinent. Seul problème : être pertinent pendant 7 heures d’affilée ça m’est impossible. Quand on passe une journée devant un ordinateur, quand travaille-t-on réellement ? Souvent, on s’éparpille ! Il m’arrive de penser longuement à la manière dont je vais pouvoir récompenser cette journée à la bibliothèque : si je travaille correctement pendant 30 minutes, je m’octroie rapidement une pose café/clope ou je vais sur les réseaux sociaux lire les actualités, bref, je m’éparpille, et cela même en étant seul. Il m’est donc impossible de travailler en groupe.

Généralement, mon travail est plus fructueux à la bibliothèque. Pour bien travailler, j’ai besoin de rapidement mettre en place des habitudes : arriver à la même heure, m’asseoir à la même place, prendre les pauses aux mêmes moments, etc. C’est dans ces moments-là que mon travail avance le plus. Comme j’ai pu l’évoquer précédemment, mes recherches sont réalisées à partir d’un questionnaire qui se compose de trois feuilles, ainsi que de plusieurs dictaphones différents pour être sûr de ne pas perdre l’entretien. Mon travail de rédaction s’effectue ensuite sur mon ordinateur.

J’ai eu tendance à parler de mon sujet à qui souhaitait l’attendre. En raison de son questionnement ancré dans le contexte actuel, il intrigue et attise la curiosité des non-historiens, ce qui est très stimulant. Cette année, j’ai appris à m’en détacher pour prendre plus de recul, et surtout souffler pour qu’il ne devienne pas une obsession. C’est pour cette raison que je ne me suis jamais servi des réseaux sociaux pour promouvoir mon sujet : les réseaux sociaux sont utilisés uniquement à des fins récréatives car je veux que mon sujet empiète le moins possible sur ma vie personnelle.

Pour pallier ce mode de travail qui ne me convenait pas, j’ai décidé de multiplier les activités en participant au réseau ARPEGE, en travaillant et en réalisant un stage sur une longue durée avec un nombre d’heures important. Pour conclure, lorsque l’on fait de la recherche, les limites entre vie professionnelle et vie personnelle sont très fines, l’une chevauchant l’autre. C’est cela qui fait le charme de la recherche, même s’il faut savoir aussi arriver à se détacher de cet objet de recherche qui, par moment, peut prendre trop de place dans notre vie, dans nos lectures, nos conversations, etc.


Tristan VALERY

Après avoir validé une licence bi-disciplinaire Histoire-Histoire de l'Art à l'université Toulouse II, j'ai décidé de poursuivre ma formation au sein du master recherche Histoire et Civilisations modernes et contemporaines, sous la direction de Mme Teulières. Actuellement mon travail porte sur des questions d'identités, de mémoire et de transmission concernant les Juifs toulousains.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *