« Ceux qui m’aiment prendront le train »

Il existe une relation affective entre le chercheur et son sujet. La recherche est aussi une rencontre avec des individus morts (souvent) et réincarnés à travers ces travaux universitaires. Mais ces morts considèrent qu’ils se méritent. Et l’aventure peut commencer sur un quai de gare.

la trousse de secours du chercheur (D Dath tous droits réservés)

la trousse de secours du chercheur (D Dath tous droits réservés)

Il y a dans mon sac un appareil photo, des stylos, des feuilles volantes. Je ne transporte jamais d’ordinateur portable. Je retrouve la propriétaire des archives à la gare de Bordeaux. Comme au téléphone, la conversation tourne autour du sujet qui la passionne puisqu’elle est historienne de formation. Je travaille donc sur des archives privées. Mon travail est organisé autour de la prise de rendez-vous avec ma propriétaire des archives. Je vais probablement y aller deux ou trois fois dans l’année.

Le temps est compté

La propriétaire me confie les cartons. Je prends des photos, de manière un peu mécanique. Le temps est compté. Je fais l’aller-retour en train entre Toulouse et Bordeaux dans la journée. J’ai eu beaucoup de chances. Ces archives qui a priori n’intéressaient personne sont extraordinaires à exploiter. Elles sont celles dont j’aurais rêvé si on m’avait demandé mes archives idéales.

Quand j’ai choisi ce sujet, je n’avais aucune idée des archives que j’allais utiliser. En avançant à tâtons, je me suis trouvée dans la situation d’un découvreur de trésor : il s’agissait d’une aventure inespérée. Le corollaire de cette situation, pour un chercheur inexpérimenté, est une certaine angoisse. Vais-je parvenir à exploiter cette source avec efficacité et clairvoyance? En parallèle de ces archives privées, j’ai utilisé des sources publiées dont certaines m’appartenaient. Ainsi, Sous de Nouveaux Soleils, les mémoires de Madame Simone, maîtresse d’ Alain-Fournier ont été trouvées chez un bouquiniste toulousain.

Une « bible » pour compagne de route

Pour accompagner l’exploitation de ces sources, j’ai consulté des ouvrages consacrés à l’histoire des intellectuels sous la Troisième République. Le Siècle des Intellectuels de Michel Winock est devenu une sorte de bible. Le livre de Winock donne un cadre factuel à la recherche ; il balaie l’ensemble de la période étudiée (et même au-delà) et analyse le phénomène au vingtième siècle.

A l’origine, je voulais comprendre la manière dont Isabelle Rivière s’était constituée en gardienne des oeuvres de Jacques Rivière et Alain-Fournier. L’utilisation du scénario inabouti du Grand Meaulnes a entraîné la recherche également vers l’histoire du cinéma. La caractéristique principale de cette recherche (mais n’est-ce pas la cas de toute recherche?) est un face-à-face avec l’imprévu : la source décide de l’orientation du travail. Les sources utilisées en Master 1 et la recherche en cours pour le Master 2 orientent finalement la recherche vers la relation entre Isabelle Rivière et Alain-Fournier.

L’autobiographie inédite et manuscrite d’Isabelle Rivière, future source centrale du M2 sera confrontée aux mémoires publiées de Madame Simone. Des individus ont vécu, écrit, produit. Qu’en reste-t-il ? Le manque d’archives est la part d’ombre du chercheur. Certaines questions posées au groupe sur lequel je travaille resteront sans réponse. André Malraux a écrit: « L’homme est ce qu’il cache ». Le manque d’archives correspond à ces questions peut-être définitivement sans réponses, au moment où le chercheur dit : « Je ne sais pas ».

Crédits à la une: Dominique DATH, tous droits réservés.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.