Manions des sources

Réception de Karamoko, Le Matin, 15 août 1886, Retronews, Tous droits réservés

L’apprenti chercheur, une fois le corpus documentaire établi, doit s’atteler à réaliser son mémoire. Il faut faire parler ces fameuses sources afin d’en tirer le meilleur et séparer « le bon grain de l’ivraie ».

Oui, mais comment ?

 Utiliser un logiciel, une décision qui mérite réflexion

Nous avons découvert en M2 des outils qui facilitent le travail des chercheurs. Il est évident que l’utilisation de logiciels tels que FileMaker ou Zotero aide à gagner en efficacité dans le long et difficile travail de la mise en valeur des sources et la recherche des informations. Car une fois que le matériau est rassemblé, que l’on peut contempler son « trésor» de guerre, il faut être capable d’en tirer le meilleur. Si je peux me permettre un trait d’humour  : « C’est pas tout d’avoir des bagages, encore faut-il savoir où les poser … » comme disait le regretté Coluche.

Mais nous avons également découvert que l’usage de FileMaker en particulier était loin d’être facile. Outre son coût, plusieurs centaines d’euros, son utilisation nécessite de posséder une certaine culture numérique. Or, je dois bien avouer que cette culture m’échappe quelque peu et que sa maîtrise, pour mon modeste travail de Master 2, me demanderait beaucoup de temps. Luxe dont je ne dispose pas puisque je dois, en une année, réaliser ce que mes camarades préparent en deux ans. De plus, je ne suis pas certain que ce logiciel soit approprié au traitement de mes sources qui sont pour l’essentiel des articles de journaux.

Zotero est l’autre logiciel que nous avons découvert. Mais là encore son utilisation ne semble pas totalement adaptée à mes sources, des articles de presse. Bien entendu, ce logiciel peut faire gagner du temps pour la réalisation de la bibliographie car il évite de recopier à la main les notices. Je pense que je vais donc m’en servir pour cette partie du mémoire. Mais il faudra veiller à bien relire ces notices car des coquilles ont été glissées, de façon involontaire bien entendu, çà et là. Pour résumer, je dois avouer faire un usage limité de ces logiciels.

Je me suis aperçu, dans mon cas précis, que leurs contraintes entraînaient plus d’inconvénients que d’avantages. Enfin, last but not least, j’avoue être un petit peu attaché à la vision traditionnelle du travail de l’historien, celle d’un artisan sur son établi. J’ai bien conscience que cette image du travail de l’historien est quelque peu romantique et passéiste mais elle me plaît. Ce qui ne veut pas dire que je refuse l’usage du numérique, loin de là. Je suis par exemple totalement émerveillé par les possibilités offertes par Gallica et je mesure parfaitement combien cet outil s’avère précieux pour la réalisation de mes recherches. D’ailleurs je suis absolument d’accord avec Gérard Noiriel quand il dit dans son second livre sur le clown Chocolat, page 109 : « hors du numérisé, point de salut »

L’exploitation des sources, un art qui ne s’improvise pas

Anonyme, d’après la photographie de Van-Bosch, L’univers illustré, 28 août 1886, Tous droits réservés

Comme je l’avais déjà indiqué dans le billet portant sur les sources, je privilégie le travail à la maison. Je me connecte aux sites Internet comme Gallica ou Retronews, ou bien j’exploite les documents amassé dans mon bureau, devenu une véritable caverne d’Ali Baba. Je ne suis pas donc limité dans le temps et je peux lire et relire sans limite. Car je me suis aperçu, comme les autres apprenti-chercheurs, qu’un document pouvait voir son statut évoluer au fil de l’avancée d’une recherche. Comme l’indiquait l’historien lotois Paul Lacombe dans son ouvrage De l’histoire considérée comme science « […] il n’y a pas d’observation sans hypothèse ». Considéré comme inutile à un moment X, un document peut se révéler incontournable quelques jours ou semaines plus tard. Entre ces deux moments, notre regard critique s’est aiguisé, nos problématiques, nos axes de recherches se sont précisés. Et ce document prend alors, parfois, une toute autre dimension.

Pour les documents qui sont aux archives, il n’est pas envisageable de les emmener chez soi… Je procède donc autrement. Quand je suis allé aux Archives de l’Outre-mer (ANOM) à Aix-en-Provence, début octobre 2016, j’ai pris les documents les plus intéressants en photo avec mon téléphone portable. Les photocopies sont plus coûteuses et elles sont limitées à une certaine quantité par jour. D’ailleurs, j’ai pu constater sur place que beaucoup de personnes prenaient en photo (avec leur portable ou leur tablette) les documents. Et cette pratique m’a même été conseillée par la personne qui m’a reçu à mon arrivée. Puis j’ai récupéré ces photos via le net. J’ai ainsi emmagasiné une trentaine de documents que je vais imprimer. Leur version papier m’offre un double avantage : d’une part, cela me permet de travailler directement sur le document (afin de l’annoter par exemple) et, d’autre part, je n’aime pas travailler avec des documents qui s’affichent à l’écran. Je ne sais si c’est un manque d’habitude ou bien si c’est également le cas pour les autres chercheurs ?

J’ai quand même utilisé la photocopieuse pour les documents qui se présentaient sous la forme de microfilms. Mais que d’obstacles matériels à surmonter pour faire quelques (mauvaises) photocopies ! Acheter une carte (qui ne coûte que 1 euro) mais la machine ne prend que les pièces de 1 et 2 euros (pas celles de cinquante centimes donc… ) et ne rend pas la monnaie ! Puis acheter avec cette carte des unités pour pouvoir faire des photocopies. 0,30 centimes par photocopie, toujours uniquement avec des pièces de 1 et 2 euros.  Un véritable parcours du combattant. Je me suis lancé à la recherche de pièces de 1 et 2 euros auprès des lecteurs et chercheurs présents aux ANOM. Un conseil pour le futur : venir avec un stock de pièces ! Mais je tiens à souligner l’extrême gentillesse et disponibilité du personnel de ce centre d’archives qui m’a beaucoup aidé dans mon parcours initiatique à l’utilisation des archives. Qu’ils en soient ici infiniment remerciés.

Sur place, j’avais bien entendu pris des notes. Soit pour résumer certains documents que je ne pouvais pas prendre en photo – la qualité n’aurait pas été bonne – soit tout simplement pour écrire les idées qui me venaient au fur et à mesure des découvertes. Mais je ne suis pas certain de ne pas retourner aux ANOM d’ici la fin de l’année universitaire. Pour approfondir l’exploitation de certaines archives (celles que je n’ai pas prises en photo) ou bien chercher des documents dont j’aurais découvert l’existence ultérieurement à ma visite d’octobre. Et cela soulève la difficulté matérielle de l’accès aux centres d’archives. Quand ceux-ci sont loin, ou parfois fermés pour travaux (c’est le cas quand les documents sont en phase de numérisation), le chercheur peut être confronté à un problème de taille : savoir que des « trésors » existent  pour son mémoire mais ne pas pouvoir les utiliser ! Un petit peu comme Jean de Florette dans le très beau livre de Marcel Pagnol, Manon des Sources, qui sait que la source existe mais qui ne peut y accéder. Comparaison qui explique le titre de mon billet, que j’ai voulu en forme de clin d’œil.

Légende de l’image mise en avant : Géricault (Théodore), Le radeau de la méduse, Wikimedia Common, CC


Frédéric Lemaire

Enseignant titulaire dans le secondaire depuis 1999, je reprends mes études cette année. Après avoir enseigné dans un certain nombre de pays à l'étranger (Tanzanie, Kenya, Nigeria, Arabie Saoudite, Angola) puis avoir soutenu une maîtrise en 2000 à Jean Jaurès avec Sophie Dulucq, je poursuis avec un M2. Toujours autour de la colonisation en Afrique comme thématique, et toujours avec Sophie Dulucq.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *