L’analyse, l’étape promise

Ma rubrique " Sources " dans FileMaker. (Photo Raphaëlle Talbot)

Ma rubrique  » Sources  » dans FileMaker. (Photo Raphaëlle Talbot)

Les recherche finies, l’instant est au traitement des sources. L’analyse permet de lier tous les éléments récoltés au cours de notre travail. Enfin, l’écriture est l’ultime étape pour retranscrire le développement de notre argumentation.

Zoom sur l’organisation de l’analyse d’une apprentie chercheuse.

Logiciel au singulier

Je mise beaucoup d’espoirs sur FileMaker, unique logiciel que j’ai l’intention d’utiliser. Pourquoi ? Car Sébastien Poublanc, notre professeur d’Outils numériques pour les historiens, nous l’a bien présenté. La base de données personnelle réalisée permet de répertorier toutes nos sources et de faire le lien entre elles. Par exemple, si dans mes correspondances est cité le Fascio de Toulouse, organe de propagande fasciste, je vais pouvoir trouver toutes les sources qui s’y rapportent. Le gain de temps est significatif.
Mais le prix élevé du logiciel peut en démotiver certains. Alors, je me fixe la fin du premier semestre pour être certaine de son efficacité concernant mon sujet. Je n’utilise pas d’autres logiciels car je n’ai été familiarisé à aucun autre, en Master 1 Sciences Politiques.

Les problèmes rencontrés sont multiples. Le manque de connaissances en informatique surtout, et la perte de temps engendrée ensuite. L’utilisation de FileMaker mérite une rigueur de travail, puisqu’il faut connaitre ses sources pour les ranger en catégories. Seulement, tout est une question de technique. Sans notre professeur, j’aurai très vite abandonné.

L’écriture, sans bavure

giphy-writingA vrai dire, je n’ai pas l’habitude de faire cet exercice, puisque je ne l’ai effectué qu’une fois. Mais étant une adepte de la procrastination, je ne suis efficace que dans les derniers moments. Pour l’écriture de mon mémoire, les pages s’écrivent d’un jet. Bien sûr, les idées sont déjà écrites sur des carnets ou des feuilles, où je note le sens de mon raisonnement. Mon plan est lui inscrit sur une page Word, j’inscris les références bibliographiques et les sources correspondantes.
L’avantage est double : lorsque je commence l’écriture, tout se suit et est donc logique. Aussi, cela permet de faire un travail propre,  les bavures n’existent pas sur l’ordinateur, alors que des feuilles peuvent être tâchées d’encre.

Le traitement des sources chez soi

img_1902

Travailler chez soi. (Photo Raphaëlle Talbot)

Toutes mes sources sont photographiées, pour pouvoir être utilisées dans FileMaker. Cela permet aussi de les travailler chez moi, n’importe quand, sans être tributaire des horaires des archives. La qualité de l’image n’est pas toujours puissante mais les zooms et les possibilités de modification avec un ordinateur offrent un certain confort de lecture. Pour ne pas me perdre lorsque je relis les photos d’archives, je les renomme en indiquant la date et l’information principale.
Je n’ai jamais imprimé mes sources pour mon master 1. Cependant, mon master 2 porte sur l’histoire des politiques d’accueil de trois départements, il serait alors judicieux d’imprimer les données se rapportant aux mêmes décisions. Je pourrais ainsi voir si les directives ont été les mêmes ou non.

Crédit Image à la Une, tout droits réservés à Raphaëlle Talbot.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *